Imprimer Envoyer á un ami

Un mois de juillet très chaud et très sec

07/08/2015

Juillet 2015 a été particulièrement chaud de l'Espagne à l'Europe centrale alors que l'Europe du Nord a connu des températures plus fraîches. En France, ce mois de juillet a été marqué par deux vagues de chaleur en tout début, puis en milieu de mois, durant lesquelles de nombreux records ont été enregistrés.
Excepté en Bretagne et le long des côtes de la Manche, les précipitations ont quant à elles été peu fréquentes et généralement peu abondantes hormis sous des orages ponctuels. Cette faible pluviométrie, combinée à des températures exceptionnellement chaudes, a provoqué un assèchement très important des sols, notamment sur un large quart nord-est du pays.

La température moyenne a été supérieure à la normale sur l'ensemble de la France malgré un net rafraîchissement en fin de mois. Les températures ont été supérieures aux normales de 2 à 4 °C sur la majeure partie du pays, voire localement de plus de 4 °C du Massif central au Nord-Est et aux Alpes. Elles ont en revanche été plus proches des valeurs de saison sur les régions bordant la Manche et la côte atlantique. En moyenne sur le mois et sur le pays, la température a dépassé la normale* de 2.0 °C ce qui place ce mois de juillet au 3e rang des mois de juillet les plus chauds depuis 1900,  derrière 2006 (anomalie de +3.6 °C) et 1983 (anomalie de +2.6 °C).

Les précipitations ont été déficitaires* sur la quasi-totalité du pays. Le déficit - supérieur à 40 % en moyenne sur la France - a souvent dépassé 70 % du nord de l'Aquitaine au Centre et au Nord-Est ainsi que sur la côte provençale et en Corse. Des records de faible pluviométrie ont été enregistrés notamment dans le Limousin, en Bourgogne et en Champagne comme 12.2 mm à Limoges (Haute-Vienne), 8.6 mm à Châtillon-sur-Seine (Côte d'Or) et seulement 5.4 mm à Troyes (Aube). À Nice (Alpes-Maritimes), à Bastia (Haute-Corse) et à Figari (Corse-du-Sud), il n'est pas tombé une goutte. Des Pyrénées au sud de l'Auvergne ainsi que du Jura aux Alpes, les précipitations ont été proches de la normale, voire localement excédentaires, suite à quelques épisodes orageux intenses en seconde partie de mois. Seules les côtes de la Manche et la Bretagne ont connu un arrosage plus régulier et des cumuls excédentaires.

L'ensoleillement a été généreux sur les régions du Sud ainsi que du Nord-Est au Centre-Est où des records ont été enregistrés avec 310 heures à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), 316 heures à Bourg-Saint-Maurice (Savoie), 324 heures au Puy-en-Velay (Haute-Loire), 333 heures à Meythet (Haute-Savoie) et 342 heures à Lyon (Rhône). Il a été excédentaire** de 20 à 30 % du Massif central à l'Alsace. Sur le Nord-Ouest en revanche, il a été déficitaire, notamment en Bretagne et le long des côtes de la Manche.
 

* moyenne de référence 1981-2010
** moyenne de référence 1991-2010
1 mm de précipitations = 1 L/ m2

 

Evolution des températures moyennes minimales et maximales quotidiennes en France - juillet 2015
 

 

Carte France Ecart à la moyenne de la température moyenne - juillet 2015 Carte France Rapport à la moyenne mensuelle de la durée d'insolation - juillet 2015
Carte France Cumul des précipitations - juillet 2015 Carte France Rapport à la moyenne des cumuls de précipitations - juillet 2015
Cliquez sur une image pour l'agrandir

 

Evènements marquants de juillet 2015

 

Deux vagues de fortes chaleurs entre le 30 juin et le 22 juillet

Deux épisodes de canicule ont concerné la France en juillet 2015, entrecoupées d'un léger rafraîchissement du 8 au 14 sur la quasi-totalité des régions. De nombreux records absolus de températures ont été battus (voir tableau ci-dessous). Sur la période, les températures maximales sont restées généralement 2 à 9 °C au-dessus des normales, hormis les 8 et 9. Les nuits ont été également très chaudes notamment du 1er au 5. Ces températures élevées associées à une faible pluviométrie ont engendré un assèchement très important des sols, notamment sur un large quart nord-est du pays

Du 30 juin au 7 juillet, une puissante dorsale anticyclonique axée du Maroc à la France et au sud des îles Britanniques a généré un flux de sud - sud-ouest sur le pays. Cette configuration météorologique particulière a favorisé une, remontée d'air d'origine saharienne sur la France, via la péninsule ibérique, qui a été à l'origine de la vague de fortes chaleurs. Un premier épisode caniculaire précoce a ainsi affecté une partie de l'Europe occidentale, notamment la France. Sa durée et le niveau des températures atteintes ont été variables selon les régions (de 4 jours dans la moitié ouest, jusqu'à 8 jours dans le Centre-Est). Les régions méditerranéennes ont été relativement épargnées.
L'est et le centre-est du pays ont connu des températures dépassant souvent 38 °C. Le 6 et surtout le 7, des pics de chaleur ont été enregistrés en Rhône-Alpes et en Auvergne. En montagne, les températures ont également atteint des valeurs remarquables comme 26.1 °C au Mont-Aigoual (30 - Alt. 1567 mètres), 34.9 °C à Briançon (05 - Alt. 1210 mètres) et 35.7 °C à Chamonix (74 - Alt. 1042 mètres). L'isotherme 0 °C est resté au-dessus de 4300 mètres durant tout l'épisode, atteignant même 4870 mètres le 7 juillet.
Le 8 juillet, partout, sauf dans les régions méditerranéennes, les températures ont accusé une baisse souvent comprise entre 10 et 15 °C, conséquence d'une arrivée d'air océanique. On a relevé le 10 juillet au petit jour seulement 2.2 °C à Mouthe (25 - Alt. 939 mètres).

La seconde vague de chaleur, survenue entre le 15 et le 22 juillet, a particulièrement affecté les régions s'étendant du Sud-Ouest au Nord-Est ainsi que les régions méditerranéennes. Les remontées d'air chaud ont concerné le sud et le nord-est du pays alors que les régions du Nord et du Nord-Ouest subissaient un flux perturbé plus frais. Sur le quart sud-est, la forte chaleur a perduré jusqu'au 24.
Des températures supérieures à 35 °C ont été souvent observées des plaines du Sud-Ouest à la basse vallée du Rhône, dépassant 40 °C le 16 dans le Limousin. De violents orages ont par ailleurs éclaté les 17 et 18 juillet, notamment à Eckbolsheim (67) et à Firminy (42), puis le 21 et le 22 des Pyrénées aux Alpes et au Jura.

Vagues de chaleur en France entre 1947 et 2015Cliquer sur le graphe pour l'agrandir.

 

Records absolus de températures minimales chaudes

 

Station

Record de température minimale

Date

Précédent record annuel

Date d'ouverture de la station

Louvigné-du-Désert (35)

22.3 °C

01/07/2015

22.1 °C en août 2003

Mars 1986

Lavaur (81)

23.8 °C

01/07/2015

23.3 °C en août 2013

Juillet 1985

Mende (48 - Alt. 932 mètres)

20.5 °C

04/07/2015

20.1 °C en août 2003

Février 1985

Amiens (80)

21.1 °C

04/07/2015

20.8 °C en août 1990

Janvier 1988

Rocroi (08)

22.4 °C

04/07/2015

21.8 °C en août 2003

Avril 1999

Lille-Lesquin (59)

22.5 °C

04/07/2015

22.4 °C août 2004

Décembre 1944

Peyrelevade (19)

23.2 °C

04/07/2015

21.8 °C en août 2012

Septembre 1965

Mâcon (71)

23.2 °C

04/07/2015

23.1 °C en juillet 1983

Février 1943

Clermont-Ferrand (63)

23.3 °C

04/07/2015

22.6 °C en septembre 1943

Janvier 1923

Roissy (95)

24.0 °C

04/07/2015

23.8 °C en août 2003

Janvier 1974

Nancy-Ochey (54)

25.0 °C

04/07/2015

24.4 °C en août 2003

Novembre 1966

Lons-le-Saunier (39)

26.8 °C

04/07/2015

25.5 °C en juin 2003

Janvier 1972

Metz (57)

22.7 °C

05/07/2015

22.4 °C en juillet 1983

Novembre 1940

Albertville (73 - Alt. 335 mètres)

24.5 °C

07/07/2015

24.2 °C en août 2003

Janvier 1992

Meythet (74 - Alt. 458 mètres)

22.1 °C

17/07/2015

21.8 °C le 6/07/ 2015, 21.2 °C le 07/07/2015 devant 20.8 °C en juin 2002

Août 1970

Troyes (10)

22.4 °C

17/07/2015

20.9 °C en août 2003

Mai 1975

Frignicourt (51)

22.4 °C

17/07/2015

20.9 °C en août 2003

Avril 1974

Saint-Dizier (52)

24.8 °C

17/07/2015

23.6 °C le 4/07/ 2015 devant 22.6 °C en juillet 1976

Juin 1953

 

Records absolus de températures maximales chaudes

Station

Record de température maximale

Date

Précédent record annuel

Date d'ouverture de la station

Boulogne-sur-Mer (62)

35.4 °C

01/07/2015

34.8 °C en août 2003

Janvier 1947

Dieppe (76)

38.3 °C

01/07/2015

37.0 °C en juillet 2006

Janvier 1949

Melun (77)

39.4 °C

01/07/2015

38.9 °C en août 2003

Février 1947

Mende (48 - Alt. 932 mètres)

36.1 °C

06/07/2015

35.6 °C en août 2003

Février 1985

Embrun (05 - Alt. 871 mètres)

36.7 °C

07/07/2015

36.3 °C le 06/07/2015 devant 36.1 °C en août 2012

Juin 1947

Le Puy (43 - Alt. 833 mètres)

37.4 °C

07/07/2015

36.1 °C le 05/07/2015 devant 35.8 °C en août 2003

Janvier 1984

Chambéry (73 - Alt. 235 mètres)

38.8 °C

07/07/2015

38.8 °C en août 2003

Juillet 1973

Saint-Etienne (42)

41.1 °C

07/07/2015

40.8 °C en juillet 1983

Avril 1946

Limoges (87)

37.3 °C

16/07/2015

37.2 °C en août 2003

Janvier 1973

Brive-la-Gaillarde (19)

41.4 °C

16/07/2015

40.7 °C en août 2003

Septembre 1987

 

Un mois de juillet exceptionnellement chaud sur l'est du pays

Sur l'est du pays, la température moyenne a généralement dépassé les normales de 2 à 4 °C.
Lors des deux épisodes de fortes chaleurs, de nombreux records, de minimales comme de maximales, ont été enregistrés. De plus, la situation météorologique a maintenu des températures élevées, minimales et maximales, durant la quasi-totalité du mois. La température moyenne mensuelle a souvent battu des records en Corse, sur la Côte d'Azur, ainsi que dans les Alpes.
Les stations alpines de Chamonix, Embrun, Saint-Auban, Bourg-Saint-Maurice, Val d'Isère, Barcelonnette, ont battu – parfois nettement – leur record du mois le plus chaud depuis le début des relevés. À Bourg-Saint-Maurice (Savoie) par exemple, la température maximale a atteint en moyenne la valeur record de 31 °C. Les  30 °C y ont été dépassés 21 fois et les 35 ° C 7 fois.

 

Valeurs remarquables et records (*)

Station (département)

Altitude

Moyenne des températures moyennes sur le mois

Moyenne des températures maximales sur le mois

Nombre de jours avec Tmaxi >= 30 °C

Ouverture

de la station

Alpe-d'Huez (38)

1860 mètres

16.7 °C (*)

22.4 °C (*)

aucun jour

janvier 1989

Barcelonnette (04)

1155 mètres

20.2 °C

30.3 °C (*)

19 jours (*) et aucun jour avec Tmaxi>=35 °C

 

 

Chamonix (74)

1042 mètres

20.2 °C (*)

29.1 °C

18 jours dont

2 jours Tmaxi>= 35 °C

février 1880

Pontarlier (25)

831 mètres

20.9 °C

28.1 °C

16 jours (*) dont

3 jours Tmaxi>=35 °C

janvier 1897

Lus-la-Croix-Haute (26)

1059 mètres

21 °C (*)

28.7 °C (*)

14 jours (*) et aucun jour avec Tmaxi>=35 °C

avril 1946

Langres (52)

466 mètres

22.2 °C

28.3 °C

12 jours (*) dont

5 jours Tmaxi>=35 °C

janvier 1949

Mont-Saint-Vincent (71)

601 mètres

23.1 °C

28.9 °C

15 jours (*) dont

5 jours Tmaxi>=35 °C

mars 1943

Bourg-Saint-Maurice (73)

865 mètres

23.2 °C (*)

 

31 °C (*)

21 jours dont

7 jours avec Tmaxi>=35 °C

janvier 1946

Embrun (05)

871 mètres

24 °C (*)

31.9 °C (*)

24 jours (*) dont

3 jours avec Tmaxi>=35 °C

juin 1947

Chambéry (73)

235 mètres

24.3 °C (*)

31.5 °C (*)

22 jours dont

7 jours avec Tmaxi>=35 °C

juillet 1973

Saint-Auban (04)

458 mètres

25.8 °C (*)

33.3 °C (*)

30 jours (*) dont

6 jours avec Tmaxi>=35 °C

janvier 1954

Fréjus (83)

7 mètres

26.6 °C (*)

31.8 °C (*)

27 jours (*) dont

3 jours avec Tmaxi>=35 °C

janvier 1919

Nice (06)

2 mètres

26.9 °C (*)

29.9 °C

11 jours dont

3 jours avec Tmaxi>=35 °C

juillet 1942

Bastia (2B)

10 mètres

26.9 °C (*)

32 °C (*)

31 jours (*) et aucun jour avec Tmaxi>=35 °C

janvier 1947

 

Sécheresse sévère des sols du Limousin au Nord-Est

Les sols superficiels se sont asséchés sur la majeure partie du pays suite à un déficit pluviométrique depuis le début du printemps. Du Limousin au Nord-Est, cet assèchement s'est accentué au cours du mois de juillet suite aux faibles précipitations et aux températures exceptionnellement élevées. Ainsi, fin juillet, la sécheresse superficielle des sols est une des plus sévères depuis 1959.

Carte France Quantile de l'indice d'humidité agrégé des sols par département au 31 juillet 2015
Cliquer sur l'image pour l'agrandir.

 

Actualité par Météo-France