Imprimer Envoyer á un ami

Enneigement en montagne au 4 avril 2018

06/04/2018

Au terme d'un hiver remarquablement enneigé dans les grands massifs, le printemps ne s'installe que timidement. De ce fait, si l'enneigement a bien diminué, voire disparu, aux altitudes basses et moyennes, plus haut, il se maintient à des valeurs particulièrement importantes, voire progresse encore aux altitudes élevées, flirtant avec les records.

L'abondance remarquable de l'enneigement dans l'ensemble des Alpes cet hiver peut être illustrée par ces deux photos du refuge de Vallonpierre (2271 m), situé dans le sud du massif des Écrins (Hautes-Alpes) : à gauche en été, à droite cet hiver (le 1er avril 2018).
© François Tuzet
 

Point enneigement par massif montagneux

Alpes du Nord

Depuis le début de l'hiver, les Alpes du Nord connaissent une remarquable succession de perturbations. Alliées à des températures durant l'hiver globalement froides jusqu'à fin mars, elles ont partout amené l'enneigement à des valeurs très importantes, souvent proches des records. Depuis le 1er avril, les températures se sont nettement radoucies, mais les perturbations continuent à traverser les massifs. En conséquence, l'enneigement à moyenne altitude, en dessous de 1400 m environ, a commencé sa fonte printanière, après avoir atteint son maximum de l'hiver le 3 mars dernier. Plus haut, les hauteurs de neige actuelles restent particulièrement élevées, représentant le plus souvent le double de la normale à cette époque de l'année, parfois plus (jusqu'au triple) ; les valeurs maximales d'enneigement atteintes le 1er avril 2018 égalent ou frôlent les records pour un mois d'avril, établis le plus souvent en avril 1995 ou 1978.
La neige est présente en versant nord dès 900 ou 1000 m en Isère et dans les Préalpes de Savoie, 1100 m en Haute-Savoie et dans les massifs internes de la Savoie. En versant sud, ces altitudes sont de 1200 m en Isère, 1300 m en Savoie et 1400 ou 1500 m en Haute-Savoie. 
Comme c'était le cas durant tout l'hiver, les épaisseurs de neige augmentent toujours très fortement avec l'altitude :
à 1500 m, dans toute la partie nord-ouest des Alpes du Nord, partie la mieux enneigée, l'enneigement reste remarquable, avec entre 1,70 m et 2 m de neige en versant nord et autour de 1 m en versant sud. Dans le reste des Alpes du Nord, il y a entre 90 cm et 1,5 m de neige en nord, entre 30 et 70 cm en sud.
À 2000 m, l'épaisseur du manteau neigeux est partout considérable, tout particulièrement dans la partie nord-ouest, où elle est comprise entre 3 m et 3,50 m en versant nord, entre 2 et 3 m en versant sud. Ailleurs, elle se situe entre 2 m et 2,50 m en nord, autour de 1,50 m en sud.
À 2500 m, les quantités de neige qui se sont accumulées depuis l'automne sont véritablement impressionnantes : en versant nord, entre 4,50 m et 5 m dans toute la partie nord-ouest des Alpes du Nord, entre 3 et 4 m dans les autres massifs ; en versant sud, environ 3,50 m dans la partie nord-ouest, jusqu'à 4,50 m dans le massif de Belledonne, autour de 2 m dans les autres massifs.
La hauteur de neige de 4,22 m mesurée le 1er avril 2018 à la station automatique de Bellecôte (3000 m, Vanoise) est la deuxième valeur la plus élevée depuis le début des mesures en 1982, le record absolu étant de 4,40 m le 31 mars 1988.
Petite facétie de la nature, le 1er avril 2018 : voiture sur le parking de Chamrousse-Casserousse (1400 m, Isère). © Daniel Goetz
 

Alpes du Sud

Comme dans les Alpes du Nord, l'enneigement en ce début avril est remarquablement élevé, frôlant les records pour un mois d'avril.
L'enneigement continu débute partout entre 1100 et 1200 m en versant nord, vers 1500 m en versant sud. L'épaisseur du manteau neigeux augmente ensuite très rapidement avec l'altitude. 
À 1500 m, il y a le plus généralement entre 30 et 50 cm en versant nord, un peu moins dans le massif de l'Embrunais-Parpaillon ; en versant sud, il n'y a en revanche plus de neige.
À 2000 m, l'épaisseur du couvert neigeux est partout très importante, avec, en versant nord, autour de 2 m, voire un peu plus dans les massifs du Pelvoux et du Champsaur, et au contraire un peu moins dans celui de l'Embrunais-Parpaillon ; en versant sud, son épaisseur varie entre 1,20 m et 1,80 m selon le massif. À Maljasset (1900 m, Ubaye), la hauteur de neige de 1,32 m relevée le 1er avril 2018 constitue un record pour le mois d'avril, depuis le début des mesures en décembre 1983. 
À 2500 m en versant nord, les épaisseurs sont encore plus importantes, comprises entre 2,50 m et 3 m en versant nord, entre 1,70 m et 2,40 m en versant sud.
En remontant le Vallonpierre, en direction du col des Chevrettes (2592 m), dans le massif du Champsaur (Hautes-Alpes), 1er avril 2018. © François Tuzet 

Corse

Malgré des températures printanières depuis le 2 avril, l'enneigement reste bon dans les massifs corses, grâce à des chutes de neige régulières en février et en mars, accompagnées de températures basses.
L'enneigement continu débute dans les deux massifs vers 1200 m dans les versants à l'ombre, 1300 m dans ceux ensoleillés.
L'épaisseur du couvert neigeux augmente ensuite très vite avec l'altitude :
à 1500 m, on trouve, dans les deux massifs, environ 60 cm de neige en versant nord, 50 cm en versant sud. Dans le massif du Cinto-Rotondo, on relève une hauteur de neige de 30 cm à Asco (1430 m), et de 30 cm également à Vergio (1450 m), des valeurs proches de la normale ; dans le massif du Renoso-Incudine, on relève 60 à 70 cm de neige au val d'Ese-Bastelica (1620 m) ainsi qu'à Ghisoni-Capanelle (1600 m), des valeurs supérieures aux normales.
Plus haut, les épaisseurs de neige sont très importantes :
à 2000 m, il y a, dans les deux massifs, environ 2 m de neige en versant nord, et pratiquement autant en versant sud.
À 2500 m dans le massif du Cinto-Rotondo, l'épaisseur du manteau neigeux atteint 3 m en versant nord, 2,70 m en versant sud. À la station automatique de la Maniccia (Cinto-Rotondo, 2360 m), la hauteur totale de neige mesurée ce 4 avril est de 3,03 m, une valeur supérieure d'environ 20 % à la moyenne pour l'époque de l'année, calculée sur les 15 années précédentes.
La neige est très humidifiée en dessous de 2000 m, à cause de la pluie tombée le 3 avril. Plus haut, la neige tombée est légère dans les endroits abrités du vent, cartonnée dans les secteurs exposés.
 

Pyrénées

Les chutes de neige régulières depuis le début de l'hiver et les températures souvent froides font que le manteau neigeux dans les Pyrénées est actuellement remarquablement important.
À basse altitude cependant, le printemps commence à se faire sentir : les périodes ensoleillées et de douceur ont fait fondre la neige en très grande partie en dessous de 1400 m d'altitude. Au-dessus en revanche, les hauteurs de neige deviennent très rapidement importantes avec l'altitude : en versant nord, en général 60 cm à 1 m à 1600 m, 1 m à 1,50 m à 1800 m. Ces hauteurs, déjà atteintes au cours de l'hiver, se sont maintenues, voire ont augmenté durant le mois de mars ; elles sont maintenant remarquables, et la durée de retour d'un tel enneigement à cette époque de l'année est de l'ordre de 5 à 10 ans.
À haute altitude, au-dessus de 2000 m, le printemps ne s'est pas encore vraiment montré, sauf dans les versants sud bien ensoleillés, et la neige continue à s'accumuler avec une grande régularité depuis le début de la saison. Les hauteurs de neige atteignent ainsi, par exemple, 2,50 m au pic d'Anie (2150 m) dans les Pyrénées-Atlantiques, 3 m au Port d'Aula (2150 m) en Ariège et 3,50 m au lac d'Ardiden (2450 m) dans les Hautes-Pyrénées. Ces hauteurs commencent à approcher les valeurs records sur les 20 dernières années à cette époque de l'année.
Le versant méditerranéen de la chaîne n'est pas en reste, et même si la limite de l'enneigement est remontée un peu plus haut que dans les deux-tiers ouest de la chaîne et que les hauteurs de neige sont un peu moindres, elles se situent, là aussi, nettement au-dessus des moyennes. C'est ce qu'illustre l'épaisseur du manteau neigeux sur les hauteurs du Canigou, dans l'extrême est des Pyrénées, qui est actuellement de 1,60 m à 2150 m d'altitude, alors que cette hauteur est en moyenne de 1 m à cette saison.
L'Arbizon (2831 m, Hautes-Pyrénées), le 25 mars 2018. © Charles Castellazzo
 

Vosges, Jura et Massif central

Dans les Vosges, la fonte printanière est déjà avancée.
L'enneigement naturel débute vers 1100 m d'altitude dans le secteur des crêtes, 1000 m dans celui du ballon d'Alsace, un peu mieux enneigé.
À 1200 m, il y a, au ballon d'Alsace, environ 50 cm de neige dans les pentes nord, 30 cm dans les pentes sud. Dans le secteur des crêtes, il y a respectivement 20 et 5 cm de neige.
 
Dans le massif du Jura, comme dans les Vosges, l'enneigement a régressé, mais les épaisseurs de neige sont encore importantes aux plus hautes altitudes.
L'enneigement débute partout vers 1000 m dans les versants ombragés, 1200 m dans ceux exposés au soleil.
À 1300 m d'altitude, l'épaisseur de neige au sol est encore comprise entre 80 cm et 1 m dans les pentes nord, entre 30 et 60 cm dans les pentes sud.
 
Dans le Massif central, la neige est encore présente, mais seulement aux plus hautes altitudes, et en quantités assez modestes.
L'enneigement continu débute partout vers 1200 m en versant nord, 1300 m en versant sud.
À 1500 m, il y a dans le massif du Sancy mieux enneigé, environ 50 cm de neige dans les pentes nord, 20 cm dans les pentes sud. Dans le massif du Cantal, il y a respectivement 20 et 10 cm de neige.
 
Le manteau neigeux en montagne peut évoluer rapidement en fonction des conditions météorologiques.
 
Cette évolution ainsi que les risques d'avalanche associés peuvent être suivis sur notre site Internet, rubrique « Montagne », ainsi que sur les applications mobiles de Météo-France (dont l'application Météo Ski).

 

 

Actualité par Météo-France