Imprimer Envoyer á un ami

Premier bilan climatique de l’année 2015 en France

25/11/2015

(Document établi sur la période du 1er janvier au 22 novembre 2015)

Durant les 8 premiers mois de l'année 2015, la température moyenne sur la France est restée supérieure aux normales*, à l'exception du mois de février. Le printemps et l'été ont été particulièrement chauds, avec deux épisodes de canicule en juillet. En revanche, l'automne a été plus contrasté avec des températures assez fraîches en septembre et octobre, puis exceptionnellement douces jusqu'au 20 novembre.  Moyennée sur les 11 premiers mois de l'année, la température devrait dépasser la normale de 0.7 °C. Ainsi, 2015 pourrait figurer parmi les cinq années les plus chaudes en France métropolitaine. En 2014, année la plus chaude depuis 1900, la température moyenne avait dépassé la normale* de 1,2 °C.

Le cumul moyen de précipitations sur les 11 premiers mois est légèrement déficitaire sur la France notamment du nord de l'Aquitaine au Nord-Est ainsi que sur l'Aude, l'Hérault et la Lozère. Après un printemps et un début d'été secs, le mois d'août a été particulièrement arrosé sur la majeure partie du pays. Plusieurs épisodes méditerranéens ont marqué le début de l'automne.

L'ensoleillement cumulé sur les 11 premiers mois de l'année est supérieur à la normale** sur l'ensemble du pays. Sur le quart nord-est, l'excédent dépasse souvent 10 %.



*  Normales concernant températures et précipitations : moyenne de référence 1981-2010
** Normale concernant l'ensoleillement : moyenne de référence 1991-2010

 

Evènements météorologiques majeurs de janvier à novembre 2015

Deux vagues de chaleur en juillet

Deux épisodes de canicule ont concerné la France du 30 juin au 7 juillet et du 15 au 22 juillet 2015. Ils ont été entrecoupés d'un léger rafraîchissement du 8 au 14 sur la quasi-totalité des régions. De nombreux records absolus de températures ont été battus. On a par exemple relevé 38.3 °C à Dieppe (Seine-Maritime) le 1er, 41.1 °C à Saint-Etienne (Loire) le 7 et 41.4 °C à Brive-la-Gaillarde (Corrèze) le 16.

Du 30 juin au 7 juillet, l'est et le centre-est de la France ont connu des températures dépassant souvent 38 °C. Le 6 et surtout le 7, des pics de chaleur ont été enregistrés en Rhône-Alpes et en Auvergne. En montagne, les températures ont également atteint des valeurs remarquables comme 26.1 °C au Mont-Aigoual (Massif central – Altitude de 1567 mètres), 34.9 °C à Briançon (Alpes du Sud - Alt. 1210 mètres) et 35.7 °C à Chamonix (Alpes du Nord - Alt. 1042 mètres). L'isotherme 0 °C est resté au-dessus de 4300 mètres durant tout l'épisode, atteignant même 4870 mètres le 7 juillet.

Le second épisode, entre le 15 et le 22 juillet, a particulièrement affecté les régions s'étendant du Sud-Ouest au Nord-Est ainsi que les régions méditerranéennes. Des températures supérieures à 35 °C ont souvent été observées des plaines du Sud-Ouest à la basse vallée du Rhône, dépassant 40 °C le 16 dans le Limousin.

Ces températures élevées associées à une faible pluviométrie ont engendré un assèchement très important des sols, notamment sur un large quart nord-est du pays.


Vagues de chaleur en France entre 1947 et 2015
Cliquer sur le graphique pour l'agrandir.


Sécheresse des sols du Limousin au Nord-Est de mai à juillet 2015

Les sols superficiels se sont asséchés sur la majeure partie du pays suite à un déficit pluviométrique depuis le début du printemps. Du Limousin au Nord-Est, cet assèchement s'est accentué au cours du mois de juillet suite aux faibles précipitations et aux températures exceptionnellement élevées.
En juillet, de nombreux records de faible pluviométrie ont été battus notamment dans le Limousin, en Bourgogne et en Champagne avec 12.2 mm à Limoges (Haute-Vienne), 8.6 mm à Châtillon-sur-Seine (Côte d'Or) et seulement 5.4 mm à Troyes (Aube).
Ainsi, fin juillet, du Limousin au Nord-Est, la sécheresse superficielle des sols a été une des plus sévères depuis 1959. Elle a perduré jusqu'à la fin de l'été du nord du Massif central à la Lorraine et à l'Alsace.

(1 mm = 1 L/m2)


Déficit d'humidité des sols sur le mois de juillet 2015


Plusieurs épisodes pluvio-orageux d'intensité exceptionnelle dans le Sud-Est et la Corse

Sur les onze premiers mois de l'année, les épisodes pluvio-orageux méditerranéens ont été moins nombreux qu'en 2014. Toutefois, le sud-est de la France a été frappé par des épisodes d'intensité exceptionnelle en fin d'été et début d'automne. Lors de ces épisodes, des cumuls de précipitations supérieurs à 100 mm en 1 heure ont été enregistrés, soit des durées de retour supérieures à 50 ou 100 ans. Les épisodes du 23-24 août et du 3 octobre ont particulièrement frappé des zones urbaines provoquant des inondations soudaines.

- les 23 et 24 août du Languedoc au sud des Alpes :
Cet épisode a été particulièrement remarquable dans la région de Montpellier, où Météo-France a relevé jusqu'à 169 mm à  l'aéroport dont 154 mm en 3 heures. De plus, avec 108.1 mm en 1 heure, le record de l'intensité en 1 heure a été battu.
Sur le reste de l'Hérault, on a relevé de fortes quantités comme 211 mm à Soumont, 206 mm à la Vacquerie-et-St-Martin et 158 mm à Lodève. Les cumuls ont également atteint dans le Gard 161.4 mm à Villevieille et dans les Bouches-du-Rhône 126.8 mm en 6 h à Arles. Cette ligne orageuse a touché le Vaucluse et les Alpes-de-Haute-Provence le 24 avec localement encore de fortes intensités : plus de 50 mm en 30 minutes sur les secteurs d'Avignon (Vaucluse) et de Saint-Auban (Alpes-de-Haute-Provence).

- les 12 et 13 septembre dans le Sud-Est :
Deux épisodes de pluies orageuses intenses se sont succédé durant le week-end des 12 et 13 septembre. Les pluies cumulées sur les 2 jours ont dépassé 150 à 200 mm du nord de l'Hérault à l'ouest de la Drôme, atteignant 202.7 mm à Montélimar (Drôme), 268.6 mm à Villefort (Lozère), 275 mm à Colognac (Gard), 385.6 mm à La Vacquerie (Hérault) et 388.5 mm à Grospierres (Ardèche). En moins de 6 heures, il est tombé jusqu'à 115.7 mm à Solenzara (Haute-Corse), 118.8 mm au Luc (Var) et 147.6 mm à Mandelieu-la-Napoule (Alpes-Maritimes). Dans l'Hérault le 12, il est tombé en 1 heure 112.2 mm à La Vacquerie et 119.7 mm à Soumont.

- du 30 septembre au 2 octobre en Corse :
Une dépression s'est creusée le 30 septembre à proximité des Baléares, puis s'est décalée sur la Sardaigne le 1er octobre, générant de très fortes pluies orageuses sur la Corse. Les pluies ont été particulièrement soutenues entre le 1er en fin d'après-midi et la matinée du 2 sur le relief et ses contreforts est.
On a relevé sur l'épisode jusqu'à 257.6 mm à Quenza (2A), 344.9 mm à Campile (2B) et 363 mm à Quercitello (2B). Ces cumuls représentent souvent l'équivalent de 2 à 3 mois de pluie d'un mois d'octobre en Corse.

- le 3 octobre dans le Sud-Est et particulièrement sur la Côte d'Azur :
Un système orageux a traversé dans la journée le sud-est de la France. L'intensification des précipitations a été très brutale sur les Alpes-Maritimes avec des cumuls de près de 200 mm en deux heures. Des records de pluie en une heure ont été enregistrés comme à Cannes avec 109 mm. On a relevé 156 mm en deux heures à Mandelieu-la-Napoule, dont 98.7 mm entre 20 heures et 21 heures. Après 22 heures, le système orageux s'est décalé vers l'Italie. Cet épisode, qui a frappé une zone urbaine, est un des plus violents que la Côte d'Azur ait connu. Sa brutalité et sa brièveté lui confèrent un caractère exceptionnel.


Des températures exceptionnellement chaudes du 1er au 20 novembre en France

Durant les trois premières semaines de novembre, une bonne partie de l'Europe est restée sous l'influence d'un solide anticyclone centré sur le sud du continent et d'un flux de sud-ouest dominant. Du fait de cette configuration, les températures ont atteint des niveaux jamais mesurés en novembre, non seulement en France, mais aussi chez certains de nos voisins. Les températures ont notamment atteint des valeurs exceptionnelles en montagne.
 

Pression moyenne au niveau de la mer du 1er au 20 novembre 2015
Cliquer sur la carte pour l'agrandir.

 

Cet épisode de douceur a été remarquable tant par les températures enregistrées que par sa durée.
Les températures ont été en moyenne 2 à 7 °C au-dessus des normales avec deux pics de chaleur du 6 au 9, puis du 17 au 20.
De nombreux records mensuels de douceur pour un mois de novembre ont été battus en France, avec par exemple le 8 novembre 23.5 °C à Pontarlier (Doubs - ouvert depuis 1897) soit 13.5 °C de plus que la normale, 26.2 °C à Vichy (Allier - ouvert depuis 1941) soit 13.4 °C de plus que la normale et jusqu'à 29 °C à la pointe de Socoa (Pyrénées-Atlantiques - ouvert depuis 1921) soit 11.8 °C de plus que la normale.
Des records ont également été enregistrés en altitude : les maximales ont atteint 22.3 °C à Chamonix (Haute-Savoie - alt. 1042 m - ouvert depuis 1880) soit 12.9 °C de plus que la normale le 8 et 13.3 °C au Pic du Midi (Hautes-Pyrénées - alt. 2880 m - ouvert en 1881) soit 14.1 °C de plus que la normale le 11.

Ecart à la moyenne quotidienne de référence 1981-2010 de l'indicateur de température moyenne sur la France entre le 1er et le 20 novembre 2015
 

 

 

 

Actualité par Météo-France