Imprimer Envoyer á un ami

Normales et extrêmes de l’hiver

29/12/2016

L'hiver météorologique, qui a commencé le 1er décembre et s'achèvera à la fin du mois de février, correspond à la période la plus froide de l'année dans l'hémisphère Nord. En moyenne, sur l'Hexagone, la température normale* de la saison est de 5,4°C.

Petit tour d'horizon des hivers records en matière de température :

Depuis 1900, c'est l'hiver 1962-63 qui a été sans conteste le plus froid, avec une température moyenne de 0,7°C, soit 4,7°degrés sous la normale. L'hiver 2015-16 s'est révélé être le plus chaud avec une température moyenne de 8,0°C, soit 2,6 degrés au-dessus de la normale. Cette valeur relègue l'hiver 1989-90 (+ 2 degrés) à la 2e place des hivers les plus doux depuis le début des mesures. Ainsi, trois des quatre hivers les plus chauds se sont produits dans les 10 dernières années avec les hivers 2006-07 et 2013-14 (+ 1,8 degrés) ex-aequo sur la 3e marche du podium.


 Écart à la moyenne saisonnière de référence 1981-2010 de l'indicateur de température moyenne
Écart à la moyenne saisonnière de référence 1981-2010 de l'indicateur de température moyenne* © Météo-France
(cliquer sur l'image pour l'agrandir)


En ce qui concerne les précipitations, , il tombe en moyenne ** sur l'Hexagone 245 mm*** de précipitation par hiver. Depuis 1959, l'hiver 1993-94 a été le plus pluvieux avec 376,7 mm, soit une anomalie de +54 % par rapport à la normale. L'hiver le plus sec a été l'hiver 1991-92 avec 113,8 mm, soit une anomalie de -54 % par rapport à la normale.


Rapport à la normale du cumul de précipitations en hiver en France depuis 1959
Rapport à la normale** du cumul de précipitations en hiver en France depuis 1959 © Météo-France
(cliquer sur l'image pour l'agrandir)

* : Moyenne saisonnière de référence 1981-2010 de l'indicateur de température moyenne. Cet indicateur thermique est constitué de la moyenne de la température saisonnière de 30 stations métropolitaines représentatives.
** : Moyenne saisonnière de référence 1981-2010 des cumuls de précipitations, calculée par la méthode Aurelhy
*** : 1 mm = 1 L/m2