Imprimer Envoyer á un ami

Sécheresse : situation au 3 août 2017

04/08/2017

La situation de sécheresse établie sur la France depuis ce printemps persiste avec néanmoins des évolutions différentes selon les régions au cours du mois de juillet (lire le bilan de suivi hydrologique de juillet). 
 
Deux éléments sont à l'origine de ces conditions défavorables au regard de la ressource en eau :
 
- une sécheresse hydrologique** liée à un déficit de précipitations durant l'automne et hiver derniers n'ayant pas permis une recharge satisfaisante des nappes;
 
- une sécheresse des sols superficiels** remarquable dans plusieurs régions, notamment Provence – Alpes - Côte d'Azur et Corse due à une combinaison de températures élevées et de faibles précipitations depuis le mois d'avril.
 

Des effets toujours sensibles du déficit de précipitations durant la période de recharge 

La période de recharge (septembre à mars) contribue de façon prépondérante à l'alimentation des nappes phréatiques. De septembre 2016 à mars 2017, la pluviométrie a été fortement déficitaire sur la France, à l'exception du Massif central, des régions méditerranéennes et de la Corse. Les précipitations qui se sont ensuite produites n'ont pas permis d'améliorer la situation. Ainsi, une sécheresse hydrologique perdure sur de nombreuses régions.
 

Une sécheresse des sols superficiels marquée sur plusieurs régions et exceptionnelle sur le Sud-Est et la Corse

La sécheresse des sols superficiels qui a débuté fin avril, persiste en ce début de mois d'août sur les Hauts-de-France, la Haute-Normandie, l'Orne, la Haute-Saône et l'Alsace ainsi que sur le quart sud-est. Les précipitations du mois de juillet ont en revanche permis une amélioration de la situation sur la Bretagne, la Lorraine et la Champagne-Ardenne ainsi que sur les Alpes du Nord.
 
 
En revanche, en Provence – Alpes - Côte d'Azur et en Corse, la très faible pluviométrie et les températures élevées du mois de juillet ont contribué à accentuer la sécheresse des sols superficiels, qui approche les valeurs records de 2003 et 2006. En Corse, des valeurs records sans interruption sont même observées depuis le 22 avril. 
L'évolution de l'humidité des sols dans le département du Var, représentée sur la figure 2, est représentative de cette situation : le déficit de pluviométrie associé aux températures élevées depuis juin est responsable d'une sécheresse persistante, atteignant des valeurs records début août.
 
 
Indice d'humidité des sols agrégé dans le Var
Graphe de l'indice d'humidité des sols agrégés dans le Var

 

Évolution de l'humidité du sol superficiel depuis le 1er janvier 2017.

Les zones colorées décrivent l'enveloppe des valeurs observées et permettent de les comparer aux normales climatologiques. Les valeurs comprises entre les records secs et les normales s'étendent du rose foncé au rose clair. Les valeurs comprises entre les normales et les records humides s'étendent du bleu clair au bleu foncé. Les records sont calculés sur la période 1947-2017.

Cliquer sur le graphe pour l'agrandir

** On distingue plusieurs types de sécheresses. 
 
- La sécheresse météorologique correspond à un déficit prolongé de précipitations.
 
- La sécheresse des sols, dite "agricole", se caractérise par un déficit en eau des sols superficiels (entre 1 et 2 m de profondeur), suffisant pour altérer le bon développement de la végétation. Elle dépend des précipitations et de l'évapotranspiration des plantes. Cette notion tient compte de l'évaporation des sols et de la transpiration des plantes (l'eau puisée par les racines est évaporée au niveau des feuilles). La sécheresse agricole est donc sensible aux précipitations, à l'humidité et à la température de l'air, au vent mais aussi à la nature des plantes et des sols.
 
- La sécheresse hydrologique se manifeste enfin lorsque les lacs, rivières ou nappes souterraines montrent des niveaux anormalement bas. Elle dépend des précipitations mais aussi de l'état du sol influant sur le ruissellement et l'infiltration. Le réseau hydrographique et les caractéristiques des nappes déterminent les temps de réponse aux déficits de précipitations observés sur différentes périodes.
Ces "différentes" sécheresses peuvent intervenir à différents moments, non forcément concomitants et ne sont pas forcément systématiques.
 
 

Actualité par Météo-France