Imprimer Envoyer á un ami

Terre-Adélie : 20 000 ballons-sondes envoyés dans l’atmosphère depuis 1956

03/12/2014

Dimanche 23 novembre 2014, un nouveau ballon de radiosondage a été lâché depuis la base Dumont d'Urville de Terre-Adélie, en Antarctique, par les équipes de Météo-France. Il s'agit du 20 000e  ballon-sonde expédié dans l'atmosphère depuis l'ouverture de la station météorologique en 1956. Les mesures réalisées par ce ballon permettront d'étudier la couche d'ozone pour le compte du LATMOS (Laboratoire Atmosphères, Milieux, Observations Spatiales) de l'Institut Pierre Simon Laplace.

Lâcher 20000e ballon sonde actu

Lâcher du 20 000e ballon depuis la base de Terre-Adélie © O. Traullé, Météo-France



Des sondages pour étudier l'atmosphère
Depuis plus de 50 ans, les météorologistes de la base réalisent des sondages aérologiques quotidiens, qui auscultent l'atmosphère en altitude (jusqu'à 30 km environ). Ces derniers permettent de recueillir des informations sur les propriétés de l'atmosphère grâce à un ballon ascendant dont on suit la trajectoire pour déterminer la vitesse et la direction du vent. Le ballon est muni d'une radiosonde qui réalise des mesures météorologiques (pression atmosphérique, température, humidité). Certains ballons dédiés collectent des informations sur l'ozone atmosphérique. Si les ballons-sondes utilisés sont toujours en latex, les techniques de suivi ont, elles, beaucoup évolué : le radar de poursuite puis le GPS ont remplacé le théodolite optique utilisé par les pionniers de la discipline.


La base scientifique Dumont d'Urville  
La base Dumont d'Urville, qui héberge une trentaine de personnes, est située sur l'île des Pétrels à 5 km du continent antarctique. Cette île fait partie du district de La Terre-Adélie, qui constitue, avec l'archipel de Crozet, l'archipel des Kerguelen, Saint-Paul-et-Amsterdam et les îles Éparses, la Collectivité des Terres Australes et Antarctiques Françaises (TAAF). La France y mène des recherches scientifiques dans de nombreuses disciplines.
La station météo de la base connaît une activité permanente depuis 1956. Outre les radiosondages, les équipes de Météo-France y effectuent chaque jour, et quelles que soient les conditions météo, des mesures pour divers paramètres (température et humidité relative de l'air, pression atmosphérique, vitesse et direction du vent, rayonnement global et durée d'insolation).


Des données précieuses pour la météorologie mondiale
Toutes ces données météorologiques sont ensuite transmises via le réseau mondial de télécommunications de l'Organisation Météorologique Mondiale aux services météorologiques nationaux. Elles alimentent les modèles de prévision numérique des services de prévision, leur permettant d'intégrer dans leurs simulations les caractéristiques de l'atmosphère sur cette partie du globe. Les mesures sont rares et précieuses sur les zones désertiques telles que les océans ou l'Antarctique. Il n'existe par exemple aucune autre station météo à moins de 1000 km à la ronde autour de Dumont d'Urville et très peu de stations implantées en Antarctique réalisent des radiosondages.
Les données recueillies sont également fournies aux laboratoires présents à Dumont d'Urville (biologie marine, géophysique, glaciologie).  L'équipe de Météo-France élabore enfin chaque jour un bulletin de prévision, indispensable à la sécurité de la base.

 

 

Actualité par Météo-France