Point sur la situation hydrologique


10/04/2014

Après 5 années consécutives en déficit suivie d'une année excédentaire d'environ 15 %, le
bilan pluviométrique sur la période de recharge (de septembre 2013 à mars 2014) est à nouveau excédentaire,  en moyenne sur la France d'environ 20 %.

Toutefois, cet excédent de précipitations dites "efficaces" (eau disponible pour l'écoulement et la recharge des nappes) diminue. Après un début d'année très arrosé, le mois de mars a en effet connu durant une quinzaine de jours une belle accalmie avec un temps sec, un soleil dominant et des températures printanières proches de 20 °C. Sur l'ensemble du mois, la pluviométrie moyennée sur la France est inférieure de près de 35 % à la normale. Les précipitations ont été particulièrement faibles sur le nord et l'est de la France, avec moins de 6 jours de pluie et des cumuls souvent inférieurs à 20 mm sur ces régions.

C'est en Alsace que le déficit s'est le plus ressenti autant en durée qu'en quantité. Ce mois de mars est le plus sec depuis 1959 avec 20 jours consécutifs sans pluie et des cumuls mensuels exceptionnellement faibles. En effet, non seulement il n'a plu que 2 jours pendant tout le mois, mais surtout les quantités ont été inférieures de plus de 80% aux normales mensuelles. Il est par exemple tombé 1.8 mm à Sélestat (Bas-Rhin) et 5.6 mm à Rouffach (Haut-Rhin), des records de faibles précipitations.
Associé à un ensoleillement très généreux et à des températures particulièrement douces, ce  déficit pluviométrique a contribué à un assèchement précoce des sols sur un grand quart nord-est du pays.


Nombre de jours avec précipitations supérieures ou égales à 1 mm en mars 2014 - © Météo-France

Nombre de jours avec précipitations supérieures ou égales à 1 mm en mars 2014 - © Météo-France
 

Tous les détails de la situation sur la France dans le dernier bilan du suivi hydrologique.