Imprimer Envoyer á un ami

Europe du Nord : neige et froid intense

09/11/2016

L'actualité météorologique en France a été marquée ces derniers jours par des températures hivernales, qui peu à peu remontent sous les perturbations océaniques. Cette incursion hivernale est sans aucune mesure avec les conditions glaciales qui prévalent bien plus au nord.

Hautes pressions arctiques et perturbations continentales

Depuis la fin du mois d'octobre, la neige a en effet fait son apparition sur le nord-ouest de la Russie. Les températures ont baissé brutalement en Scandinavie, dans les pays baltes et dans l'ouest russe, accompagnant des chutes de neige, remarquables par leur précocité et leur abondance.

Anomalie de température moyenne du 1er au 8 novembre 2016 à 850 hPa. L'air froid, en bleu, est bien visible sur le nord de l'Europe
Anomalie de température moyenne du 1er au 8 novembre 2016 à 850 hPa. L'air froid, en bleu, est bien visible sur le nord de l'Europe. © Météo-France (cliquez sur la carte pour l'agrandir)

Le blocage anticyclonique scandinave qui a dominé au mois d'octobre s'est décalé vers le nord de la Sibérie. Les perturbations qui se succèdent sur le continent pénètrent ainsi jusque dans le nord-ouest russe où elles viennent buter contre les hautes pressions arctiques, provoquant de régulières chutes de neige du sud de la Norvège au nord de l'Oural, Ces dernières sont accompagnées d'un vent soutenu de dominante nord-est, entretenant des températures glaciales.

Froid très marqué en Scandinavie, neige abondante en Russie

Autour du golfe de Finlande (Helsinki, Tallinn, Saint-Petersbourg), les conditions se sont nettement dégradées à la fin de la semaine dernière : les chutes de neige sont quotidiennes depuis le 4 novembre et parfois importantes. Il est ainsi  tombé 20 cm  le 7 novembre à Saint-Petersbourg. Les températures ne sont généralement pas repassées au-dessus de 0°C depuis l'après-midi du 3 novembre. Un vent modéré de dominante nord-est, soufflant en rafales, provoque la formation de congères et renforce la sensation de froid. Des conditions glaciales qui devraient perdurer au moins ce week-end, avant une possible remontée des températures en début de semaine prochaine.

À Stockholm, chutes de neige et bruines verglaçantes se succèdent et les températures restent particulièrement basses pour la saison (-2°C au meilleur de la journée le 8 et le 9). À Oslo, un épisode marquant de neige s'est produit samedi 5, avec une vingtaine de centimètres. Il n'y a pas eu de dégel depuis dans la capitale norvégienne où les températures restent bien inférieures aux normales de saison. En Europe du Nord, les températures accusent un déficit de 6 à 10 degrés pour un début-novembre.

En Russie, les premières neiges tombées à Moscou le 29 octobre ont résisté au redoux temporaire survenu pendant la nuit du 7 au 8 novembre et les conditions prévues dans les prochains jours s'annoncent propices au maintien, voire au renforcement de la couche neigeuse. Si aucun radoucissement n'intervient dans les semaines à venir, le précédent record de précocité d'enneigement pérenne* des 20 dernières années, datant de l'hiver 1999-2000 (il avait alors débuté le 6 novembre) pourrait être battu.

* la période d'enneigement pérenne est la période durant laquelle les sols restent continûment enneigés durant la saison hivernale.

 

Actualité par Météo-France