Imprimer Envoyer á un ami

Épisode méditerranéen dans le Sud-Est

10/10/2018

(mis à jour le 11 octobre 2018)
 
Dans le prolongement d'un dimanche et d'un début de semaine déjà bien arrosés au sud, l'épisode méditerranéen qui a débuté mardi et concerné l'ensemble du pourtour méditerranéen se termine aujourd'hui jeudi. Au nord, jusqu'à samedi inclus, les conditions resteront le plus souvent sèches et ensoleillées malgré quelques passages pluvieux épisodiques.
 

Pourtour méditerranéen balayé par les intempéries

L'épisode méditerranéen qui s'achève e s'explique par une configuration météorologique propice, avec la présence d'une goutte froide sur l'Espagne et une cellule de hautes pressions sur l'Europe centrale.
Mardi, les plus forts cumuls ont affecté le sud du Languedoc et le Roussillon en raison d'un flux d'est en basses couches. En moins de 24 h, on a relevé 104 mm à Lézignan-Corbières (Aude) dont 60 mm en 2 h mardi matin. Des  débordements de cours d'eau, notamment l'Ognon, dans l'extrême sud-ouest de l'Hérault, ont été signalés. L'estimation radar indique même des cumuls ayant dépassé 120 mm sur la frontière entre Hérault, Aude et Tarn (relief du Haut-Languedoc).
 
Cumul de précipitations observé mardi 9 octobre et la nuit suivante (de mardi 8h à mercredi 8h) 
Carte des cumuls observés sur la journée du 9/10 et nuit suivante (de mardi 8h à mercredi 8h) © Météo-France
(Cliquer sur la carte pour l'agrandir)
 
Mercredi 10, le flux a pris une composante plus sud-est et les fortes pluies ont évolué vers le Languedoc, les Cévennes et la Provence, puis la Côte d'Azur et l'est de la Corse. Le vent d'autan a soufflé fort avec des rafales entre 80 et 100 km/h sur les hauteurs du Massif central. 
Sur les 36 dernières heures *, on a relevé 255 mm au Mont Aigoual (1567m), 187 mm au Castanet-le-Haut (Hérault). Sur les 24 dernières heures *, il est tombé 175 mm à Mandelieu la Napoule (Alpes maritimes), dont 61 mm en 1 h en première partie de nuit, et dans le Var, respectivement 173 mm et 158 mm aux Arcs et à Draguignan. Ces cumuls sont équivalents à 4 à 7 semaines de précipitations. Localement les cumuls ont été plus importants, comme en atteste l'estimation radar des 24 dernières heures, qui approche les 200 mm sur le littoral sud-est du Var.
En Corse, les cumuls ont localement atteint, depuis mercredi, 100 mm sur la façade orientale. On a mesuré 95 mm à Lugo-di-Nazza (Haute-Corse), dont 40 mm en 1 h en début d'après-midi, et 67 mm à Conca (Corse-du-Sud). Des orages, pouvant être associés à d'importants cumuls de pluie sont encore attendus dans l'après-midi de ce jeudi.
 
Cumuls observés, supérieurs à 3 mm, du mercredi 10 à 12 h au jeudi 11 à 12h

Carte des cumuls observés, supérieurs à 3 mm, du mercredi 10 à 12 h au jeudi 11 à 12h © Météo-France
(Cliquer sur la carte pour l'agrandir)

 

Importants cumuls depuis dimanche
 
Après un mois de septembre très sec sur l'ensemble du pays, la succession des passages pluvieux depuis dimanche a apporté d'importants cumuls entre le Var et les Alpes maritimes, équivalents parfois à  deux mois de précipitations. On relève ainsi, sur les 5 derniers jours, 275 mm à Mandelieu-la-Napoule dans les Alpes maritimes, 273 mm à Vibaudan, 268 mm au Luc et 243 mm aux Arcs, dans le Var.

Douceur remarquable 

Un vaste système dépressionnaire sur le proche Atlantique, combiné à un anticyclone présent sur l'Europe de l'Est, oriente les vents au secteur sud sur l'Europe de l'Ouest, ce qui favorise la hausse des températures. 
Mercredi, le mercure a atteint 27,2°C Orléans. Il n'avait jamais fait aussi chaud aussi tard dans l'année depuis le début des relevés à la station en 1938. Le précédent record datait du 7 octobre 2009 (27,3°C).
Les températures devraient encore grimper à des niveaux élevés entre jeudi 11 et samedi 13 octobre. La barre des 25 °C pourra être atteinte voire légèrement dépassée en de nombreuses régions. Des villes comme Le Mans, Paris, Reims, Orléans, Tours, Bourges, Nevers, Limoges, Lyon ou Cognac, qui ont déjà connu cette année un nombre exceptionnel de jours de chaleur*, pourraient donc encore améliorer leurs records. À Strasbourg, où 2018 est pour l'instant à égalité avec 2003, avec 104 jours de chaleur enregistrés, la semaine qui vient devrait permettre d'établir un nouveau record. La journée de dimanche devrait mettre un terme à cet épisode de douceur remarquable sur l'Hexagone.
 

* Relevés de jeudi 11 octobre à 12 H UTC

 

Actualité par Météo-France