Imprimer Envoyer á un ami

Programme HyMeX : mieux comprendre et prévoir le cycle de l'eau en Méditerranée

02/06/2008

Copyright Météo-France / Michel HontarrèdeDes chercheurs d'une quinzaine de pays se réunissent du 2 au 4 juin 2008 à Paris pour définir la stratégie expérimentale et de modélisation à mettre en oeuvre au sein du projet HyMeX*. Ce programme de recherche vise à mieux comprendre le cycle de l'eau sur le bassin Méditerranéen : les évènements intenses, la variabilité inter annuelle à décennale du système Méditerranéen couplé et son évolution dans le contexte du changement climatique global. L'objectif d'HyMeX est d'étudier le fonctionnement du système couplé atmosphère / océan / surfaces continentales dans cette région, en particulier aux échelles régionales et locales. HyMeX s'intègre au programme plus vaste baptisé Chantier Méditerranée** qui intègre notamment l'étude des écosystèmes terrestres et marins, des risques naturels et des ressources du sol.

Comprendre le système méditerranéen

Le bassin méditerranéen possède une géographie particulière : un bassin océanique quasi fermé, une orographie marquée sur son pourtour, un climat très contrasté et une forte urbanisation. Ces caractéristiques en font un système complexe où les processus couplés atmosphère /océan / surfaces continentales sont prépondérants. Les interactions et rétroactions produites jouent un rôle essentiel sur le climat et l'environnement régionaux. Elles sont à l'origine d'événements extrêmes à la prévision délicate : pluies intenses et crues, vents violents et brassages océaniques importants, sécheresses.

Les modèles climatiques prévoient un assèchement et un réchauffement du bassin méditerranéen dans le futur. Mais ils appréhendent encore mal les échelles régionales et locales. Pour progresser dans la prévision des événements méditerranéens intenses et de leur évolution, mieux connaître ce système couplé est essentiel.

 

Le cycle de l'eau sous observation

Le programme HyMeX prévoit des moyens innovants pour recueillir des données d'observation. Les nouvelles générations de radars permettront non seulement de quantifier les précipitations, mais fourniront aussi des informations sur leur nature, la circulation au sein des systèmes précipitants, voire leur contenu en vapeur d'eau. Les gliders, nouveau type de véhicules autonomes sous-marins, ouvrent quant à eux de nouvelles perspectives en termes d'observation des océans aux échelles régionales et locales. HyMex prévoit également des observations simultanées (qui font défaut à ce jour) au sein des trois domaines - atmosphère, continents et océan - et à leurs interfaces.

 

Des observations à trois niveaux

HyMex propose une stratégie d'observations emboîtées à trois niveaux dans le temps et l'espace. Une phase d'observations intensives dans le golfe du Lion (automne 2011 hiver 2012 ) sera dédiée à l'étude des mécanismes en jeu dans les évènements intenses et utilisera des avions et bateaux instrumentés.

Une phase d'observations renforcées en Méditerranée occidentale (2010 - 2013) sera destinée à l'étude des variabilités, saisonnière et annuelle, des événements. Durant ces 4 années, les données issues des observatoires hydrométéorologiques et océanographiques seront traitées en continu.

Une phase plus longue (2010-2020) sera consacrée à la récolte des données issues des réseaux d'observations opérationnels et des observatoires de recherche répartis sur le bassin méditerranéen. Elles permettront d'étudier la variabilité interannuelle des phénomènes et de réaliser des bilans sur les flux (transport) et les transformations (évaporation, condensation…) de l'eau dans tout le bassin méditerranéen.

 

* HyMeX : HYdrological cycle in the Mediterranean Experiment

** Organismes partenaires du programme Chantier Méditerranée : INSU, Andra, BRGM, CEA, Cemagref, Cirad, CNES, CNRS, IFP, Ifremer, Ineris, INRA, IRD, IRSN, LCPC et Météo-France.

Actualité par Météo-France