Imprimer Envoyer á un ami

Le satellite météo Metop-A a 10 ans

20/10/2016

Le 19 octobre 2006, était lancé depuis le cosmodrome de Baïkonour le satellite européen Metop-A, le premier d'une constellation dédiée à l'observation météorologique et à l'étude de la Terre. À son bord, des instruments innovants et notamment le sondeur infrarouge IASI.
En 2012, un deuxième satellite, Metop-B, équipé d'un sondeur identique, était à son tour mis en orbite. 
À l'occasion des 10 ans de Metop-A, retour sur les apports de la mission IASI à la météorologie et à l'étude du climat.
 

Des données incontournables pour prévoir le temps et suivre l'évolution du climat

Les services météorologiques ont établi que IASI était le meilleur sondeur météorologique jamais développé. Aujourd'hui, les observations issues de ce sondeur représentent la moitié des données assimilées par ARPEGE, le modèle numérique global de prévision du temps de Météo-France.
IASI est aussi le seul instrument qui mesure simultanément, deux fois par jour, en tout point du globe et en temps réel, une vingtaine de composés. Ces observations permettent de surveiller les panaches de pollution transportés par les vents, les grands feux qui font rage en été, les émissions d'ammoniac associées à l'agriculture intensive, les composés émis par la végétation, ou encore la formation du trou dans la couche d'ozone.
IASI permet également un suivi en continu et sur le long terme de plusieurs variables climatiques essentielles : température, vapeur d'eau, nuages, aérosols et gaz à effet de serre.
Enfin, IASI joue un rôle important dans la fourniture de données permettant d'émettre des alertes lors d'éruptions volcaniques, afin d'éviter que les avions survolent les zones contaminées en cendre.
Les deux sondeurs IASI embarqués sur les satellites Metop-A et Metop-B fournissent chacun plus d'un million d'observations par jour.
 

Un projet européen d'envergure

La conception du sondeur IASI a été assurée par le CNES (Centre national d'études spatiales), dans le cadre d'une coopération avec EUMETSAT, l'opérateur des satellites météorologiques européens.
Un troisième sondeur IASI sera lancé en octobre 2018, ce qui permettra d'assurer la continuité de la mission sur plus de 20 ans. Cette couverture temporelle sera encore étendue avec les 3 exemplaires IASI-NG (IASI-Nouvelle Génération) qui voleront sur la seconde génération de satellites Metop-SG. 
 
 

Actualité par Météo-France