Imprimer Envoyer á un ami

Janvier 2018 : mois de tous les records

07/02/2018

La France a connu en janvier 2018 une succession de passages perturbés très actifs avec plusieurs épisodes tempétueux dans une ambiance exceptionnellement douce.
Le mois de janvier a débuté avec le passage de deux tempêtes successives, Carmen le 1er et Eleanor du 2 au 4. Puis, de forts coups de vent ont concerné les régions méditerranéennes notamment les 17 et 21 janvier. Au passage de la tempête Fionn le 17 janvier, les vents ont été extrêmement violents sur la Corse, avec jusqu'à 225 km/h au cap Corse (Haute-Corse), record absolu. La tempête David a concerné l'extrême nord de la France le 18 janvier.
La tempête Eleanor, qui a touché 25 % du territoire, se classe au 19e rang des tempêtes les plus sévères depuis 1980.

Carte des tempêtes majeures en métropole de 1980 à janvier 2018 par indice de sévérité SSIs décroissant
Tempêtes majeures en métropole de 1980 à janvier 2018 par indice de sévérité SSIs décroissant
© Météo-France (cliquer sur le graphe pour l'agrandir)


Les températures sont restées remarquablement élevées tout au long du mois sur l'ensemble du territoire. Elles ont été en moyenne supérieures aux normales de plus de 3 °C sur la quasi-totalité du pays, voire de 4 à 5 °C de l'Alsace et de la Lorraine au nord de Rhône-Alpes. Les gelées ont été très rares. Beaucoup de records de faible nombre de jours de gel ont été enregistrés avec généralement moins de 2 jours sur la moitié ouest du pays et moins de 5 jours sur l'Est. Le mercure n'est jamais descendu en dessous de 0 °C à Saintes (Charente-Maritime), Auxerre (Yonne), Poitiers (Vienne) ou Lons-le-Saunier (Jura). Avec 8,4 °C, la température moyenne sur le mois a été supérieure à la normale* de 3,4 °C, plaçant janvier 2018 au 1er rang des mois de janvier les plus chauds depuis 1900.

Graphe de l'évolution des températures minimales et maximales quotidiennes en France par rapport à la normale quotidienne
© Météo-France
(Cliquer sur le graphe pour l'agrandir)

 

Les précipitations ont été très fréquentes sur une grande partie de l'Hexagone. Les cumuls  mensuels ont atteint des valeurs comparables aux records de janvier 1988. Les régions Alsace, Auvergne, Bourgogne, Franche-Comté, Limousin et Rhône-Alpes n'ont jamais connu un mois de janvier aussi arrosé sur la période 1959-2018. Des records ont été enregistrés avec 2 fois et demie à 3 fois et demie la normale avec 103,9 mm au Puy-en-Velay (43), 104,7 mm à Strasbourg (Bas-Rhin), 269,2 mm à Saulieu (Côte-d'Or), 297,9 mm à Pontarlier (Doubs), 305 mm à Marcillac (Corrèze) et 357 mm à Bourg-Saint-Maurice (Savoie). Sur le relief, les chutes de neige ont été très abondantes, notamment sur le nord des Alpes. Déjà très excédentaires en décembre, ces précipitations ont entraîné une saturation des sols et ont généré de nombreuses crues qui perdurent. En moyenne sur le pays, la pluviométrie a été excédentaire* de plus de 80 %. Janvier 2018 se classe ainsi parmi les mois de janvier les plus arrosés depuis 1959.

Le soleil a été quasi absent sur une grande partie de l'Hexagone. Le déficit a généralement été supérieur à 30 %, excepté sur les régions méditerranéennes, les Pyrénées et la pointe bretonne où l'ensoleillement a été proche de la normale**. Le déficit a souvent dépassé 50 % de la frontière belge au nord de la Nouvelle-Aquitaine avec seulement 18 heures de soleil à Rouen (Seine-Maritime), 25 heures à Saint-Quentin (Aisne), Blois (Loir-et-Cher), Châteaudun (Eure-et-Loir) ou Gourdon (Lot), records mensuels de faible ensoleillement.

Carte de l'écart à la moyenne mensuelle de référence 1981-2010 de la température moyenne en France métropolitaine Carte du rapport à la moyenne mensuelle de référence 1991-2010 de la durée d'ensoleillement en France métropolitaine

Carte du cumul mensuel des précipitations en France métropolitaine Carte du rapport à la moyenne mensuelle de référence 1981-2010 des cumuls de précipitations en France métropolitaine

Actualité par Météo-France