Imprimer Envoyer á un ami

Météo : épisode caniculaire précoce

21/06/2017

Des conditions caniculaires concernent la France depuis lundi 19 juin. Elles s'expliquent par une situation de blocage, avec la persistance d'un axe de hautes pressions sur l'Europe occidentale, et d'une goutte froide d'altitude vers les Açores, qui favorise le maintien d'un dôme d'air chaud de l'Afrique du Nord à la France. L'épisode devrait prendre fin dès jeudi sur l'ouest du pays, puis vendredi ailleurs, avec un rafraîchissement notable au nord et à l'ouest. Les très fortes chaleurs persisteront quant à elles jusqu'au week-end dans les régions du Sud-Est.
 

Nombreux records déjà battus

Cet épisode caniculaire étant notablement précoce, de nombreux records mensuels ont été battus, que ce soit pour les températures minimales ou maximales.
Pour les maximales, la chaleur a été remarquable mardi 20 juin sur les régions du nord-ouest. On a ainsi battu une quinzaine de records mensuels entre Bretagne, Basse-Normandie et Pays-de-Loire. On a mesuré 34,5 °C à la station de Louvigné-du-Désert (Ille-et-Vilaine, ouverte en 1986) contre 33 °C le 27/06/1986. Dans les stations de Flers (Orne, ouverte en 1997) et Ernée (Mayenne, ouverte en 1996), le mercure a atteint 34,1 °C, contre respectivement 32,7 °C et 33,7 °C  le 19/06/2005.
De Biarritz, où on a mesuré 37,8 °C, à Bordeaux ou Nantes, avec 36,5 °C, il n'avait jamais fait aussi chaud avant un 20 juin. Ce mardi 21 juin, des records de maximales devraient encore tomber.
 
Les températures minimales ont été également particulièrement élevées depuis lundi 19 juin. La douceur nocturne a d'abord concerné le Sud-Ouest. Le record mensuel de douceur nocturne pour un mois de juin, datant du 23/06/2005, a notamment été égalé dès le lundi 19 juin à Toulouse-Blagnac avec 22,1 °C.
Cette extrême douceur s'est étendue sur une bonne partie du pays le 20 juin. Les précédents records sont tombés à Poitiers et Niort (ouvertes 1921 et 1959), avec respectivement 22,8 °C et 22,2 °C. À Nancy-Ochey, le record de 21 °C du 24/06/2016 a été égalé.
 
La série des records mensuels de douceur nocturne s'est poursuivie ce mercredi 21 juin, plutôt sur un grand quart nord-ouest du pays, déclassant des records mensuels datant de 1976. On a ainsi relevé 24,2 °C à Villacoublay et 24,1 °C au Havre (ouverte en 1921). À Paris-Montsouris (ouverte en 1972), le record du 29 juin 1976 de 23,4 °C a été égalé.
 

Un épisode qui concerne l'ensemble du pays

Cet épisode de chaleur précoce concerne l'ensemble du territoire. À l'échelle de la France métropolitaine, il n'avait jamais fait aussi chaud au mois de juin. L'indicateur quotidien de température moyenne, calculé sur une trentaine de stations métropolitaines, a ainsi été battu dès mardi 20 juin avec une moyenne de 26,2 °C contre 26,1 °C le 28/06/2005. Ce record pourrait encore être battu aujourd'hui mercredi 21 juin, (premier jour de l'été calendaire), et jeudi.
 
Pression au niveau de la mer et températures à 850 hPa, du mercredi 21 juin à 00h00 UTC au lundi 26 juin 00h00 UTC (Cliquer sur l'animation pour l'agrandir)
 © Modèle du Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme, développé en partenariat avec Météo-France

Vers une fin de l'épisode caniculaire vendredi

Avec l'affaiblissement des hautes pressions et le passage d'un minimum de pression sur l'Angleterre, un rafraîchissement commencera à se faire sentir du littoral aquitain à la Bretagne jeudi 22, où on perdra souvent 5 à 7 degrés par rapport aux jours précédents. En revanche, sur les régions plus à l'est, jeudi devrait être la journée la plus chaude de l'épisode, avec des températures atteignant jusqu'à 37-38 °C localement.
Dans la nuit de jeudi à vendredi, une masse d'air océanique plus fraîche reviendra par le nord-ouest, et la nuit de jeudi à vendredi sera nettement moins chaude, souvent de 3 à 5 degrés. Cette baisse du mercure devrait se confirmer sur une grande partie du pays, avec des maximales repassant la plupart du temps sous les 30 °C, excepté dans le quart Sud-Est où les températures pourraient encore dépasser les 34°C. L'épisode de très fortes chaleurs devrait donc prendre fin au nord et dans le sud-ouest de l'Hexagone.
La masse d'air très chaud se décalera vers le sud-est du pays où l'épisode de très fortes chaleurs devrait se poursuivre samedi 24 et dimanche 25.

Actualité par Météo-France