Imprimer Envoyer á un ami

Douceur inédite sur le pays ce week-end

09/11/2015

La France métropolitaine a connu un week-end d'une douceur inédite pour un mois de novembre, avec des températures qui ont souvent atteint des valeurs de 10 à 14°C au-dessus de la normale.  A l'exception du Sud-Est, toutes les régions ont enregistré des records de température, battant parfois nettement des records anciens. Fait remarquable, ces records ont été battus dans de nombreuses villes samedi et à nouveau dimanche.
On a relevé dimanche 8 novembre jusqu'à 29°C à la pointe de Socoa (Pyrénées-Atlantiques), une valeur jamais observée sur le réseau principal de stations métropolitaines en novembre (hors Corse).
Avec le passage d'un faible front sur le pays lundi, la masse d'air est un peu moins douce et cet épisode de records est terminé.

Une masse d'air chaud qui a gagné le nord dès le vendredi 6

Les records ont commencé à se multiplier dès vendredi 6, principalement dans le Sud-Ouest, puis la douceur a progressé vers le nord. Dans la nuit du vendredi 6 au samedi 7, de très nombreux records de douceur nocturne pour un mois de novembre ont été enregistrés sur le tiers nord du pays. C'est sur les régions septentrionales que les records ont été le plus nettement battus. 

 

Ville

Température minimale relevée (°C)

Précédent record (°C)

Date du précédent record

Saint-Quentin (Aisne)

15,7

13,5

1er nov. 1968 

Beauvais (Oise)

16,1

13,7

1er nov. 1968 

Lille (Nord)

16,3

14,5

4 nov. 2010

Nancy (Meurthe-et-Moselle)

15,3

13,7

8 nov. 1939 

Abbeville (Somme)

16,5

14,1

4 nov. 2010

 

De nombreux records pour un mois de novembre samedi 7

Samedi 7 novembre, malgré un ciel parfois assez nuageux sur le nord , d'innombrables records de douceur pour un mois de novembre ont été établis : à Paris (21,6°C), Rennes (21,4°C), Rouen (20,1°C), Mulhouse (24,3°C), Troyes (22,6°C), Annecy (21,3°C), Chamonix (21,1°C), Clermont-Ferrand (24,6°C), Mende (21,2°C), Brive-la-Gaillarde (25,6°C), Agen (25,4°C), par exemple. Ces records dataient parfois de la Toussaint 2015, ou de la Toussaint 2014.
D'autres records plus anciens ont aussi été largement battus :
- épisode du 3 novembre 1927 : Dunkerque (20,1°C) et Nancy (21,8°C)
- épisode des 6 et 7 novembre 1955 : Angers (22°C), Metz (22,3°C), Saint-Dizier (23,4°C), Nevers (23,5°C), Romorantin (23,8°C) et Vichy (24,9°C).

 

Animation des cartes des anomalies de températures maximales du 5 au 8 novembre 2015
Animation des cartes des anomalies de températures maximales relevées du 5 au 8 novembre 2015.
(Cliquer sur l'animation pour l'agrandir)


Chaleur exceptionnelle dimanche 8 en Aquitaine

Dimanche, à la faveur d'une masse d'air encore plus chaude, de nombreuses stations ont encore enregistré des records mensuels de douceur. On a ainsi relevé 29°C à Saint-Jean-de-Luz (pointe de Socoa), station ouverte en 1921, qui a battu son ancien record du 23 novembre 2014 (26,8°C). Cette valeur constitue un nouveau record de chaleur pour la "France continentale" (hors Corse) pour un mois de novembre. Biarritz (27,8°C) et Dax (28,1°C) ont nettement battu (de plus d'un degré) leurs records du 8 novembre 1985. A Bordeaux, le record de 25,1°C du 3 novembre 1925 a également été dépassé, avec 26,7°C.
Dans de nombreuses autres régions, des records ont été aussi été observés : à Cognac (24,7°C), Poitiers (22,9°C), Niort (22,9°C), Lons-le-Saunier (22,4°C), Roissy CDG (21,2°C) ou encore dans les Vosges, au ballon d'Alsace (1153 m) avec 18,5°C.
 

Focus sur quelques records particulièrement marquants

A Mulhouse, l'ancien record de 21,3°C datait du 7 novembre 1955. Fait remarquable, il a été battu 3 fois en quatre jours et a atteint un niveau sans commune mesure avec le précédent : le 5 (21,8°C), le 7 (24,3°C) et le 8 (23,5°C). De même à Biscarrosse dans les Landes, l'ancien record du 1er novembre 1999 (24,4°C) a été nettement battu vendredi 6 avec 25,7°C, puis dimanche 8 avec 27,7°C !
 

Une situation météo et un contexte climatique favorables

Cette vague de douceur s'explique par la présence d'un solide anticyclone bien établi sur le sud de l'Europe, qui rejette les dépressions circulant au large sur l'Atlantique, vers les îles britanniques et la mer du Nord. La France s'est ainsi trouvée durablement soumise à un flux de sud-ouest, favorisant une remontée d'air subtropical de plus en plus doux au fil des jours sur le pays. La durée de cette situation dite de "blocage", associée à des conditions plutôt anticycloniques, explique cette vague de records quasi généralisée. Cet événement hors norme s'inscrit également dans le cadre d'une année 2015 très chaude à l'échelle globale, particulièrement en raison du phénomène El Niño.

 

 

Actualité par Météo-France