Imprimer Envoyer á un ami

Nombreux records de température ce week-end

06/07/2015

(Mise à jour à 17 h 30)

Après un jeudi un peu plus « frais » du Nord à l'Île-de-France et à la région Midi-Pyrénées, le vendredi 3 juillet a connu une nouvelle hausse des températures du Sud-Ouest à l'Île-de-France avec des maximales atteignant 36 à près de 40 °C. Samedi, en Île-de-France, les températures minimales sont restées élevées, mais les maximales ont fléchi en journée. Dans l'Est en revanche, elles sont restées élevées tout le week-end. De nombreux records de chaleur, de nuit comme de jour, ont été enregistrés. La chaleur a aussi concerné l'Allemagne, où le record national a été battu dimanche 5, avec 40,3°C à Kitzingen.

Vendredi 3 juillet : souvent plus de 35°C du Sud-Ouest au Nord-Est

Vendredi 3 juillet après-midi, le thermomètre a souvent affiché plus de 35 °C du Sud-Ouest et de l'arrière pays méditerranéen jusqu'au Bassin parisien et au Nord-Est en passant par le centre du pays. De nouveaux records pour un mois de juillet ont été établis, comme à Issoire, (39,8 °C), Brive-la-Gaillarde et Montluçon (39,6°C dans les 2 cas), Limoges (37,7°C) ou Guéret (36°C).

De vendredi à samedi : des températures nocturnes exceptionnelles

Durant la nuit du vendredi 3 au samedi 4 juillet, le thermomètre n'est généralement pas descendu en-dessous de 20°C. Dans un grand nombre de villes, on n'avait jamais enregistré de nuits aussi chaudes en juillet. Au plus « frais », il faisait encore par exemple près de 27 °C à Lons-le-Saunier et 24 °C à Roissy/Charles-de-Gaulle. À Clermont-Ferrand et Mâcon, on relevait plus de 23 °C.

Samedi 4 juillet : nouveaux records de chaleur pour un mois de juillet

Les régions de l'est et du nord-est de la France ont connu samedi 4 une journée exceptionnellement chaude pour un mois de juillet. De nombreux records mensuels de températures maximales ont été atteints ou battus. C'est le cas par exemple à Mâcon, où l'on a relevé 39,2 ° C, une valeur qui égale le record mensuel de 1947. Même constat à Colmar, avec 38,7 °C. De nouveaux records mensuels ont été établis à Nancy (38,1 °C) et Strasbourg où l'on a enregistré une température de 38,3 °C, proche du record absolu du 9 août 2003. À Munster, en Alsace, les 37,3 °C relevés constituent un nouveau record absolu tous mois confondus, devant les 36,9 °C du 13 août 2003.

De samedi à dimanche : chaleur nocturne en Lorraine et en Alsace

Samedi, l'axe de fortes chaleurs s'est positionné sur l'est du pays, de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur à la Lorraine, la Bourgogne et l'Alsace. La nuit a été très douce sur ces régions avec des valeurs de 6 à 12 degrés au-dessus des normales*. Metz a connu sa nuit la plus chaude depuis le début des relevés en 1940, avec une température minimale de 22,7 °C.

Dimanche 5 juillet 2015 : la canicule persiste dans l'Est

Dimanche 5 après-midi, les températures sont restées caniculaires du Massif central à la Provence, du Lyonnais à la Lorraine et de la Franche-Comté à l'Alsace.
Les températures maximales ont souvent été de 9 à 14 degrés au-dessus des normales. À Épinal, le thermomètre a grimpé jusqu'à 36,7 °C. L'ancien record mensuel (35 °C le 19 juillet 2006) y a été battu 4 jours d'affilée, du 2 au 5 juillet. Nancy a battu son record mensuel de la veille, avec 38,2 °C.
Les zones d'altitude du Massif central, des Alpes, des Vosges et du Jura ont également été affectées par la masse d'air très chaude. Des records absolus de température ont été établis dans les stations de Saugues (35,8 °C), de l'Alpe d'Huez (28,5 °C) et à l'entrée du tunnel du Fréjus (33,8 °C).

Lundi 6, les températures ont sensiblement baissé sur le Nord-Est du pays. Du Massif Central aux Alpes, il a encore fait très chaud et des records absolus ont encore été battus :  au Puy-en-Velay et à Mende (36,1 °C dans les 2 cas), Barcelonnette (34,3 °C), Embrun (36,3 °C) et une nouvelle fois à Saugues (36,0 °C).

* : Normales 1981-2010

 
Température quotidienne maximale (en haut) et minimale (en bas) enregistrées du 22 au 5 juillet 2015 à Épinal (en rouge les valeurs au-dessus de la normale 1981-2010, en bleu celles en dessous). Depuis le 30 juin les températures de jour comme de nuit sont nettement supérieures à la moyenne pour un mois de juillet  © Météo-France

 

 

Actualité par Météo-France