Imprimer Envoyer á un ami

Vers un avant-Noël très doux

18/12/2018

Comme le début de l'hiver météorologique (commençant le 1er décembre), le début de l'hiver calendaire (le solstice a lieu le vendredi 21 décembre) sera marqué par un pic de douceur lié à l'arrivée d'une perturbation pluvieuse active dans un flux rapide de sud-ouest bien alimenté en air très doux. Il est prévu pour vendredi des températures 4 à 7 °C au-dessus des normales* avec par exemple 13 °C à Lille, 14 °C à Paris, 15 °C à Rennes et Toulouse, 17 °C à Biarritz. Cette douceur devrait persister jusqu'à Noël avec quand même une certaine baisse des températures à partir du 25 décembre et pour les jours suivants.

Animation de la médiane des températures maximales quotidiennes prévues par la prévision d'ensemble du CEP pour la période du 21 au 25 décembre 2018
Animation de la médiane des températures maximales quotidiennes prévues par la prévision d'ensemble du CEP pour la période du 21 au 25 décembre 2018 - © Modèle du Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme, développé en partenariat avec Météo-France

Des Noëls blancs qui se font rares

En cohérence avec la tendance globale au réchauffement du climat, les Noëls se sont également réchauffés depuis le milieu du XXe siècle.

Anomalie (en °C) de la température moyenne sur la France (basée sur l'indicateur thermique national) les 25 décembre depuis 1947
Anomalie (en °C) de la température moyenne sur la France (basée sur l'indicateur thermique national) les 25 décembre depuis 1947 - © Météo-France
(Cliquer sur le graphique pour l'agrandir)

Les Noëls les plus froids ont eu lieu entre 1945 et 1970 avec notamment 1948, 1950, 1970 (où le froid de Noël a précédé de quelques jours la tempête de neige en vallée du Rhône, épisode connu sous le nom de « marée blanche ») mais surtout Noël 1962 qui fut également un Noël blanc, notamment à Marseille où l'on pouvait chausser les skis sur 20 centimètres de poudreuse. Plus récemment, nous avons connu quelques Noëls modérément froids mais plutôt secs en 2006 et 2007, un Noël bien froid en 2010 et parfois aussi bien enneigé sur une large partie nord et est de la France dans la continuité d'un mois de décembre hivernal (26 centimètres de neige à Strasbourg le 25).

Paysage enneigé en Seine-et-Marne le 25 décembre 2010 à Crégy-les-Meaux
Paysage enneigé en Seine-et-Marne
le 25 décembre 2010 à Crégy-les-Meaux - ©Infoclimat/pat77

Depuis 2012, les Noëls s'inscrivent dans une tendance douce à très douce, même si le record du Noël le plus doux datant de 1997 n'a pas été battu. Il est à noter que l'écart de température entre le Noël le plus doux (11,7 °C en 1997) et le plus froid (-6,8 °C en 1962) atteint pas moins de 18,5 degrés !

 

* : normales climatologiques : températures moyennées sur la période 1981-2010.

Actualité par Météo-France