Imprimer Envoyer á un ami

Chaleur et déficit d'enneigement records dans les Alpes et les Pyrénées

13/04/2011

Illustration

 

La période exceptionnellement chaude qu'a connue l'ensemble de la France durant les dix premiers jours d'avril a eu des conséquences remarquables dans les Alpes et les Pyrénées : de nombreux records de température ont été battus, tandis que le déficit d'enneigement s'est accentué, atteignant lui aussi des valeurs record.

 

 

Alpes

La chaleur inhabituelle installée dès le 1er avril s'intensifie entre le 6 et le 10. La masse d'air recouvrant les Alpes présente alors les caractéristiques de celles d'un mois de juillet : l'isotherme 0°C (altitude au-delà de laquelle la température devient négative) se maintient durant ces cinq jours entre 3400 m et 3900 m, culminant par endroits vers 4100 m le 8.

Avalanche de neige humide dans le massif de Belledonne (Isère).  Copyright Météo-France / Daniel Goetz

Les températures maximales atteignent durant cette période des valeurs record :

26,4°C à Chamonix (1042 m) le 9 avril 2011, record pour le mois d'avril depuis le début des mesures en 1951 ;

28,6°C à Bourg-St-Maurice (868 m) le 9 avril 2011, record depuis 1946.

Les températures atteignent 20°C à 22°C vers 1500 m, 16°C à 18°C à 2000 m, 6°C à 7°C à 3000 m (7,4°C relevé à la station des Ecrins à 2978 m). Au col de Porte (Chartreuse, 1325 m), la température moyenne des dix premiers jours d'avril est la plus chaude jamais enregistrée depuis 1961.

Conséquence de cette chaleur quasi-estivale, le manteau neigeux subit une fonte très rapide qui crée ou accentue le déficit d'enneigement, déjà très sévère dans les Alpes du Nord. L'enneigement au 12 avril atteint souvent des valeurs record par sa faiblesse.

Dans les Alpes du Nord

Les hauteurs de neige au sol sont partout les plus faibles jamais observées. Elles présentent un déficit variant entre -50% et -80% selon le massif et l'altitude (le déficit est un peu moins sévère à haute altitude). En versant nord, l'enneigement ne débute désormais qu'à partir de 1700 ou 1800 m d'altitude, tandis qu'en versant sud, il faut monter jusqu'à 2300 m, parfois 2500 m, pour trouver de la neige.

Dans les Alpes du Sud

Après un enneigement durant l'hiver proche des normales, et même nettement excédentaire dans certains massifs, le déficit s'est désormais creusé en ce début avril. Il est en général de -40% à -60% (un peu moins sévère à haute altitude). Seuls une mince bande frontalière avec l'Italie et les massifs des Alpes Maritimes présentent un enneigement conforme aux normales. Il y a de la neige dans les versants nord à partir de 1600 à 1900 m, et dans les versants sud à partir de 2200 m à 2400 m.

Cette chaleur survenue brusquement a été accompagnée d'une activité avalancheuse importante. De nombreuses avalanches de neige humide, parfois grosses, se sont déclenchées, exception faite des massifs de moyenne montagne où l'enneigement est devenu trop faible.

Pyrénées

Les dix premiers jours d'avril 2011 ont été exceptionnellement chauds sur les Pyrénées. Au pic du Midi de Bigorre (2900 m d'altitude environ), il s'agit du début avril le plus chaud depuis le début des relevés en 1882 !

Cette longue période de beau temps chaud a provoqué une fonte importante du manteau neigeux à toutes altitudes, remarquable surtout en dessous de 1900 m  où il ne reste pratiquement plus de neige. À plus haute altitude, la neige est encore bien présente, mais les épaisseurs sont parmi les plus faibles enregistrées ces vingt dernières années. Seuls les massifs orientaux, qui ont bénéficié en mars de plusieurs chutes de neige très importantes,  connaissent des hauteurs de neige à 2400 m se rapprochant des normales.

Actualité par Météo-France