Imprimer Envoyer á un ami

Focus sur les étés extrêmes

09/07/2015

L'été météorologique, qui commence le 1er juin et s'achève à la fin du mois d'août, correspond à la période la plus chaude de l'année dans l'hémisphère Nord. Mais, moyennés sur la saison, les températures et les cumuls de précipitations sont très variables selon les années. Petit tour d'horizon des étés records …

… côté températures

En moyenne, sur l'Hexagone, la température normale* de la saison est de 19,9°C.
Depuis 1900, c'est l'été 2003 qui a été de loin le plus chaud, avec une température moyenne de 23,1°C, soit 3,2°degrés au-dessus la normale. L'été 1956 a été le plus froid avec 17,3°C seulement, soit 2,6 degrés sous la normale.

Les trois étés les plus chauds depuis 1900 (2003, 2015, 2006) se sont tous produits au XXIe siècle, 2003 étant de loin le plus exceptionnel (près de 1,7°degrés au-dessus de 2015...).


Écart à la moyenne saisonnière de référence 1981-2010 de l'indicateur de température moyenne en été en France

Écart à la moyenne saisonnière de référence 1981-2010 de l'indicateur de température moyenne en été en France* © Météo-France (cliquer sur l'image pour l'agrandir)

 

… côté précipitations

Il tombe en moyenne** sur l'Hexagone environ 190 mm*** de précipitations par été.
Depuis 1959, l'été 1963 a été le plus pluvieux avec plus de 304 mm, soit une anomalie de près de 60 % par rapport à la normale**. L'été le plus sec a été celui de 1962 avec moins de 94 mm (-51  % environ par rapport à la normale).
 

Rapport à la normale 1981-2010 du cumul de précipitations en été en France depuis 1959

Rapport à la normale** du cumul de précipitations en été en France depuis 1959 © Météo-France (cliquer sur l'image pour l'agrandir)

 

* : Moyenne saisonnière de référence 1981-2010 de l'indicateur de température moyenne. Cet indicateur thermique est constitué de la moyenne de la température saisonnière de 30 stations métropolitaines représentatives.
** : Moyenne saisonnière de référence 1981-2010 des cumuls de précipitations, calculée par la méthode Aurelhy
*** : 1 mm = 1 L/m2

 

Actualité par Météo-France