Imprimer Envoyer á un ami

POLARCAT : comprendre le rôle des brumes arctiques dans le changement climatique

14/04/2008

Copyright Météo-FrancePolarcat associe des chercheurs de 18 pays et regroupe des observations à partir de différentes plateformes (avion, ballon, station sol, satellite), des analyses de données et de la modélisation numérique. L'objectif de Polarcat est l'étude du transport jusqu'en Arctique des aérosols et plus généralement de la pollution due aux activités humaines et aux incendies de forêts boréales et va permettre de quantifier leur contribution à la brume arctique. Ce projet précisera les variabilités saisonnières et l'impact de cette pollution sur la composition de l'atmosphère et sur l'évolution du climat dans cette région.

L'avion instrumenté ATR-42 le 28 mars 2008  (copyright Météo-France)

Une "brume arctique", qui diminue fortement la visibilité, est observée chaque hiver et chaque printemps dans la troposphère arctique. Elle est due au transport à longue distance de polluants. L'impact de cette pollution sur le changement climatique est mal connu à cause de nombreux processus très spécifiques dans l'atmosphère arctique. Son rôle reste à déterminer : par exemple, le dépôt de ‘carbone suie' sur la glace change l'albédo du sol et peut conduire à un réchauffement plus rapide en Arctique.

La première campagne de mesures Polarcat s'est déroulée du 28 mars au 13 avril 2008 à Kiruna, au nord de la Suède avec en priorité l'étude de la brume arctique. L'ATR42 de Météo-France est entré en action dès le dimanche 30 mars et a effectué plusieurs vols techniques d'une durée de 3 ou 4 heures. L'ATR effectue ces vols pour des mesures in situ d'aérosols, d'espèces traces et d'ozone. Pendant ce temps, des avions de la NASA (National Aeronautics and Space Administration) et de la NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration) sont basés en Alaska et au nord du Canada et un bateau de la NOAA fait route jusqu'au Spitzberg.

Une seconde campagne aura lieu au cours de l'été 2008 à Kangerlussuaq au Groenland et également en Sibérie pour l'étude des feux boréaux de forêts en été.
 

 

 

Actualité par Météo-France