Imprimer Envoyer á un ami

Scandinavie : fortes chaleurs jusqu’au nord du cercle arctique

18/07/2018

Après les premières chaleurs historiques du mois de mai, la Scandinavie vit actuellement un épisode remarquable de très fortes chaleurs. Il fait suite à un début d'été parfois contrasté au niveau du mercure même si, le plus souvent, les températures y ont été en moyenne au-dessus des normales*, surtout sur une partie sud.

C'est surtout à partir du début du mois de juillet que les températures sont montées d'un cran, avec le retour d'anticyclones se positionnant de manière récurrente à des latitudes nord, recouvrant tout ou partie des pays scandinaves. Ce régime de temps (dit de « blocage ») est favorable au réchauffement de l'atmosphère, empêchant un rafraîchissement durable en provenance du nord de l'Atlantique ou du pôle par une circulation plus maritime.

Anomalies de températures en Europe - Juin 2018
Réanalyses NCEP corrigées par les observations (d'après Karsten Haustein)

 


Un blocage encore plus septentrional et puissant encore s'est mis à place à partir du 13 juillet. Les premières fortes chaleurs généralisées de ce mois sont apparues, d'abord sur le sud de la Suède et le sud-est de la Norvège les 13 et 14 juillet (30,5°C à Oslo-Blindern et 31,4 °C à Stockholm-Observatoriet). Puis elles ont progressé vers la Finlande le 15 et jusqu'à des latitudes très septentrionales puisque le seuil des 30°C a été dépassé au-delà du cercle arctique (66°N 33') les 16 et 17 juillet.

Anomalies de températures en Europe - 1er au 15 juillet 2018
Réanalyses NCEP corrigées par les observations (d'après Karsten Haustein)

 

33,4° en Laponie, un record !

Ces journées des mardi 17 et mercredi 18 juillet sont jusqu'ici les plus chaudes de l'épisode. Même si les températures les plus élevées n'ont pas atteint les records établis les 28 et 29 juillet 2010 en Finlande (35 à 37°C localement), il fait  remarquablement chaud sur la Laponie : à Kevo (presque 70°N), le record lapon a été battu ce mercredi 18 juillet avec 33,4°C ! La chaleur est intense également de part et d'autre de la mer de Botnie (le 17 juillet, 32,2°C à Haparanda en Suède, 32,8 °C à Oulunsala Pellonpää en Finlande).

 

Températures maximales sur le nord de la Scandinavie relevées le 17 juillet 2018
(source : www.ogimet.com)


Plus généralement, les températures atteignent souvent 31 à 32 °C du nord de la Norvège à la Suède et à la Finlande, avec des pointes à plus de 33°C observées communément sur les trois pays** mardi 17 juillet et des nouveaux records absolus en certaines stations***. La nuit de mardi à mercredi fut également particulièrement douce, avec des minimales supérieures à 20°C le long des littoraux des Golfes de Botnie et de Finlande (autour de 21°C à Helsinki, soit 8 à 10°C de plus que la normale).

D'après les prévisions à moyen et plus long terme****, cet épisode pourrait s'avérer particulièrement durable, avec une chaleur au moins aussi intense sur la plus grande partie de la région ces 5 à 7 prochains jours (rafraîchissement temporaire sur l'ouest de la Norvège) et des températures supposées se maintenir à un niveau largement au-dessus des normales saisonnières d'ici la fin du mois, voire le début du mois d'août. Ce mois de juillet devrait donc sans difficulté s'inscrire parmi les plus chauds jamais observés depuis le début des relevés, pouvant même atteindre des niveaux historiques.

Projections de températures à Stockholm du 19 juillet au 3 août 2018
Modèle GEFS (Global Ensemble Forecast System) - (source : www.wetterzentrale.de)

 

 

* Les normales sont calculées sur la période 1981 - 2010

** Quelques températures remarquables : le 17 juillet, 33,4°C à Uppsala-Universitet (Suède) mais 34,4°C la veille lundi 16, 33,3°C à Turku Artukainen (Finlande), 33,1°C à Laksfors (65°N, Norvège) ; le 16 juillet, 34,4°C à Uppsala-Universitet (Suède), 33,7°C à Frosta (Norvège, nord de Trondheim)

*** records absolus établis le 17 juillet : 32,6°C à I Rana et Namsskogan (Norvège), 32,5°C à Kvikkjokk (67°N, Suède)

**** Prévisions obtenues à partir d'une approche dîte "ensembliste" (ici, les modèles d'ensemble utilisés sont le modèle EPS, " Ensemble Prediction System ", du Centre Européen de Prévisions et le modèle GEFS, " Global Ensemble Forecast System ", du National Center for Environmental Prediction, NOAAA)

 




 

Actualité par Météo-France