Imprimer Envoyer á un ami

Noël au balcon, Pâques au tison ?

30/03/2018

Le proverbe « Noël au balcon, Pâques au tison ? » est bien connu mais il n'a, en réalité, aucun fondement climatologique. Il n'y a pas de lien direct entre le temps qu'il fait à Noël et à Pâques, dont la date varie d'ailleurs chaque année.

Néanmoins, après un Noël 2012 très doux (5°C au-dessus des normales* à l'échelle nationale), le week-end de Pâques 2013 avait été très frais, avec une température inférieure aux normales de près de 4°C le dimanche 31 mars et le lundi 1er avril. Le même phénomène, encore plus marqué, avait été observé auparavant entre Noël 1997 (le plus doux, 5,6°C au-dessus de la normale) et Pâques 1998 (4 à 6°C en dessous de la normale). En 2017, la configuration a été différente : après un Noël 2016 bien doux (+3,5°C/normale), le week-end pascal 2017 a été assez doux également (proche des normales). L'an passé, Noël 2017 a été plutôt doux, mais plus proche des normales (+1,5°C) que les 5 années précédentes, toutes douces à très douces. Il faut remonter à l'année 2010 pour trouver un Noël plus froid que la normale. Quant au week-end de Pâques 2018, il s'inscrit dans un contexte d'abord frais et perturbé, mais avec une amélioration généralisée lundi 02 avril, qui sera souvent printanier et doux., sauf sur le Nord-Ouest.


Des Noëls au balcon

Ces dernières années, les températures ont souvent été douces, voire extrêmement douces à cette période de l'année. Avec des températures de 5,5°C au-dessus des normales, Noël 2015 est ainsi le second Noël le plus doux à l'échelle nationale depuis le début des relevés, derrière celui de 1997.
Noël 2013 avait également été particulièrement doux, avec des températures 4,5°C au dessus de la normale ; il avait été suivi d'un Pâques 2014 très proche des normales de saison. Le précédent Noël véritablement "au balcon" datait de 2002, avec une température de près de 5°C au-dessus des normales ; il avait été suivi d'un Pâques 2003 plutôt doux (1 à 2°C au-dessus de la normale sur le week-end).

Écart à la normale des températures moyennes pour le 25 décembre 2015 (période de référence 1981-2010) - © Météo-France (Cliquer sur l'image pour l'agrandir)

Mars et avril, des mois de transition

Les prévisions à moyenne échéance (4 jours) sont souvent plus délicates à établir aux saisons intermédiaires, et particulièrement au printemps. À cette époque, l'atmosphère "hésite", subit des influences multiples et souvent contraires, entre les résidus d'air froid de l'hiver, l'air chaud qui pousse par le sud depuis les latitudes subtropicales, les évolutions saisonnières (fonte des neiges, hausse de la température des mers…).
Dans les faits, en mars et avril, le temps est souvent mitigé, quand ce ne sont pas de fortes pluies, parfois orageuses, qui affectent certaines régions, notamment dans le sud du pays. Cette situation s'explique souvent par la présence d'un anticyclone au nord de l'Europe, qui laisse s'infiltrer les dépressions sur notre pays en Méditerranée.

* Normales sur la période 1981-2010

 

Actualité par Météo-France