Imprimer Envoyer á un ami

Retour sur quelques mois de janvier rigoureux

03/01/2017

L'Hexagone a connu des mois de janvier très rigoureux dans un passé assez récent. Retour sur les épiodes de froid intenses de 1945, 1963 et 1985.
Glace dans le parc de Sceau
Glace sur le parc de Sceaux @ Météo-France/Michel Hontarrède

Janvier 1985

La vague de froid se concentre entre le 3 et le 18 janvier. Elle touche tout le pays et maintient la neige au sol avec des cumuls importants, y compris dans les zones habituellement épargnées :entre le 7 et le 8, il tombe 38 cm à Nice. Certains jours, les températures maximales restent inférieures à –5, voire –6°C sur de nombreuses régions.

Janvier 1963

Au cœur de l'hiver 1962-1963, le plus froid depuis 1900 avec pratiquement 3 mois de gel quasi continu, le mois de janvier 1963, bien qu'ensoleillé, est glacial. Le 10, de l'air très froid déferle de nouveau sur tout le pays où le gel est pratiquement permanent. Le 19 janvier, cette vague de froid se renforce et après de fortes chutes de neige (on mesure par exemple 35 cm de neige à Montpellier), les températures atteignent pratiquement des niveaux records. On enregistre -27 °C à Ambérieu, -26 °C à Vichy, -23 °C à Saint-Etienne et Lyon, -18 °C à Montpellier, -14 °C à Dinard, -13 °C à Paris.

Janvier 1945

Après une période douce jusqu'au 23 décembre 1944, une période très froide et très neigeuse perdure jusqu'à la fin janvier 1945. A l'échelle du pays, la température moyenne en janvier affiche un écart de moins 5,6 degrés par rapport à la normale. Sur de nombreuses régions (hors littoraux), le nombre de jours de gelée sous abri varie de 25 à 31. On relève 10 à 15 jours avec des chutes de neige dans la moitié nord (un peu moins au bord de la mer), 5 à 8 dans le Sud-Est (3 à Nice). Cette neige tient au sol pendant 25 à 31 jours dans la moitié nord et 5 à 10 jours dans la moitié sud. Les températures descendent jusqu'à -21°C à Vichy et Clermont-Ferrand, -18°C à Lille, -16°C à Alençon, -13°C à Paris, -12°C à Angoulême, -9°C à Montélimar.