Glossaire

thermique

La convection thermique à petite échelle est un phénomène extrêmement fréquent, qui se met en place partout où des alternances de direction ou de vitesse du vent , de paysage rural, de nature du sol, de disposition topographique, etc., introduisent des variations spatiales dans l' éclairement de la surface terrestre, et donc un réchauffement différentiel de cette surface : tel champ de blé sera par exemple rendu plus chaud que la bordure de la forêt avoisinante, telle pente de relief verra croître sa température par rapport à la portion de vallée d'où elle s'élève... L'apport de chaleur emmagasiné en excès au niveau de la surface ainsi réchauffée se transmet à la couche atmosphérique sus-jacente, qui, dans les limites de cette surface, tend à former une "bulle" plus légère que l' air environnant et à se détacher peu à peu du sol, pour finalement s'élever par instabilité convective à travers les couches situées au-dessus d'elle. L'air soulevé de la sorte est remplacé par de l'air amené par convergence à très faible hauteur, et cet air renouvelé se réchauffe à son tour et commence à se rassembler en une nouvelle "bulle" convective , qui se détache et se soulève à une vitesse supérieure à celle de la "bulle" initiale ; et tant que la surface que l'on observe continuera à subir de façon non négligeable ce mode de réchauffement relatif, une succession de "bulles", plus légères que l'air des couches qui les entourent, se dégagera de cette surface et entretiendra continûment suivant la verticale un courant aérien d'origine purement thermique : c'est pourquoi ce genre de courant ascendant est appelé par substantivation un thermique.

Les "bulles" convectives nourrissant les thermiques prennent des dimensions diverses, de l'ordre de quelques centaines de mètres de diamètre le plus souvent, et elles s'élèvent dans la basse troposphère à des vitesses de quelques mètres par seconde en transportant un air qui se refroidit par détente adiabatique — à raison, donc, de 1 °C tous les 100 mètres — , du moins jusqu'à ce qu'elles soient parvenues au point de condensation : c'est à ce moment que commence à se développer un cumulus , qui révèle l'existence du thermique. Cette présence d'un nuage convectif n'est toutefois pas systématique, et les sports de vol libre, comme le parapente par exemple, pratiquent couramment les ascensions dans des thermiques qu'un diamètre réduit ou une faible humidité maintiennent invisibles.