Imprimer Envoyer á un ami

Enneigement en montagne au 27 décembre 2016

29/12/2016

Sans nouvelle chute de neige depuis le 20 décembre, le déficit d'enneigement pour une fin décembre s'est accentué dans la quasi-totalité des massifs montagneux français. Ce déficit est le plus marqué dans tous les massifs des Alpes du Nord, excepté en Haute-Maurienne, et tout particulièrement entre 1 600 et 2 000 m où une absence de neige ou d'aussi faibles épaisseurs n'ont été observées depuis 20 ans qu'en 2015 et dans une moindre mesure en 2006 et 1998.  
Dans les Alpes du Nord, les Pyrénées et les massifs de moyenne montagne, le scenario pour la constitution de l'enneigement de ce début d'hiver est très proche de celui l'hiver passé, avec quelques chutes de neige en novembre, suivies de conditions majoritairement anticycloniques et douces, tout le mois de décembre. Depuis le 25 novembre, le temps sec, ensoleillé et la douceur en montagne ont progressivement fait disparaître la couche de neige en place aux plus basses altitudes et dans les pentes ensoleillées. À l'inverse, l'épaisseur de neige n'a que très peu évolué en altitude et dans tous les versants un peu ombragés. 
L'anticyclone a également concerné les Alpes du Sud mais certains massifs ainsi que la Corse et l'extrême est des Pyrénées ont aussi bénéficié de quelques chutes de neige, lors de situations de retour d'est ou d'épisode méditerranéen.
Dans les stations de ski, avec des températures en altitude plus élevées que la normale, les conditions favorables pour produire de la neige de culture ont été souvent réduites à quelques périodes de froid, assez courtes.
 
Cette faible couverture neigeuse ne laisse en rien présager ce que sera l'enneigement sur l'ensemble de la saison hivernale. Ainsi, lors de l'hiver 2015-2016, de fortes chutes de neige, les quinze premiers jours de janvier, avaient modifié très rapidement l'enneigement dans tous les massifs et, en avril et mai, l'enneigement était encore très souvent excédentaire. Pendant l'hiver 2006-2007, un épisode perturbé avait balayé les Alpes au début du mois de janvier mais en n'améliorant que temporairement l'enneigement, le déficit ayant persisté ensuite  presque tout l'hiver dans tous les massifs, avec une fonte précoce.
 

Alpes du Nord 

La neige est le plus souvent absente à basse et moyenne altitude, et jusqu'à assez haute altitude dans les versants ensoleillés. Il faut monter vers 1 800 à 2 000 m pour trouver un enneigement continu en versant nord et dans les zones ombragées.
À 2 000 m, les épaisseurs varient de 5 à 35 cm en moyenne selon les massifs et atteignent
60 cm en Haute-Maurienne. En versant sud, il n'y a généralement pas de neige, sauf en Haute-Maurienne, (20 cm).
Plus haut, les épaisseurs augmentent rapidement. À 2 500 m, la neige est présente en tous versants : il y a le plus souvent 20 à 40 cm de neige en versant sud et 60 à 90 cm en versant nord et jusqu'à 1,50 m sur l'est de la Haute-Maurienne.
Ces valeurs sont très proches de celles de l'an dernier et sont nettement inférieures aux valeurs normales pour une fin décembre, sauf près de la frontière italienne où l'enneigement est au contraire excédentaire.
Dans plusieurs sites de mesures, les épaisseurs relevées figurent parmi les 2 ou 3 plus faibles observées depuis 20 ans (décembre 2015, 2006, 2000). C'est le cas à Lognan (Mont-Blanc, 2 000 m) : 19 cm ; à Flaine (Chablais, 1 600 m) : 5 cm ; à La Plagne (Vanoise,
1 970 m) : 15 cm ou encore à La Rosière (Haute-Tarentaise, 1 870 m) : 0 cm, comme l'an dernier.
Plus haut, le déficit est moins marqué. Par exemple, dans l'Oisans, on relève 50 cm aux 2Alpes à 2 600 m et 1 m à la station automatique des Ecrins à 3 000 m. Des enneigements plus faibles n'ont été observés que 5 à 6 fois depuis 20 ans. 
Seule exception, près de la frontière italienne, ainsi à Bonneval (Haute-Maurienne, 2 720 m) : les 1,40 m de neige relevés sont nettement supérieurs à la moyenne de 90 cm, ce qui est observé dans  20 % des cas. 
La principale raison de ce faible enneigement est la persistance de conditions anticycloniques qui ont maintenu un temps sec – il n'a pratiquement pas neigé depuis le 25 novembre – et de la douceur en montagne. En altitude, les températures moyennes du mois de décembre ont été le plus souvent  3 degrés au-dessus des normales dès 1 600 m. Ces conditions ont été globalement défavorables pour la production de la neige de culture, utilisée en station de ski pour pallier le manque de neige naturelle. Cette production de neige a toutefois pu se faire dans certaines stations  lors de courtes périodes un peu plus froides ou pour celles qui ont bénéficié d'effets locaux de refroidissement liés à la topographie.
 
 
Soleil en altitude, au-dessus d'une « mer de nuages » qui recouvre la vallée, ici dans les Bornes-Aravis. Conditions très classiques lors de périodes anticycloniques en hiver.
© Météo-France
 

Alpes du Sud

Les conditions d'enneigement sont plus variables dans les Alpes du Sud où l'enneigement est meilleur sur les massifs des Alpes-Maritimes et de l'est (Thabor, Queyras). 
Dans ces massifs, la neige est présente à partir de 1 400 m en versant nord, 1 700 m en sud. L'enneigement est un peu faible et déficitaire à basse altitude mais devient très bon et excédentaire au-dessus de 2 000 à 2 200 m. Par exemple, dans le Queyras, à Ceillac
(1 660 m), il n'y a plus de neige au sol comme cela se produit 1 hiver sur 4  fin décembre. Au Col Agnel (2 630 m), on mesure 70 cm pour une moyenne de 60 cm.
Dans les autres massifs du Nord et surtout de l'Ouest, la situation se rapproche de celle des Alpes du Nord. L'enneigement continu débute entre 1 800 m et 2 000 m en versant nord, entre 2 000 et 2 300 m en versant sud. À 2 000 m, une petite couche persiste en versant nord (5 à 10 cm dans l'Embrunnais-Parpaillon et l'Ubaye ; 20 cm dans le Pelvoux) mais il n'y a plus de neige dans le Dévoluy et le Champsaur, les moins enneigés.  Par exemple, à la station automatique d'Orcières (Champsaur, 2 130 m) 0 cm pour une moyenne de 50 cm, comme en 2015, 1998 et  2001, qui avaient été également très peu enneigés. Plus haut, l'enneigement devient rapidement correct même s'il reste le plus souvent déficitaire. À  2 500 m, l'épaisseur du manteau neigeux est de l'ordre de 40 à 50 cm en versant sud et atteint 80 cm à 1,20 m en versant nord.
 
 
Sommet de la Grande Maye, au-dessus de Villar-St-Pancrace, le 27 décembre 2016.
 © Météo-France, Briançon
 

Corse

 
L'enneigement reste globalement faible pour la saison et hétérogène. Il débute en tous versants vers 1 600 à 1 700 m. À 2 000 m, l'épaisseur de neige est d'une vingtaine de centimètres mais atteint 80 cm à 1 m près des sommets.
 

Pyrénées

 
L'enneigement est faible sur l'ensemble des Pyrénées, tout particulièrement au centre de la chaîne.
Le temps sec, ensoleillé et les températures souvent douces qui persistent depuis près d'un mois ont continué l'érosion lente du manteau neigeux en place.
Sur l'ouest de la chaîne, les hauteurs de neige à 2 500 m d'altitude sont un peu faibles pour la saison avec, par exemple, 70 cm au lac d'Ardiden par rapport à une moyenne de 90 cm. En revanche, à plus basse altitude les hauteurs de neige sont déficitaires ; elles sont de l'ordre de 10 à 20 cm à 1 700 m pour une moyenne de l'ordre de 40 cm. 
Sur les Pyrénées centrales, le déficit d'enneigement est davantage marqué ; la neige est pratiquement absente en dessous de 2 000 m d'altitude et les hauteurs ne dépassent pas 10 à 20 cm aux altitudes plus élevées. Par exemple, à la station automatique du Port d'Aula (Couserans, 2 140 m), on a relevé seulement 9 cm, la valeur la plus faible mesurée depuis
20 ans (précédent record 10 cm en 2000).
L'extrémité est de la chaîne, son versant méditerranéen, a bénéficié de quelques chutes de neige, bienvenues au début des vacances de Noël, qui lui permettent d'être blanchie dès
1 500 m d'altitude. Les hauteurs de neige restent cependant modestes, guère plus de 10 à
20 cm vers 2 000 m et 50 cm vers 2 500 m. Sur le Canigou, par exemple, à 2 150 m d'altitude, la hauteur de neige, 33 cm est légèrement inférieure aux valeurs moyennes de saison.
 
 
Mesures de la station Nivôse de Lac d'Ardiden. © Météo-France
 

Vosges, Jura et Massif central

 
Il n'y a actuellement pas de neige dans ces massifs.