Glossaire

climat

Le rayonnement solaire constitue l'unique source d'énergie externe permettant le réchauffement de l'atmosphère et de la surface terrestres et, éventuellement, le mouvement de l'atmosphère et de l'océan ; or, ce flux de rayonnement varie suivant la latitude du lieu et la période de l'année en fonction de la plus ou moins grande inclinaison des rayons du Soleil (en grec, klima veut dire inclinaison) : de là viennent les déséquilibres zonaux du bilan radiatif et la création concomitante de mouvements de l'air et de l'eau, qui conduisent ensemble à la formation des différents climats à la surface du globe. Plus précisément, l'observation de la nature permet de distinguer, à différentes échelles, des régions assez étendues ou, plus localement, des sites, dont chacun rassemble deux séries de traits distinctifs :
 

  • il possède une homogénéité géographique, déterminée notamment par le positionnement en latitude, la distance par rapport à l'Océan mondial, la configuration du relief, le type de couverture végétale et d'implantation humaine ;

  •  
  • il montre au fil des ans une régularité temporelle dans les variations subies au cours d'une année par les grandeurs météorologiques et par les apparitions de phénomènes atmosphériques, et cette régularité est caractéristique de la région ou du site observés.

 

Un tel type de support géographique et un tel rythme des caractéristiques météorologiques sont, dans une certaine mesure, à la fois cause et effet l'un de l'autre : or, leur association peut se retrouver dans différentes régions ou différents sites de la surface terrestre, auxquels elle attribue alors par définition un même nom de climat. Ainsi se découpe à l'intérieur de l'année, en chaque région ou site de climat donné, une succession d'époques dont les limites restent les mêmes d'une année sur l'autre : chaque époque — souvent coïncidant avec une saison climatique — est décrite grâce aux valeurs moyennes des grandeurs météorologiques concernées (à commencer par celles qui définissent le temps sensible, prioritairement les températures et la hauteur de précipitation, puis le vent, etc.), aux particularités de fluctuation de ces grandeurs autour de leurs moyennes (par exemple les valeurs extrêmes, ou la possibilité d'importantes différences d'une année sur l'autre) et aux phénomènes atmosphériques qui peuplent cette époque (sécheresses, orages, cyclones tropicaux...) ; certains éléments importants de cette description, sur la région ou le site donnés, changent d'une époque à la suivante, et deux régions ou sites contigus ayant des climats différents se distinguent au moins par les dates limites de leurs époques ou, dans une même époque, par les moyennes et les fluctuations des valeurs des grandeurs étudiées ou par les caractéristiques des phénomènes atmosphériques qui peuvent s'y produire (existence, durée, nombre, intensité...).

En ce sens, un climat est une présentation synthétique du comportement de l'atmosphère — et plus particulièrement des couches atmosphériques où s'observent les grandeurs et phénomènes météorologiques — au-dessus d'une région ou d'un site donnés, prenant en compte les caractéristiques habituelles de ce comportement suivant les saisons ainsi que les fluctuations de toute espèce autour de ces caractéristiques, et s'appuyant à cette fin sur des statistiques à long terme issues des archives d'observation sur la région ou le site désignés. La caractérisation statistique des climats permet alors d'en élargir la description à des variations interannuelles (par exemple celles qui sont liées au phénomène El Niño) et de parler de climat sur des surfaces océaniques (avec intégration de grandeurs fournies par l'océanographie) ou dans des régions en altitude de l'atmosphère (grâce notamment aux radiosondages) ; elle peut s'appliquer d'autre part à des échelles du climat autres que l'échelle climatologique.