Imprimer Envoyer á un ami

Épisode de froid tardif

14/05/2018

Une perturbation arrivée par l'ouest samedi 12 mai a gagné en activité en s'enroulant autour d'une dépression sur le sud-est du pays. Elle a donné de fortes précipitations sur le Massif central, la vallée du Rhône et sur le pourtour méditerranéen. Un thalweg (axe d'air froid d'altitude) s'est enfoncé sur l'Atlantique à l'arrière, entraînant une masse d'air bien plus froid et la chute du mercure. Dans un premier temps, les précipitations sont tombées sous forme liquide samedi soir, puis la limite pluie-neige s'est progressivement abaissée vers 800 m en fin de nuit de façon généralisée sur le sud et l'est du Massif central.
 
Quatre départements, le Cantal, la Haute-Loire, la Lozère et l'Ardèche ont été placés en vigilance orange neige-verglas pour cet épisode, ce qui n'était jamais arrivé aussi tard dans la saison pour ce phénomène.
 
Du Cantal à l'Ardèche, il est tombé entre 4 et 5 cm à partir de 800 m, entre 5 et 10 cm vers 1000 m, et 40 cm en moyenne sur le Haut-Vivarais. On a relevé dimanche 41 cm à Mazan l'Abbaye (1240 m, Ardèche). 
 
Sur le département de la Lozère, la couche de neige au sol a atteint localement quelques centimètres entre 900 et 1000 m, souvent 10 à 30 cm entre 1000 et 1100 m et localement plus de 30 cm sur l'est du département au-dessus de 1100 m.
 
On a mesuré 60 cm de neige au Mont Lozère (1699 m) où il n'a pas dégelé de la journée, ce qui constitue un record pour un mois de mai depuis l'ouverture de la station en 1998. Au Mont Aigoual (1567 m), où le vent a soufflé en rafales jusqu'à 150 km/h, on a relevé 35 cm. Une telle quantité de neige n'avait pas été mesurée à cette période depuis mai 1972.
 
Le dernier épisode neigeux aussi tardif dans la région remonte à mai 1987, où on avait par exemple relevé 3 cm à la station du Puy-en-Velay le 5 mai.
 
Précipitations sous forme liquide (en vert) et sous forme de neige (en bleu) sur les 24 heures de la journée de dimanche 13 mai 2018
Accumulation de neige fraîche modélisée par Arpège sur l'épisode neigeux © Météo-France
 
L'anomalie froide ne s'est pas limitée au sud du Massif central. Les températures ont été exceptionnellement froides pour un mois de mai sur certaines villes du sud-est. À Nîmes, le mercure n'a pas dépassé 9,2 °C (-13,5 °C en dessous des normales). Il s'agit de la température maximale la plus froide mesurée en mai depuis les 8,2 °C du 16/05/1926.
Avec une maximale de 11,8 °C dimanche 13 mai, Montpellier enregistre sa troisième valeur la plus froide pour une deuxième décade de mai après les 11,1 et 11,2 °C du 13 mai 1972 et 11 mai 1985.
 
Anomalie de température maximale en France métropolitaine dimanche 13 mai 2018
Anomalie de température maximale sur la France métropolitaine dimanche 13 mai 2018 © Météo-France
(Cliquer sur la carte pour l'agrandir)
 

Actualité par Météo-France