Imprimer Envoyer á un ami

El Niño à son maximum

15/01/2016

L'évènement El Niño en cours sur le Pacifique équatorial est maintenant dans sa pleine maturité.
Pour suivre son évolution, les climatologues surveillent une zone géographique appelée "boite Niño 3.4", qui couvre approximativement le centre de l'océan Pacifique équatorial (Figure 1). Dans cette zone, l'anomalie de température de surface de la mer a temporairement dépassé +3°C à la fin du mois de novembre et s'établit en moyenne à +2.9°C (Figure 2) sur le mois. Cette valeur place l'événement El Niño en cours à un niveau comparable à celui de l'évènement de 1997/1998 qui restait jusqu'ici le plus intense observé depuis le début des mesures dans les années 1950.

Anomalies de températures de surface de l'océan en novembre 2015

Figure 1: anomalie de température de surface de l'océan du mois de novembre 2015 (source Mercator Océan). Le phénomène El Niño est clairement visible dans l'océan Pacifique au niveau de l'Equateur (eaux plus chaudes que la normale du jaune au rouge). A noter la position de la boite Niño3.4 qui sert à la surveillance du phénomène El Niño.
(Cliquer sur la carte pour l'agrandir)



 Evolution mensuelle de l'anomalie de température de surface de l'océan Pacifique dans la zone Niño 3.4 depuis décembre 2013
Figure 2 : Evolution mensuelle de l'anomalie de température de surface de l'océan Pacifique dans la zone Niño 3.4 depuis décembre 2013 (source Mercator Océan)
.
(Cliquer sur la carte pour l'agrandir)

Le phénomène, en place depuis plusieurs mois, impacte directement toute la zone du Pacifique ainsi que toutes les régions tropicales du globe. Au-delà, il influence sensiblement l'ensemble du système climatique océan-atmosphère, en augmentant notablement son inertie. De ce fait, la prévisibilité des évolutions du système climatique est renforcée. Les simulations des différents modèles de prévisions saisonnières de part le monde sont ainsi particulièrement cohérentes. Elles indiquent que le phénomène El Niño a atteint son maximum et que les anomalies de température de surface de l'océan dans le Pacifique vont maintenant amorcer une baisse, qui va s'accélérer durant les premiers mois de 2016 (figure 3).

 

Anomalie de température de surface de l'océan Pacifique dans la zone "Nino3.4" prévues par les modèles de l'ensemble EUROSIP
Figure 3 : Anomalie de température de surface de l'océan Pacifique dans la zone "Nino3.4" prévues par les modèles de l'ensemble EUROSIP (Météo-France, Centre Européen de Prévision Météorologique à Moyen Terme, Met Office, National Centers for Environmental Prediction). En pointillés bleus : les observations des mois passés, en jaune et orange : les prévisions pour les mois à venir. 50% des simulations se trouvent dans la partie orange foncé du panache, 15% supplémentaires dans chaque zone voisine en orange clair, et encore 8% supplémentaires dans chaque zone jaune. Le panache montre la baisse prévue des anomalies durant les premiers mois de 2016.


Des conséquences climatiques au niveau planétaire

L'océan est la principale source d'énergie et d'humidité pour l'atmosphère. Lors d'un phénomène El Niño, les zones d'ascendance orageuses les plus importantes de l'atmosphère suivent les zones de plus fortes anomalies de température de l'océan dans leur déplacement. Le régime des précipitations s'en trouve modifié dans de nombreuses régions.
Les impacts climatiques du phénomène El Niño en cours (sécheresse importante en Indonésie, au Brésil ou en Afrique du Sud ; modification de la saison cyclonique dans l'Atlantique, où elle a été très faible, et dans le Pacifique Nord qui, à l'inverse, a connu une saison cyclonique particulièrement intense) sont déjà importants et se poursuivront début 2016. On s'attend  par exemple à la poursuite de la sècheresse en Afrique du Sud, à son accentuation en Australie. À l'inverse, les précipitations pourraient être excédentaires en Californie. Dans le Pacifique, la trajectoire des cyclones dans les prochains mois pourrait s'infléchir vers la Polynésie, habituellement épargnée par ces phénomènes.
 

Pour en savoir plus :

- sur les mécanismes en jeux lors d'un phénomène El Niño, consulter notre dossier El Nino/La Nina
- sur les prévisions pour le trimestre à venir et notamment l'évolution du phénomène El Niño en cours, consulter le dernier bulletin de prévisions saisonnières de Météo-France et le site de notre partenaire Mercator Océan*.

* Le Centre français d'analyses et de prévisions océaniques Mercator Océan fournit les états océaniques pour le modèle de prévisions saisonnières de Météo-France.