Stratégie et gouvernance

Implantations

Carte de l

Une direction interrégionale comprend le centre météorologique interrégional-CMIR ainsi que les centres territoriaux qui lui sont rattachés.

Au sein des centres météorologiques interrégionaux se trouvent des fonctions opérationnelles et des fonctions de coordination. Ils se trouvent ainsi à la confluence de deux préoccupations majeures de Météo-France : service public et excellence technique. Toute leur activité s'en trouve marquée, avec un souci constant de liaison entre la direction générale et les services techniques centraux d'une part, et les centres territoriaux d'autre part. Ils ont également un rôle d'avertissement et d'appui auprès des services en charge de la sécurité civile sur leur zone de responsabilité.


Copyright Météo-FranceLa Météopole

Cœur scientifique, technique et opérationnel de Météo-France, implantée à Toulouse depuis 1982, la Météopole regroupe les services de recherche, de développement, de formation initiale et permanente, de prévision, de climatologie, de production, et ceux en charge des systèmes d'observation et d'information. Soit environ 1 000 collaborateurs de Météo-France.

Elle héberge également des partenaires œuvrant dans les domaines opérationnels et de recherche connexes. Ainsi, le Centre interarmées de soutien météorologique aux Forces-CISMF, le Service central d'hydrométéorologie et d'appui à la prévision des inondations-Schapi, le Centre européen de recherche et formation avancées en calcul scientifique-Cerfacs y sont présents.

Au total, 1500 personnes travaillent sur ce site de 45 hectares.

La Météopole est partie prenante du pôle de compétitivité « Aéronautique, Espace et Systèmes embarqués » d'Aquitaine et Midi-Pyrénées et du Réseau thématique de recherche avancée « Sciences et techniques pour l'aéronautique et l'Espace » RTRA STAE de Toulouse.

Météo-France est en outre membre fondateur de l'espace Clément Ader, projet fédérateur regroupant l'Institut Clément Ader (ICA), le CRITT Mécanique & Composites, la plateforme de micro-caractérisation des matériaux ainsi que la plateforme de calcul intensif qui héberge notamment un des deux supercalculateurs de Météo-France et du PRES (Pôle Recherche et Enseignement Supérieur).

Pôle d'excellence pour l'étude du climat, vigie du temps au service de la sécurité des personnes et des biens, la Météopole participe au rayonnement national et international de Météo-France. Engagée dans le développement durable, elle est aussi un acteur économique local et régional essentiel.

Implantations outre-mer

Météo-France dispose de quatre directions interrégionales pour l'outre-mer : Antilles-Guyane, La Réunion, Nouvelle-Calédonie et Polynésie française.  Du fait de l'éloignement de la métropole, leur rôle de support et de soutien se trouve renforcé.

 

Seul pays membre de droit de 5 sur 6 des associations régionales de l'Organisation météorologique mondiale, la France n'est pas seulement hexagonale et européenne, mais réellement présente sur l'ensemble de la planète. Cette situation unique donne à Météo-France un rayonnement international dans de nombreux domaines, en particulier dans celui de la météorologie tropicale. Météo-France à la Réunion a été désigné par l'Organisation météorologique mondiale (OMM) responsable de la Veille cyclonique pour le sud-ouest de l'océan Indien.

Météo-France est également présent dans les Terres australes et antarctiques françaises : dans les îles Crozet et Kerguelen (territoires d'outre-mer administrés par les TAAF) et en Terre Adélie (territoire administré par l'Institut Paul-Emile Victor). Les mesures au sol et en altitude qui y sont effectuées sont essentielles pour alimenter en données les modèles de prévision et surveiller l'évolution du climat particulièrement sensible dans ces régions. Du personnel de Météo-France est présent en permanence sur les îles Kerguelen (base de Port aux Français) et en Terre Adélie (base de Dumont d'Urville).

Copyright Météo-France