Imprimer Envoyer á un ami

Nord / Sud : fort contraste de précipitations

21/11/2018

Nouvelles pluies dans le Sud-Est

Avec la circulation d'une goutte froide* sur le nord du pays, s'éloignant aujourd'hui vers le proche océan, le flux prend progressivement une composante sud, favorisant une hausse des températures par le sud, mais aussi des remontées d'air humide et instable sur le pourtour méditerranéen.
 
C'était déjà le cas hier soir dans le Gard et ses environs, où de forts orages accompagnés de pluies intenses ont déversé localement autour de 150 mm en 6 heures, causant des inondations. Ces averses se sont décalées plus à l'est aujourd'hui, tout en perdant de leur intensité, affectant Provence, Côte d'Azur et Corse.
 
Un nouvel épisode pluvieux méditerranéen est prévu dans le Sud-Est vendredi 23, probablement plus généralisé avec des cumuls pouvant atteindre 50 à 80 mm sur la journée et la soirée (sauf vers le Roussillon et la Corse qui devraient être moins touchés). D'autres pluies, probablement plus faibles et plus éparses pourront aussi concerner épisodiquement les autres régions de France d'ici ce week-end, en particulier dimanche dans l'ouest du pays.
 
Cumuls de précipitations observés en 24 heures, du 20 au 21 novembre 2018 à 11 heures
Cumuls de précipitations observés en 24 heures, seuillés à 5 mm, du 20 au 21 novembre 2018 à 11 heures (localement 150 mm en 6 heures sur le sud du Gard) © Météo-France 
(Cliquer sur la carte pour l'agrandir)
 

Un automne 2018 très arrosé dans le Sud-Est, contrastant avec un tiers nord-est très sec

Les pluies récentes dans le Sud-Est augmentent encore le contraste observé cet automne** entre le pourtour méditerranéen bien arrosé et les régions d'un large quart nord-est encore très déficitaires. 
 
 
Dans le Var par exemple, le cumul saisonnier de précipitations à la station du Luc-en-Provence atteint 692 millimètres, ce qui en fait l'automne le plus arrosé devant les 614 mm de 2014. Ces quantités correspondent à plus de 2 fois la pluviométrie d'un automne standard.
 
En dehors de cet exemple extrême, les précipitations dans les régions méditerranéennes sont souvent excédentaires de 10 à 50 % cet automne (localement davantage sur le Var ou le Roussillon). 
Carte du rapport à la moyenne saisonnière de référence 1981-2010 des cumuls de précipitations en France, automne 2018
Rapport à la moyenne saisonnière 1981-2010 des cumuls de précipitations sur l'automne 2018 (état provisoire, au 20/11 inclus) © Météo-France
(Cliquer sur la carte pour l'agrandir)
 
 
Dans les régions de l'Est, à 10 jours de la fin de l'automne météorologique, le déficit de pluie sur la saison atteint encore souvent 50 à 80 % (il n'est tombé que 20 à 50 % de la moyenne climatologique automnale des précipitations)  :
 
  • à Belfort, déficit de 80 % avec seulement 52 mm depuis le 1er septembre (moins que l'automne le plus sec, celui de 1978 et ses 99 mm) ;
  • à Luxeuil (Haute-Saône), déficit de 71 % avec 73 mm, là aussi en-dessous du record de l'automne le plus sec (112 mm en 2011) ;
  • à Colmar, déficit de 60 % avec 56 mm, à comparer au record de 64 mm en 1978 ;
  • à Besançon, qui dispose de données très anciennes (depuis 1885), la station n'a recueilli que 108 mm à ce jour (déficit de 63%), là aussi sur les bases d'un record de sécheresse sur la saison (à comparer aux 127 mm de l'automne 1969).
Néanmoins, les passages pluvieux prévus d'ici la fin du mois de novembre ne garantissent pas à 100 % que ces records de sécheresse météorologique automnale seront battus.
 
 
* Goutte froide : petite dépression d'altitude associée à une bulle d'air froid en moyenne et haute troposphère, souvent à l'origine d'un temps instable avec pluies et orages (voire giboulées ou averses de neige en saison froide).
 
** Il s'agit ici de l'automne météorologique (septembre, octobre, novembre). 
 

Actualité par Météo-France