Imprimer Envoyer á un ami

Enneigement en montagne au 5 mars 2019

06/03/2019

La longue période de très beau temps anticyclonique, qui avait débuté un peu avant la mi-février, a pris fin tout début mars. Les perturbations neigeuses n'ont pas pour autant réussi à s'imposer avec force. En conséquence, l'évolution du manteau des semaines précédentes s'est poursuivie : soit une lente érosion aux altitudes modestes ainsi que dans les versants bien ensoleillés, soit son maintien ailleurs.
 
Dans les Alpes, l'enneigement reste ainsi satisfaisant, proche des normales, en ce qui concerne les Alpes du Nord, et à un niveau correct, un peu en dessous des normales, dans les Alpes du Sud.
 
Dans les Pyrénées, l'enneigement se maintient également à un niveau satisfaisant, dans les normales de saison ou un peu en dessous, sauf dans les Pyrénées-Orientales, où il est très déficitaire.
 
En Corse, l'enneigement reste très faible.
 
Dans les massifs de moyenne montagne, l'enneigement poursuit sa lente régression et il ne reste correct qu'aux altitudes les plus élevées.
 
Par ailleurs, la qualité de la neige en surface s'est améliorée dans les Alpes du Nord ainsi que dans les massifs de moyenne montagne, grâce aux petites chutes de neige qui se sont produites au tout début du mois de mars. Ailleurs, la neige reste relativement meuble dans les endroits peu ensoleillés et peu exposés aux vents, tandis que dans les versants qui prennent bien le soleil, elle est dure et croûtée le matin, puis humide et molle en journée ; à haute altitude, elle reste en revanche souvent dure, à cause des vents qui l'ont fortement compactée au cours de l'hiver.
 
Image du satellite SUOMI-NPP du 5 mars à 13h05 sur la France
Image du satellite SUOMI-NPP, prise le 5 mars 2019 à 13 h 05 UTC. Les Alpes et les Pyrénées, qui présentent en ce début mars de vastes surfaces enneigées, sont bien visibles ; la montagne corse est partiellement masquée par un voile nuageux ; l'enneigement dans le Massif central et dans le Jura est plus réduit et très difficile à voir à cause de la présence de nombreux cumulus ; les Vosges sont cachées par une épaisse couverture nuageuse. © Météo-France
(Cliquer sur l'image pour l'agrandir)

Point enneigement par massif montagneux

Alpes du Nord

Dans tous les massifs et à toutes les altitudes, l'enneigement se situe désormais globalement dans les valeurs de saison. Dans certains massifs, il se situe toutefois encore un peu au-dessus, comme dans les massifs du Vercors et de Belledonne, dans d'autres au contraire un peu en dessous, comme dans le massif de la Maurienne. Par ailleurs, les récentes chutes de neige de début mars ont un peu amélioré la qualité de la neige de surface.
L'enneigement débute dans les pentes nord encore à basse altitude, entre 800 et 1000 m, dans tout le flanc nord-ouest des Alpes du Nord (Préalpes, massifs de Belledonne, du Beaufortain et du Mont-Blanc), un peu plus haut, vers 1100 ou 1200 m, dans les massifs plus internes de la Savoie et de l'Isère. Dans les pentes sud, ces limites sont nettement plus élevées, de 300 à 500 m.
À 1000 m d'altitude, on trouve encore de la neige, 5 à 25 cm, seulement dans les versants nord des massifs du nord-ouest.
À 1500 m d'altitude en versant nord, les épaisseurs de neige au sol sont toujours importantes : autour de 1 m dans tout le flanc nord-ouest des Alpes du Nord, entre 30 et 60 cm dans les massifs plus intérieurs. En versant sud, ces épaisseurs sont nettement plus faibles, comprises entre 30 et 60 cm dans les massifs situés au nord-ouest, entre 5 et 20 cm dans les massifs plus internes.
À 2000 m, le manteau neigeux reste épais : en versant nord, entre 1,50 m et 2 m dans toute la partie nord-ouest, un peu moins, entre 1 m et 1,50 m, dans les massifs plus internes de Savoie ; en versant sud, il y a pratiquement moitié moins de neige.
Plus haut, il présente dans tous les massifs une épaisseur encore très importante ; par exemple, à 2500 m, entre 1,30 m et 3 m selon l'exposition et le massif. Mais l'épaisseur de neige est en fait souvent irrégulière à l'approche des crêtes et des cols, et la neige souvent très dure.
Quelques valeurs d'enneigement relevées le 5 mars : 1,55 m à Avoriaz (1770 m, Chablais), 37 cm à Chamonix (1040 m, Mont-Blanc), 1,02 m à La Rosière (1870 m, Haute-Tarentaise), 68 cm à Saint-François-Longchamp (Maurienne) et à La Norma (1960 m, Haute-Maurienne),  1,30 m à Villard Cote 2000 (1720 m, Vercors), 67 cm à l'Alpe du Grand Serre (1400 m, Oisans).
 

En montant aux rochers des Enclaves (2467 m, nord du Beaufortain, Savoie), le 3 mars 2019

En montant aux rochers des Enclaves (2467 m, nord du Beaufortain, Savoie), le 3 mars 2019. © François Tuzet
(Cliquer sur la photo pour l'agrandir)
 

Alpes du Sud

Les hauteurs de neige sont maintenant redescendues à des valeurs inférieures aux normales, mais l'enneigement reste correct en ce début mars.
En versant nord, il débute encore à assez basse altitude dans les massifs proches des Alpes du Nord, entre 1100 et 1200 m, un peu plus haut, 1300 ou 1400 m, dans les autres massifs. En versant sud, il débute à une altitude nettement supérieure, 1900 ou 2000 m dans les Hautes-Alpes, 2100 m dans les Alpes-de-Haute-Provence et les Alpes-Maritimes.
À 1500 m d'altitude en versant nord, on trouve encore 40 cm de neige dans les massifs proches des Alpes du Nord, 20 à 30 cm dans les autres massifs. En versant sud, il n'y a plus de neige.
À 2000 m, l'épaisseur de neige en versant nord reste voisine de 1 m dans les massifs proches des Alpes du Nord, de 80 cm dans les autres. En versant sud, il n'y a un peu de neige, 10 à 20 cm, que dans les massifs les plus au nord.
Plus haut, le manteau neigeux est toujours épais, avec, à 2500 m, environ 1,50 m en versant nord dans les massifs proches des Alpes du Nord, 1,20 m dans les autres massifs ; en versant sud, ces épaisseurs sont environ moitié moindres. À noter que, près des cols, crêtes et sommets, le manteau neigeux présente souvent une épaisseur irrégulière, à cause du vent, qui a souvent soufflé très fort durant l'hiver.
Quelques valeurs d'enneigement relevées le 26 février : 1 m à SuperDévoluy (1900 m), 72 cm à Puy-Saint-Vincent (1600 m, Pelvoux) et à Pra-Loup (2100 m, Ubaye), 60 cm à La Foux d'Allos (1900 m, Haut-Var/Haut-Verdon), 71 cm à Isola 2000 (1910 m, Mercantour).
 
Enneigement au poste nivo-météorologique de Maljasset (1900m, Ubaye, Alpes-de-Haute-Provence), durant l'hiver 2018-2019. L'enneigement, qui était supérieur à la normale début février, a progressivement diminué, pour se retrouver inférieur début mars
Enneigement au poste nivo-météorologique de Maljasset (1900m, Ubaye, Alpes-de-Haute-Provence), durant l'hiver 2018-2019. L'enneigement, qui était supérieur à la normale début février, a ensuite progressivement diminué, pour se retrouver inférieur début mars. © Météo-France
(Cliquer sur le graphe pour l'agrandir)
 

Corse

Il n'a pas neigé de manière significative sur la montagne corse depuis le 5 février, un temps très doux et très ensoleillé régnant depuis. En conséquence, le déficit de l'enneigement, sévère, ne fait que s'accentuer lentement au fil des jours. Ce déficit est plus marqué dans le sud de l'île que dans le nord.
Dans l'ensemble des massifs, la neige est présente à partir de 1400 m d'altitude en versant nord, 1500 m en versant sud.
À 1500 m en versant nord, il n'y a pas plus de 10 cm de neige.
En prenant de l'altitude, l'épaisseur de neige au sol augmente progressivement, et, à 2000 m en versant nord, elle se situe autour de 60 cm dans le massif du Cinto-Rotondo, 50 cm dans celui du Renoso-Incudine. En versant sud, il y a une vingtaine de centimètres en moins.
Aux plus hautes altitudes dans le massif du Cinto-Rotondo, on atteint, dans les zones pas trop ventées, 90 cm en versant nord, 70 cm en versant sud.
Le 5 mars, on relevait une hauteur de neige de 11 cm à la station automatique d'Asco (1400 m, massif du Cinto-Rotondo), 9 cm à celle de Sponde (1980 m, Cinto-Rotondo), pour une moyenne à cette époque de l'année de 50 cm, et 82 cm à celle de la Maniccia (2360 m, Cinto-Rotondo), pour une moyenne de 2,20 m.

Pyrénées

C'est un temps quasi-printanier qui a régné sur l'ensemble des Pyrénées au cours des trois dernières semaines, avec des températures remarquablement douces et un ensoleillement record. En conséquence, le manteau neigeux a amorcé une fonte régulière mais relativement lente, du fait d'un soleil pas encore très haut au-dessus de l'horizon, de nuits encore assez longues et d'une très grande sécheresse de l'air. 
Ainsi en ce début du mois de mars, les hauteurs de neige sont désormais un peu déficitaires dans la plupart des massifs pyrénéens, et même très déficitaires côté Méditerranée. Malgré tout, l'enneigement reste relativement bon pour la saison, si l'on excepte les massifs les plus à l'est.
L'enneigement continu en versant nord débute encore relativement bas, le plus généralement vers 1300 m, un peu plus haut toutefois, 1500 ou 1600 m, dans les Pyrénées-Orientales. En versant sud, ces limites se situent 400 à 500 m plus haut.
À 1500 m d'altitude en versant nord, on trouve encore 30 à 40 cm de neige dans tous les massifs, sauf ceux des Pyrénées-Orientales, où il n'y a pas de neige. En versant sud, il n'y a plus de neige dans aucun massif.
À 1800 m, les hauteurs de neige sont encore partout importantes (sauf dans les Pyrénées-Orientales), avec environ 1 m de neige ; en versant sud, il n'en reste en revanche que 10 à 20 cm. Dans les Pyrénées-Orientales, il y a encore environ 40 cm de neige en versant nord et  20 cm en versant sud dans le massif du Capcir-Puymorens, respectivement 10 et 0 cm dans celui du Canigou.
Plus haut encore, à partir de 2000 m, le manteau neigeux est épais dans les versants peu ensoleillés et pas trop ventés. Ainsi, en versant nord, l'épaisseur de neige au sol est comprise entre 1 et 2 m, selon l'altitude, sauf dans les Pyrénées-Orientales, où elle peine à atteindre le mètre. En versant sud, les épaisseurs de neige sont à diviser par deux ou trois.
Le 5 mars, les stations automatiques de haute montagne « Nivôse » mesuraient une hauteur de neige de : 1,58 m au Soum Couy (2150 m, en Aspe-Ossau), très proches des 1,65 m en moyenne à cette époque de l'année ; 1,57 m au Lac d'Ardiden (2450 m en Haute-Bigorre), inférieurs à la moyenne de 2,20 m ; 2,00 m à L'Hospitalet (2300 m en Haute-Ariège) ; 27 cm au Canigou (2150 m, Pyrénées-Orientales), très inférieurs à la moyenne de 1,09 m.
 
Vent, température et hauteur de neige au sol à la station automatique de haute montagne du Soum Couy (2150m, Pyrénées-Atlantiques), durant l'hiver 2018-2019
Vent, température et hauteur de neige au sol à la station automatique de haute montagne du Soum Couy (2150 m, Pyrénées-Atlantiques), durant l'hiver 2018-2019. L'enneigement, très faible jusqu'à mi-janvier, est ensuite rapidement devenu abondant, grâce à plusieurs épisodes de très fortes chutes de neige entre fin janvier et début février ; l'enneigement a ensuite progressivement régressé, pour retrouver début mars un niveau normal. © Météo-France
 

Vosges, Jura et Massif central

Dans les trois massifs de moyenne montagne, avec la longue période de temps très doux et ensoleillé qui a régné durant toute la seconde quinzaine de février, l'enneigement a progressivement reculé. Il se situe en ce début du mois de mars en dessous de la normale, sauf dans les pentes nord les plus élevées des Vosges et du Jura. Il reste malgré tout correct pour la pratique des sports d'hiver. Les quelques centimètres de neige qui sont tombés durant les premiers jours de mars n'ont pas fondamentalement changé la situation, mais ils ont amélioré la qualité de la neige en surface.
 
Dans les Vosges, la neige est désormais présente à partir de 850 m d'altitude en versant nord, 900 ou 950 m en sud.
À 1000 m, son épaisseur est, dans tout le massif, de 35 cm en versant nord, 15 à 25 cm en versant sud. À 1200 m, il y a entre 65 et 70 cm de neige en nord, autour de 45 cm en sud.
Quelques valeurs d'enneigement relevées le 5 mars : 35 cm à Gérardmer à 1100 m d'altitude, 45 cm à Ventron à 1150 m, 75 cm au Markstein (1200 m), où la normale pour un début mars est de 55 cm.

Dans le massif du Jura, l'enneigement est comparable à celui dans les Vosges. Il est dans l'ensemble meilleur dans les départements du Doubs et du Jura que dans celui de l'Ain.
Il débute partout vers 900 m d'altitude dans les versants nord, généralement vers 1000 m dans les versants sud, un peu plus haut toutefois, 1200 m, dans le Jura gessien.
À 1100 m dans le Doubs et le Jura, l'épaisseur de neige au sol se situe vers 55 cm en versant nord, 35 cm en versant sud. Dans l'Ain, les épaisseurs sont de respectivement 30 et 0 cm.
À 1300 m, l'épaisseur de neige au sol reste importante dans les pentes peu ensoleillées : environ 1,15 m dans le Jura, 95 cm dans le Doubs, 70 cm dans l'Ain ; dans les pentes bien ensoleillées, ces épaisseurs sont presque moitié moindres.
Quelques hauteurs de neige relevées le 5 mars : 24 cm à La Chapelle-des-Bois (1100 m, Doubs), 47 cm à La Boissaude (1220 m, Doubs), 58 cm au chalet Gaillard (1230 m, Jura).

Dans le Massif central, l'enneigement est un peu meilleur dans le massif du Sancy que dans le Cantal, mais il n'est satisfaisant que dans les pentes peu ensoleillées d'altitude élevée.
Il débute, aussi bien dans le massif du Sancy que dans le Cantal, vers 1200 m d'altitude en versant nord, 1300 m en versant sud.
À 1300 m en versant nord, l'épaisseur de neige est voisine de 25 cm dans le Sancy, 10 cm dans le Cantal.
Plus haut, à 1500 m, elle atteint, en versant nord, 65 cm dans le Sancy, tandis qu'elle ne dépasse pas 40 cm dans le Cantal ; en versant sud, elle est partout de 25 à 30 cm.
Quelques hauteurs de neige relevées le 5 mars : dans le massif du Sancy, 38 cm à Chastreix (1400 m), la moyenne étant d'environ 60 cm, 7 cm à Super-Besse (1300 m) ; dans le Cantal, 47 cm au col de Prat-de-Bouc (1400 m) ; dans les monts du Forez, 20 cm à Saint-Anthème (1250 m).
 

Le manteau neigeux en montagne peut évoluer rapidement en fonction des conditions météorologiques.
 
Cette évolution peut être suivie sur notre site Internet, rubrique
« Montagne »
, ainsi que sur les applications mobiles de Météo-France (dont l'application Météo Ski).

 

Actualité par Météo-France