Imprimer Envoyer á un ami

Retour sur l'épisode de froid

31/10/2018

Depuis le week-end dernier, le temps s'est considérablement refroidi sur la France, avec une masse d'air d'origine polaire qui a envahi le pays dès vendredi 26 octobre après-midi. Le pic de froid sur la France a eu lieu lundi 29 octobre, avec une après-midi exceptionnellement froide pour la saison, parmi les 3 plus froides jamais observées en octobre en France.

Image satellite visible HRV et image radar animées sur 2 h, par pas de 15 min, vendredi 26 octobre 2018 à la mi-journée
Figure 1 - Image satellite visible HRV et image radar animées sur 2 h, par pas de 15 min, vendredi 26 octobre 2018 à la mi-journée - © Météo-France 
(Cliquer sur l'animation pour l'agrandir)

Une masse d'air d'origine arctique

La quatrième semaine d'octobre, notamment du 22 au 25, a été marquée sous le signe de la grande douceur anticyclonique. Certains records de chaleur tardive ont été battus, comme à Sète le 24 avec une maximale de 27,1 °C : il n'y avait jamais fait si chaud passé un 13 octobre.

Cependant, un repliement général de l'anticyclone sur l'Atlantique s'amorce en cours de journée du 25, devient effectif le 26, et entraîne une rapide descente d'air froid sur le pays (cf. figures 1 et 2). Cette masse d'air polaire maritime venait en réalité davantage du front atlantique des mers arctiques, (notamment de mer du Groënland), que d'Islande ; le terme de masse d'air "arctique" peut s'appliquer. La figure 1 montre bien le début de l'advection froide avec un front froid à l'arrière duquel les formations nuageuses en forme d'alvéoles signent un flux cyclonique de nord.

Animation des analyses entre samedi 27 octobre à 0 h UTC et mercredi 31 octobre 2018 à 12 h UTC. On montre ici la masse d'air représentée par l'altitude de l'isotherme 0 °C et le géopotentiel à 850 hPa
Figure 2 - Animation des analyses entre samedi 27 octobre à 0 h UTC et mercredi 31 octobre 2018 à 12 h UTC. On montre ici la masse d'air représentée par l'altitude de l'isotherme 0 °C et le géopotentiel à 850 hPa - © Modèle du Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme, développé en partenariat avec Météo-France

(Cliquer sur l'animation pour l'agrandir)

Des températures maximales records

Dès le 27, des records de températures maximales basses pour un mois d'octobre ont été battus dans le Finistère. Puis, les après-midi du 28 et du 29 ont été particulièrement froides, avec des records mensuels battus, parfois pour des stations vieilles de plus de 100 ans. Le tableau ci-dessous fait figurer les principaux records de froid pour les stations d'au moins 30 ans. Ces valeurs sont un peu plus froides que les normales des mois d'hiver. On s'aperçoit en particulier que Sète a battu un record de froid cinq jours seulement après son record de chaleur mentionné au paragraphe précédent. Ces valeurs viennent donc confirmer l'impression, au moins par endroit, d'être passé de l'été à l'hiver en quelques jours. Pourtant, à cause de la couverture nuageuse et du vent souvent présent, les minimales sont restées relativement banales, avec des gelées peu fréquentes et jamais fortes, contrairement à ce qu'on a déjà pu observer lors de certains épisodes froids précoces.

Ville

Nouveau record (en °C) et date

Ancien record (en °C) et date

Début des mesures (année)

Landivisiau

8,1 le 27/10/2018

8,4 le 25/10/1981

1966

Millau

1,4 le 29/10/2018

2,3 le 31/10/1966

1964

Rodez

1,9 le 29/10/2018

2,0 le 29/10/1974

1945

Quimper

8,0 le 27/10/2018

9,0 le 29/10/2008

1967

Saint Girons

4,0 le 28/10/2018

4,4 le 23/10/1993

1949

Bergerac

6,0 le 28/10/2018

7,2 le 24/10/2003

1988

Pau

5,4 le 28/10/2018

record égalé

5,4 le 23/10/1993

1921

La Souterraine

3,2 le 29/10/2018

3,3 le 24/10/2003

1910

Toulouse

5,6 le 28/10/2018

5,8 le 24/10/1951

1947

Auch

5,6 le 28/10/2018

6,1 le 23/10/1993

1985

Limoges

3,3 le 29/10/2018

3,6 le 24/10/2003

1973

La Roche sur Yon

5,6 le 29/10/2018

6,8 le 28/10/2003

1984

Sète

7,6 le 29/10/2018

7,9 le 26/10/2003

1949


Les records mensuels de maximales basses battus entre le 27 et le 29 octobre 2018

En moyenne sur la France l'après-midi du 29 octobre a été exceptionnellement froide

Evolution de l'indicateur thermique national des températures moyennes sur la France en octobre 2018
Figure 3 - Evolution de l'indicateur thermique national des températures moyennes sur la France en octobre 2018 - © Météo-France
(Cliquer sur le graphe pour l'agrandir)

La figure 3, particulièrement édifiante, montre qu'en l'espace de 2 semaines, la France est passée d'après-midi quasi-estivales à des après-midi dignes de l'hiver. En effet, la journée du 13 octobre, avec 25,8 °C de température maximale moyenne en France, soit une valeur conforme à la moyenne des maximales du mois d'août, était la journée la plus chaude passé un 10 octobre (depuis 1947*)! 16 jours plus tard, avec 7,9 °C de température maximale, soit une valeur "normale"... en janvier.

En outre, c'est avec l'après-midi du 31 octobre 1974 et celle du 31 octobre 1956, l'après-midi la plus froide en indicateur thermique national (*depuis 1947). Avant 2018, l'indicateur thermique national n'était jamais resté sous la barre des 8 °C avant un 31 octobre... Autrement dit, on est passé d'une situation où il n'avait jamais fait si chaud si tard, à une situation où il n'avait jamais fait froid si tôt !

Enfin, et c'est à noter, pour la première fois depuis la vague de froid de mars, la France connaît une série d'au moins 6 jours consécutifs sous les normales de saison. C'est dire la prédominance des anomalies douces les sept derniers mois en France.

Actualité par Météo-France