Imprimer Envoyer á un ami

Enneigement en montagne au 29 mars

30/03/2017

Le printemps s'est installé en montagne autour du 9 mars, soleil et douceur dominent depuis. Le manteau neigeux, auparavant souvent excédentaire, s'est donc généralement amoindri.
C'est le cas dans les Alpes et les Pyrénées, où la neige a disparu à moyenne altitude et présente souvent des hauteurs inférieures à la moyenne au-dessus.
En Corse, l'enneigement est encore abondant pour l'époque de l'année, mais seulement aux altitudes élevées.
Dans les massifs de moyenne montagne, la neige, quand elle n'a pas complètement disparu, se confine, avec des épaisseurs modestes, dans les pentes nord des plus hauts sommets.
Elle a le plus souvent des caractéristiques printanières : dure et regelée le matin, molle et humide l'après-midi. Il subsiste néanmoins de la neige froide plus hivernale dans les pentes nord de haute altitude.
 

Pour s'informer sur les risques d'avalanche dans les Alpes, les Pyrénées et la Corse, des bulletins Neige et Avalanche sont disponibles quotidiennement sur notre site Internet, rubrique montagne, ainsi que sur les applications mobile de Météo-France (dont Météo Ski).

Alpes du Nord

Le massif de Belledonne (Isère) le 29 mars 2017.
Le massif de Belledonne (Isère) le 29 mars 2017. Son aspect reflète les conditions actuelles dans les grands massifs : pas ou très peu de neige à moyenne altitude ainsi que dans les versants ensoleillés ou rocheux, enneigement correct ailleurs. © Météo-France - Daniel Goetz
(Cliquer sur l'image pour l'agrandir)

Avec les conditions printanières qui règnent depuis trois semaines, l'enneigement a nettement régressé. Les 20 à 50 cm de neige qui sont tombés le 25 mars ont fondu, sauf dans les versants nord d'altitude.
La neige a ainsi disparu en moyenne montagne, avec environ un mois d'avance. Plus haut, les hauteurs de neige, qui étaient souvent un peu excédentaires durant la première décade de mars, se situent désormais en dessous des normales (-20 à -60 %), sauf en Haute-Maurienne et dans la partie sud de la Haute-Tarentaise, où elles présentent encore un excédent d'environ 30 %.
L'enneigement continu débute en versant nord généralement entre 1300 et 1400 m, plus haut, entre 1500 et 1700 m, en Haute-Tarentaise, Haute-Maurienne, Vanoise et Oisans. En versant sud, il débute vers 1800 m en Haute-Savoie, entre 1900 et 2100 m partout ailleurs.
À 1500 m, il n'y a de la neige de façon significative que dans les versants nord des massifs de Haute-Savoie et le Beaufortin, 30 à 40 cm ; ailleurs il n'y en a pas ou très peu.
À 2000 m en versant nord, l'épaisseur de neige se situe le plus généralement entre 80 cm et 1,10 m, jusqu'à 1,40 m dans le Beaufortin, 2 m en Haute-Maurienne. En versant sud, elle se situe souvent autour de 30 cm, jusqu'à 50 cm en Haute-Maurienne, tandis qu'il n'y a en revanche plus de neige dans les massifs de l'Isère.
À 2500 m, le manteau neigeux est plus épais, mais il est en fait réparti irrégulièrement à cause des vents qui ont souvent soufflé violemment cet hiver. Selon les massifs, on trouve, dans les endroits peu ventés, entre 1,70 m et 2,20 m en versant nord, entre 80 cm et 1,20 m en versant sud.
 

Alpes du Sud

Elles n'échappent pas aux conditions printanières qui règnent sur la France depuis trois semaines. L'enneigement a en conséquence diminué de façon sensible. À moyenne altitude, avec une avance d'environ un mois, la neige n'est plus présente. Plus haut, les hauteurs de neige, qui étaient plutôt excédentaires, se situent désormais souvent en dessous des normales, avec un déficit généralement compris entre -30 % et -60 %. Les 20 à 50 cm de neige tombés le 25 mars ont fondu, sauf dans les versants nord d'altitude.
La limite de l'enneigement se situe dans tous les massifs vers 1400 m en versant nord, 1800 ou 1900 m en versant sud.
À 2000 m, on mesure en versant nord environ 1 m de neige dans la partie nord-est des Hautes-Alpes (massifs du Thabor, du Pelvoux, du Champsaur et du Queyras), 70 à 80 cm ailleurs. En versant sud, l'épaisseur de neige est partout comprise entre 10 et 25 cm seulement.
À 2500 m, les épaisseurs de neige en versant nord sont confortables, entre 1,40 m et 1,70 m selon les massifs. En versant sud, elles sont voisines de 1 m, un peu moins dans le massif du Dévoluy. 
 

Corse

Avec les conditions très printanières qui se sont installées là aussi depuis maintenant trois semaines, l'enneigement a nettement régressé. La neige a ainsi disparu en dessous de 1500 m. Au-dessus, du fait d'un enneigement qui était jusqu'alors important, le manteau neigeux présente encore de bonnes épaisseurs.
Dans les deux massifs corses, l'enneigement continu débute en toutes orientations autour de 1500 m. Il augmente ensuite rapidement avec l'altitude : l'épaisseur de neige à 2000 m est en effet partout de 1,20 m à 1,30 m. Aux plus hautes altitudes, vers 2500 m, son épaisseur atteint 2,20 m en versant nord, 2 m en versant sud.
Cette neige est de type printanier : durcie par le regel le matin, elle est ramollie par le soleil et la douceur en journée.
À la station automatique de la Maniccia (Cinto-Rotondo, 2350 m), on mesure une hauteur de neige au sol de 2,20 m, une valeur très proche de la moyenne de saison (2,40 m).
 

Pyrénées

Les Pyrénées ont connu un temps plutôt doux et ensoleillé durant ce mois de mars et, malgré quelques chutes de neige, les hauteurs de neige sont maintenant presque partout déficitaires, surtout en dessous de 2000 m.
L'enneigement en versant nord débute encore par endroits vers 1500 m mais plus généralement à partir de 1600 ou 1700 m. En versant sud, il débute le plus souvent vers 1800 ou 1900 m, plus bas, 1600 m, dans les Pyrénées-Orientales.
À 1800 m et en dehors des versants sud, les hauteurs de neige sont de l'ordre de 30 à 50 cm. Au-dessus de 2000 m, les hauteurs de neige sont voisines de 1 m, comme par exemple à la station automatique du port d'Aula (ouest de l'Ariège, 2150 m d'altitude), où la hauteur de neige mesurée est de 1,25 m, une valeur inférieure à la moyenne de 1,80 m.
Pour trouver un enneigement véritablement de saison, il faut aller vers les deux extrémités de la chaîne : d'une part vers l'extrémité ouest, où les 2,25 m relevés à la station automatique du lac d'Ardiden (Hautes-Pyrénées, 2450 m) correspondent exactement à la moyenne pour cette époque de l'année, d'autre part vers l'extrémité est de la chaîne, qui n'a pas toujours été bien enneigée durant l'hiver mais qui a connu plusieurs chutes de neige importantes ; en ce début de printemps, les sommets du massif du Canigou sont encore bien blancs, et l'on relève 1,30 m à la station automatique du Canigou-les Cortalets à 2170 m d'altitude, une valeur supérieure de près de 40 % à la normale.
 

Vosges, Jura et Massif central

L'enneigement, qui est resté globalement bien faible durant tout l'hiver, a maintenant le plus souvent disparu, à cause du printemps bien installé depuis trois semaines.
 
Dans les Vosges, l'enneigement n'est plus continu. Seules quelques plaques de neige subsistent par endroits.
 
Dans le Jura, la neige a également pratiquement disparu.
Il en subsiste toutefois dans les massifs forestiers d'altitude bien abrités, comme le Risoux, le Massacre et les monts Jura. On y trouve là encore 10 à 30 cm au-dessus de 1200 m d'altitude, localement jusqu'à 50 cm près des plus hauts sommets.
 
Dans le Massif central, le manteau neigeux, de type printanier, ne résiste qu'aux plus hautes altitudes.
Dans le massif du Sancy et du Mézenc, l'enneigement continu démarre vers 1600 m en versant nord ; son épaisseur est irrégulière à cause du vent qui a soufflé durant l'hiver, elle varie entre 20 et 60 cm environ. En versant sud, l'enneigement est discontinu.
Dans le massif du Cantal, l'enneigement qui subsiste est moindre que dans les massifs du Sancy et du Mézenc.
 
 
 

Actualité par Météo-France