Imprimer Envoyer á un ami

Banquise arctique : point sur l’étendue

09/06/2017

Après de nombreux records bas d'étendue cet hiver, la banquise arctique a diminué régulièrement en mai, mais à un rythme relativement lent. Le taux de retrait de la glace a cependant atteint par endroit un niveau record, comme en mer des Tchouktches, qui borde la pointe nord-est du continent asiatique et la pointe nord-ouest de l'Alaska.

Où en est l'étendue en ce mois de mai ?

Étendue de la banquise arctique en mai 2017
Étendue de la banquise arctique en mai 2017. La ligne magenta indique la moyenne 1981/2010 pour ce mois. @ NSIDC (National Snow and Ice Data Center)

D'après le NSIDC (Centre national américain pour les données sur la neige et la glace), l'étendue de la banquise en mai a atteint en moyenne 12,74 million de kilomètre carrés, soit la quatrième valeur la plus basse mesurée pour un mois de mai depuis le début des relevés satellites en 1979. Une situation qui contraste assez fortement avec les mois précédents, où des records d'extension basse ont été systématiquement battus. Il faut dire qu'elle se situe assez loin du record bas d'étendue établi en mai 2016.

Extension de la banquise en mai au cours des dernières décennies
Extension moyenne de la banquise arctique pour le mois de mai au cours des dernières décennies. @ NSIDC (National Snow and Ice Data Center)

D'un point de vue global, le taux de diminution journalier de banquise a été relativement lent au cours de ce mois de mai. Il a atteint en moyenne 43 000 kilomètres carrés par jour, contre 47 000 kilomètre carrés par jour en moyenne à cette époque de l'année.
 

Un retrait des glaces extrêmement précoce et record en mer des Tchouktches 

Dans le détail, en mai, le comportement de la banquise a été différent selon les secteurs.

L'étendue de la banquise est restée inférieure à la normale dans le secteur pacifique de l'Arctique et en mer de Barents,  au nord de la Norvège et de la Russie occidentale. Elle était au contraire légèrement au-dessus de la normale en Baie de Baffin. L'étendue des glaces était aussi conforme à la normale en mer du Groenland. En mer des Tchouktches toutefois, l'étendue était à un niveau bas jamais observé par le passé. 
 
Le retrait de la banquise a par exemple été particulièrement lent côté atlantique, avec même la lisère des glaces qui s'est temporairement étendue en mer de Barents et du Groenland, avant un début de déclin en toute fin de mois. 
 
A l'inverse, dans le secteur pacifique, et notamment en mers de Béring et des Tchouktches, le retrait de la glace de mer a été extrêmement rapide en mai, et ce de façon inédite depuis le début des mesures satellites. 
 
Cela s'explique en partie par un hiver dernier extrêmement doux, couplé à des zones d'eau restées inhabituellement libres de glace jusqu'en décembre en mer des Tchouktches, ce qui a conduit à un retard significatif d'englacement et donc à une banquise plus fine au printemps…

Actualité par Météo-France