Imprimer Envoyer á un ami

Alpes du Sud : un nouveau radar pour mieux gérer les risques naturels

26/06/2015

Un nouveau radar météorologique a été inauguré le 25 et 26 juin dans les Hautes-Alpes, dans le cadre du projet RHyTMME*. Implanté au sommet de La Mayt à 2 570 m d'altitude au cœur de la station de ski de Vars, il rejoint celui de la montagne Maurel (Alpes-de-Haute-Provence), entré en service au printemps 2011 et celui du mont Colombis sur la commune de Théus (Hautes-Alpes). Dédiés à l'observation en zone de relief, ces radars  sont utilisés pour développer des services d'aide à la gestion des aléas naturels en zone montagneuse.

Des radars adaptés à l'observation en montagne

Pour élaborer ces services, il faut être capable d'évaluer finement les quantités de pluie tombées, aussi bien dans l'espace que dans le temps.
Les radars du réseau RHyTMME complètent la couverture sur les Alpes du Sud. Ils bénéficient d'une conjugaison de technologies innovantes qui les rend particulièrement adaptés à l'observation en zone montagneuse. De portée plus limitée (50 km) que les radars implantés en plaine, ces radars dits « Doppler bipolarisés en bande X » sont aussi plus petits, ce qui facilite leur installation en montagne. Leur vision est par ailleurs améliorée en cas de fortes précipitations, lorsque le rideau de pluie, neige ou grêle risque de l'obstruer. Ils peuvent également réaliser des mesures de vitesse de vent.
Les données sur la localisation et l'estimation des cumuls de précipitations, délivrées en temps réel, sont ensuite expertisées et croisées avec des informations hydrologiques et morphologiques pour qualifier le caractère plus ou moins exceptionnel des précipitations et du débit des cours d'eau  et évaluer l'imminence probable de laves torrentielles ou de mouvements de terrain.


Le radar en bande X de Vars © Météo-France

Une région vulnérable

La région Provence-Alpes-Côte d'Azur est en effet particulièrement vulnérable aux inondations, crues torrentielles et mouvements de terrain. Dans les zones montagneuses, ces phénomènes peuvent survenir en très peu de temps, car les bassins versants, de petite taille et pentus, transfèrent brutalement les précipitations vers les torrents et les rivières. Les gestionnaires des risques ont par conséquent besoin d'être avertis en temps réel de l'imminence probable de ces phénomènes soudains.


*RHyTMME : Risques hydrométéorologiques en territoires de montagnes et méditerranéens. RHyTMME est co-financé par Météo-France, l'Irstea, la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur, l'Union européenne et le Ministère du Développement durable.
Le projet a été lancé en 2008 par Météo-France et Irstea (institut national de recherche en sciences et technologies pour l'environnement et l'agriculture).

 

 

Actualité par Météo-France