Imprimer Envoyer á un ami

Un mois de mars exceptionnellement doux

04/04/2017

Après un mois de février très doux, la France a connu des températures très printanières tout au long du mois, plaçant mars 2017 au 1er rang des mois de mars les plus chauds sur la période 1900-2017, ex-aequo avec celui de 1957. Les passages pluvieux ont été assez fréquents et très actifs sur le Sud, épargnant souvent la moitié nord. Les 6 et 7, la tempête « Zeus » a balayé le pays, de la Bretagne aux Alpes et à la Méditerranée.
 
Les températures ont été 2 à 3 °C au-dessus des normales* sur la quasi-totalité du pays, localement 3 à 4 °C sur le flanc est. Elles ont été un peu plus conformes aux valeurs de saison sur un petit quart sud-ouest. Les gelées ont été très peu fréquentes y compris dans le Nord-Est. En moyenne sur la France et sur l'ensemble du mois, la température a atteint 11 °C, soit 2.3 °C au-dessus de la normale. Mars 2017 se classe ainsi au 1er rang des mois de mars les plus chauds sur la période 1900-2017, ex-aequo avec le mois de mars 1957, juste devant mars 1997, 1994 et 1948 (10,7 °C soit une anomalie de + 2,0 °C).
 
La pluviométrie a été excédentaire* sur la majeure partie de l'Hexagone, avec des cumuls une fois et demie supérieurs à la normale du Poitou-Charentes au Limousin et au Languedoc-Roussillon ainsi qu'en Provence – Alpes – Côte d'Azur. Les cumuls ont atteint deux à trois fois la normale sur le nord de Midi-Pyrénées, ainsi que des Pyrénées-Orientales au Gard et à l'Ardèche. En revanche, les précipitations ont été déficitaires sur la Corse, la Bretagne, des Hauts-de-France au nord de la Lorraine ainsi que plus localement du sud de l'Alsace au nord de l'Isère. En moyenne sur le pays, la pluviométrie a été supérieure à la normale de plus de 20 %.
 
L'ensoleillement, proche de la normale** sur une grande partie du pays, a été plus généreux le long des frontières du Nord et du Nord-Est ainsi qu'en Corse. En revanche, il a été déficitaire de la Normandie aux Landes.
 
* moyenne de référence 1981-2010
** moyenne de référence 1991-2010
 
 
     
     
(Cliquer sur les graphiques pour les agrandir)
 

Évènement météorologique marquant de mars 2017

Tempête Zeus les 6 et 7 mars
 
Une violente tempête baptisée Zeus a abordé la Bretagne le 6 mars en début de journée. L'axe de vent fort s'est ensuite rapidement décalé vers les Pays de la Loire et le Poitou-Charentes dans la matinée, puis vers le Massif central en milieu de journée, avec des rafales allant jusqu'à 125 km/h, voire localement davantage en montagne, et des valeurs souvent record pour un mois de mars. En cours d'après-midi et soirée, ces vents tempétueux, atteignant 150 km/h sur les caps, ont gagné le pourtour méditerranéen et la Corse, avant de s'évacuer en seconde partie de nuit.
 
En Bretagne, dans l'intérieur des terres, les plus fortes rafales ont le plus souvent été comprises entre 120 et 130 km/h et jusqu'à 140 km/h sur le Finistère. Sur les côtes, elles ont atteint 130 à 160 km/h. Hormis à Ouessant avec 190 km/h et à Camaret-sur-Mer avec 193 km/h, records absolus, les rafales n'ont pas dépassé les valeurs des tempêtes les plus marquantes des 40 dernières années (tempêtes de 1987, de Noël 1999…). De même sur les Pays de la Loire, les plus fortes rafales, comprises entre 100 et 120 km/h, sont restées inférieures aux valeurs relevées lors de la tempête du 3 février 1990 ou lors de la tempête Xynthia le 28 février 2010. Dans le Sud-Ouest, les rafales ont localement dépassé 120 km/h dans les terres comme à Millau dans l'Aveyron et à Angoulême en Charente avec 124 km/h. Près de la Méditerranée, les vents ont souvent soufflé à plus de 100 km/h, avec des pointes à 120 km/h à Montpellier dans l'Hérault, 143 km/h à Calvi en Haute-Corse et jusqu'à 184 km/h à Saint-Raphaël dans le Var.
 
32 % de la surface du pays ont ainsi été soumis à des vents de plus de 100 km/h, 7 % à des vents dépassant 120 km/h. 
 
Pour en savoir plus sur l'historique des tempêtes en métropole, consultez notre site dédié
 
(Cliquer sur la carte pour l'agrandir)

Actualité par Météo-France