Imprimer Envoyer á un ami

Projet RHyTMME : Mieux anticiper les risques naturels liés aux précipitations dans les zones de montagne de Provence-Alpes-Côte d'Azur

23/05/2011

Copyright Météo-France / Pascal TaburetLe premier radar du projet RHyTMME * est implanté sur la Montagne de Maurel, à 1770 m d'altitude, sur la commune de La Mure-Argens dans les Alpes de Haute Provence. Ce projet, lancé en 2008 par Météo-France et le Cemagref, vise à mettre en place sur cette région un réseau de radars en bande X adaptés à l'observation en montagne.
Les données (localisation et estimation des cumuls en temps réel expertisées et croisées avec d'autres informations) permettront d'améliorer les prévisions et les services d'avertissement existants et de développer une gestion spécifique des risques en zone montagneuse.



Vidéo : Mieux anticiper les risques naturels liés aux précipitations dans les zones de montagne de Provence-Alpes-Côte d'Azur (Météo-France et Cemagref, 2011, 5'35'') avec :
- Samuel Westrelin, chef de projet RHyTMME, Météo-France,
- Patrice Mériaux, chef adjoint de projet RHyTMME, Cemagref

 

Une région vulnérable

Du fait de son relief montagneux et de son climat méditerranéen, la région Provence-Alpes-Côte d'Azur est particulièrement vulnérable aux risques naturels liés aux précipitations. Celles-ci provoquent des crues torrentielles et des mouvements de terrain. Elles jouent également un rôle décisif dans le déclenchement des avalanches en montagne et leur absence favorise les départs de feux de forêts. 963 communes de la région PACA sont exposées à au moins un de ces aléas. Une centaine de communes, situées en montagne, subissent les quatre.

Des radars conçus pour l'observation en montagne

Pour anticiper ces phénomènes et gérer les risques associés, il est essentiel de disposer en temps réel des observations issues des radars hydrométéorologiques. Météo-France exploite un réseau de  radars qui permet d'estimer les quantités de pluie à l'échelle du km2  toutes les cinq minutes. La région PACA est actuellement couverte par 3 radars, implantés à Nîmes, Collobrières et Bollène. Ceux-ci sont très utiles pour mesurer les précipitations en plaine, mais insuffisants pour couvrir les zones montagneuses. Les signaux émis sont en effet masqués par les premiers reliefs des Préalpes.

RHyTMME complètera la couverture en déployant dans les zones de relief trois petits radars adaptés à l'observation en zone montagneuse : des radars « Doppler bipolarisés en bande X ». Leur taille réduite facilite leur installation dans des zones accidentées. Grâce aux deux ondes émises (au lieu d'une pour les radars classiques), leur vision est améliorée en cas de fortes précipitations, lorsque le rideau de pluie, neige ou grêle risque de l'obstruer. Ces radars seront respectivement implantés, sur  la montagne de Maurel (1770 mètres), en 2012 sur le mont Colombis (1770 mètres) et un troisième en 2013 au sommet de Vars Mayt (2400 mètres). RHyTMME exploitera également les données d'un autre radar de technologie similaire, propriété du CNRS, installé au Mont Vial, dans les Alpes-Maritimes, par la société NOVIMET.

Améliorer la gestion des risques naturels en montagne

Grâce aux travaux scientifiques en cours, les données sur les précipitations fournies seront croisées, en temps réel et à une échelle fine avec d'autres données. Sur la base de ces informations, des services seront développés permettant d'avertir les collectivités et les services de l'Etat de phénomènes hydrométéorologiques potentiellement dangereux. Accessibles depuis une plateforme extranet, ces services d'avertissement seront testés à partir de l'automne 2011 et évalués par un groupe représentatif de futurs utilisateurs, en lien avec les services de l'Etat en charge de la prévision des crues. Ces nouvelles stratégies de gestion des risques naturels auront vocation à être transposées à d'autres territoires vulnérables, particulièrement en zones montagneuses.
 

* RHyTMME : Risques hydrométéorologiques en territoires de montagnes et méditerranéens

RHyTMME est co-financé avec la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur, l'Union européenne et le Ministère du Développement durable, dans le cadre du Contrat de Projets Etat-Région 2007-2013. L'exploitation du radar du mont Vial par la société NOVIMET est financée au travers des projets Cristal et Rhytmme.
 

Photographie : copyright Météo-France