Imprimer Envoyer á un ami

Typhon Haiyan aux Philippines le 8 novembre 2013

14/11/2013

Le supertyphon Haiyan a balayé les Philippines le vendredi 8 novembre 2013. Après avoir touché terre au centre-est de l'archipel philippin, Haiyan a faibli en remontant le long des côtes est du Vietnam,  avant de poursuivre sa route vers Hanoï et le sud de la Chine.

Un cyclone d'une intensité exceptionnelle

Le supertyphon Haiyan a atteint Guiuan, au centre-est des Philippines, avec une intensité extrêmement forte. D'après l'agence météorologique japonaise et le centre américain inter-armes de prévisions des cyclones tropicaux, les vents maximum estimés ont atteint 315 km/h, avec des rafales jusqu'à 380 km/h. Au plus fort de son intensité, la pression au centre du cyclone ne dépassait pas, selon les estimations, 870 à 895 hectoPascal.

Ces valeurs font de Haiyan un des cyclones les plus puissants jamais observés, à l'instar de l'ouragan Camille, qui a sévi en 1969 sur le golfe du Mississipi ou du typhon Tip, dans le nord-ouest de l'océan Pacifique, en 1979.

Initialement classé en catégorie 5 -la plus élevée- sur l'échelle de Saffir-Simpson, Haiyan a ensuite été progressivement rétrogradé en tempête tropicale au fur et à mesure de sa progression sur le Sud-Est asiatique. À son arrivée sur la baie de Ha Long le 10 novembre, les rafales de vent atteignaient encore 160 km/h.

Outre les vents violents, de fortes précipitations et des surcotes très importantes ont été observées. Le niveau de la mer s'est élevé de 3 à 6 mètres par endroit sur les côtes philippines.

Une région du globe très affectée par les phénomènes cycloniques

Chaque année, entre juin et octobre, les Philippines sont balayées par une vingtaine de tempêtes tropicales ou typhons. En 1995, le typhon Angela avait déjà touché le pays, avec des rafales de vent de près de 300 km/h. L'archipel est en première ligne sur la trajectoire de ces phénomènes météorologiques extrêmes qui se forment au-dessus du Pacifique. Les eaux chaudes de cette région du globe sont en effet propices à la formation de cyclones tropicaux.

Des phénomènes météorologiques sous étroite surveillance

Grâce à la multiplication des images satellitaires et au développement de modèles numériques, il est possible de prévoir de plus en plus précisément l'évolution de la trajectoire et de l'intensité des cyclones. L'Organisation météorologique mondiale coordonne cette veille cyclonique au plan international. Chaque bassin océanique est couvert par un centre météorologique régional spécialisé dans la prévision cyclonique. Le centre Météo-France de Saint-Denis de la Réunion assure, par exemple, la surveillance du sud-ouest de l'océan Indien.

Actualité par Météo-France