Imprimer Envoyer á un ami

Week-end en Europe : très printanier à l’ouest, hivernal à l’est

21/02/2019

Le vieux continent va connaître de forts contrastes ce week-end. Alors que des conditions très douces et majoritairement sèches prédomineront sur l'Europe de l'Ouest, au contraire, une offensive hivernale froide et neigeuse affectera l'est et le sud-est du continent.

Forte ondulation du courant-jet

La mise en place de cette situation très contrastée s'explique par une circulation atmosphérique devenant très « ondulante » entre l'Atlantique Nord et l'Europe, un vaste méandre du courant-jet* : en effet, en périphérie d'une puissante zone de basses pressions sur l'Atlantique Nord, le puissant courant-jet initialement de secteur ouest en sortie du continent américain se redresse au secteur sud à sud-ouest et bifurque très au nord vers le nord de la Scandinavie, occasionnant un flux de sud à sud-ouest très doux et propulsant une puissante crête de hautes pressions sur l'Europe occidentale. En aval de cette crête (ou « dorsale »), comme par un mouvement compensatoire, s'opère sur l'Europe de l'Est un décrochage d'une zone dépressionnaire associée à de l'air froid de la Russie occidentale vers les Balkans, dans un flux de nord à nord-est.

Animation du courant-jet (flèches rouges), de la température à 850 hPa (vers 1500 m d'altitude, en plage de couleurs) et du géopotentiel à 500 hPa (isolignes) prévus par le modèle ARPEGE du jeudi 21 février à 06 UTC au dimanche 24 février 2019 à 18 UTC
Animation du courant-jet (flèches rouges), de la température à 850 hPa (vers 1500 m d'altitude, en plage de couleurs) et du géopotentiel à 500 hPa (isolignes) prévus par le modèle ARPEGE du jeudi 21 février à 06 UTC au dimanche 24 février 2019 à 18 UTC - © Météo-France
(Cliquer sur l'animation pour l'agrandir)

Très printanier sur l'ouest de l'Europe

Sous l'action conjuguée de ces hautes pressions (favorisant un bon ensoleillement et une compression de la masse d'air) et du flux de sud à sud-ouest d'altitude (véhiculant des masses d'air très douces en provenance de l'Atlantique subtropical ou de la péninsule ibérique), les températures maximales diurnes sur l'ouest du continent seront dignes d'un mois d'avril ou de mai voire localement d'un début d'été. Cette grande douceur, présente dès jeudi ou vendredi du Portugal à l'ouest de la France et aux îles britanniques, se propagera aussi entre samedi et dimanche vers la Scandinavie.

Les températures pourraient très localement approcher les records mensuels, par exemple sur le nord de la Bretagne, sur les îles britanniques ou encore sur le sud de la Scandinavie, voire sur le nord-ouest de la péninsule ibérique.

Offensive hivernale à l'est et au sud-est du continent

De l'air très froid venu de l'extrême nord-ouest de la Russie sera transporté dans un flux de nord à nord-est en direction de l'Ukraine puis la Roumanie vendredi avant de s'enfoncer sur les Balkans samedi et jusqu'à l'est du Maghreb dimanche. Températures franchement hivernales vers les Balkans et le nord-ouest de la Turquie, la Roumanie, l'Ukraine, accompagnées d'un vent soutenu accentuant l'impression de froid et de chutes de neige en plaine ou à très basse altitude. Une dépression se creusera en Méditerranée entre la mer Ionienne et les côtes libyennes, occasionnant un temps perturbé, pluvieux et venteux jusque sur l'est du Maghreb.

Des chutes de neige parfois importantes sont à attendre vendredi de l'Ukraine à la Roumanie, samedi et la nuit suivante sur une bonne partie des Balkans, jusqu'à très basse altitude en Grèce et dans le sud de l'Italie (Pouilles, Calabre) ou sur le nord de la Sicile. La neige devrait aussi tomber en plaine sur le nord-ouest de la Turquie.

Entre la Corse l'Italie, l'Adriatique, les Balkans et la mer Egée, jusqu'aux côtes tunisiennes et ouest-libyennes, les vents de nord à nord-est (nommés « grégale », « bora » ou « meltem » suivant les régions) souffleront parfois en tempête.

En marge de cette descente froide sur la Méditerranée centrale, on peut noter qu'un vent de nord-est sensible un peu frais (le grégale) se fera sentir jusqu'en Corse et à la Côte d'Azur (Bastia et Nice passeront légèrement sous les normales samedi, contrastant avec le reste de la France qui baignera dans la douceur).

Anomalie de température de l'air par rapport aux moyennes climatologiques prévue pour samedi 23 février 2019 à 12 UTC
Anomalie de température de l'air par rapport aux moyennes climatologiques prévue pour samedi 23 février 2019 à 12 UTC - © Karsten Haustein (www.karstenhaustein.com/climate)
(Cliquer sur la carte pour l'agrandir)

Exemples de températures contrastées 

  • Sur le Royaume-Uni et l'Irlande, les températures maximales atteindront souvent 15 à 17 °C, avec pointes localisées possibles vers 18/20 °C par effet de foehn. Le record de février sur l'ensemble des îles britanniques est de 19.7 °C à Greenwich (Londres) en 1998 ; il pourrait être approché. Ce niveau de température est digne d'un mois de mai, voire plus localement d'un mois d'été.
  • Déjà jeudi 21, le record historique écossais de douceur pour un mois de février est tombé, avec une maximale provisoire de 18.3 °C à Aboyne. Jusque-là, la température la plus élevée jamais observée jusqu'à présent en Écosse en février était 17.9 °C à Aberdeen le 22 février 1897, il y a 122 ans ! C'est un niveau de température digne d'un mois d'été.
  • En France : 
  • Vendredi : 18 °C prévus à Brest (digne d'un début juin), 19 °C à Nantes et localement sur les Côtes d'Armor, 20 à 23 °C en Aquitaine, 22 à 24 °C sur le Roussillon ;
  • Samedi : 21 °C à Bordeaux, 17 °C à Cherbourg (mais 12°C à Bastia).
  • 10°C à Oslo dimanche (+9 °C/normale)
  • Sofia : maximale diurne de -5 °C (-11 °C/normale) samedi sous des chutes de neige et un vent soutenu ;
  • Istanbul : pas plus de 3 à 4 °C avec un risque de neige ou de pluie et neige mêlées samedi et dimanche ;
  • Athènes : 7 à 8 °C dimanche sous la pluie ;
  • Tunis et Tripoli : 11 °C dimanche (-8 à -9 °C/normale).

 

* courant-jet (« jet stream » en anglais) : zone de vents forts située dans le haut de la troposphère, délimitant les masses d'air froides et chaudes, et pilotant les perturbations des moyennes latitudes.

Actualité par Météo-France