Améliorer les prévisions météorologiques

Des techniques de prévision innovantes

Les techniques de prévision utilisées évoluent elles aussi continuellement.

Les équipes de recherche travaillent par exemple à développer une technique de prévision immédiate (i.e. pour les prochaines heures) s'appuyant de plus en plus sur les résultats des modèles de prévision. En effet, les méthodes actuelles d'assimilation des données, suffisantes pour assurer la qualité des prévisions au-delà de quelques heures, en limitent la qualité pour les premières échéances. Pour les heures à venir, les prévisionnistes combinent donc aujourd'hui les informations délivrées par Arome avec des extrapolations des données d'observation, notamment des images radars et satellites.

De nouveaux systèmes dérivés d'Arome sont actuellement testés par les chercheurs. Les développements doivent permettre de rafraîchir le modèle toutes les heures. Les assimilations plus fréquentes sont en effet mieux adaptées aux échéances courtes. Ces nouveaux systèmes devraient être opérationnels à l'horizon 2015.

Appelée à se généraliser pour toutes les échéances au-delà de quelques heures, la prévision d'ensemble fait aussi l'objet d'un important effort de recherche. À l'heure actuelle, Météo-France utilise surtout le modèle global Arpège pour effectuer ces prévisions. Ce système bénéficiera prochainement d'une résolution accrue, puis fera l'objet d'améliorations régulières. D'ici 2015, les résultats seront affinés avec l'adaptation à cette technique du modèle Arome (résolution en 2013 : 2,5 km, résolution visée en 2016 : 1,3 km). Ces efforts permettront de mieux évaluer les risques d'occurrence de phénomènes de petite taille, comme les orages localisés.