Imprimer Envoyer á un ami

Carte mondiale de la température de surface des océans

26/11/2008

Ce sont les capacités opérationnelles du satellite METOP qui permettent au Centre de Météorologie Spatiale de réaliser ce produit innovant : la largeur exceptionnelle du champ de vue de l'instrument – plus de 3000 km – permet d'observer chaque point du globe deux fois par jour, tandis que le satellite est capable d'enregistrer toutes les mesures, sans perte de résolution, puis de les transmettre au sol une fois par révolution, en temps quasi réel, au plus tard 1h45 après la prise de vue.

 

Eumetsat

METOP-A - Température de surface de la mer – synthèse du 01/05/08 au 10/05/08
(durant la phase test)
- Copyright Eumetsat

 

Pendant les 14 ans d'exploitation de la série de trois satellites METOP, cette carte élaborée par le CMS pour le compte d'EUMETSAT sera mise à disposition des utilisateurs opérationnels et des communautés de recherche, sous forme numérique ou graphique.

Sous forme numérique, elle sera exploitée par les services météorologiques européens qui les combineront avec d'autres observations des satellites METOP et Meteosat pour alimenter leurs modèles de prévision du temps, et par les centres d'océanographie opérationnelle, comme Mercator-Océan , pour prévoir les courants marins.

En France, les cartes seront utilisées sous forme graphique par les prévisionnistes de Météo-France, tout particulièrement en Outre-Mer. En effet, La Réunion, la Nouvelle-Calédonie sont par exemple des régions exposées aux cyclones. Ils ne peuvent se développer que dans les zones de température de surface très élevée, qu'il est donc essentiel de pouvoir visualiser.
Les forces armées utiliseront également les cartes lors d'opérations de secours - le temps de survie d'un homme à la mer dépendant de la température – ou pour prévoir la capacité de détection des sonars sous-marins, la propagation du son dans l'eau étant fortement dépendante des gradients de température de surface.

Dans le domaine de la recherche, grâce à des travaux spécifiques, le Centre de Météorologie Spatiale optimise son produit pour contribuer à la connaissance de la température de surface de la mer dans les zones de l'Arctique qui étaient jusqu'ici recouvertes en permanence par des glaces de mer, et pour lesquelles aucune observation satellite n'était donc disponible . Le CMS participe en effet à la validation des données de METOP-A en les comparant avec des mesures in situ recueillies par un navire de recherche polaire norvégien et par des bouées norvégiennes ancrées et dérivantes, dans le cadre de l'année polaire internationale. Cet effort de validation spécifique est indispensable car les conditions géophysiques des zones polaires rendent plus difficile l'estimation par satellite de la température de surface de la mer : en présence de nuages et/ou de blocs de glace, les valeurs de température de surface peuvent être erronées ou manquantes .
 

www.meteofrance.com

 

Contacts presse :
01 77 94 71 32 / 36
presse@meteo.fr

Ce sont les capacités opérationnelles du satellite METOP qui permettent au Centre de Météorologie Spatiale de réaliser ce produit innovant : la largeur exceptionnelle du champ de vue de l'instrument – plus de 3000 km – permet d'observer chaque point du globe deux fois par jour, tandis que le satellite est capable d'enregistrer toutes les mesures, sans perte de résolution, puis de les transmettre au sol une fois par révolution, en temps quasi réel, au plus tard 1h45 après la prise de vue.

 

Eumetsat

METOP-A - Température de surface de la mer – synthèse du 01/05/08 au 10/05/08
(durant la phase test)
- Copyright Eumetsat

 

Pendant les 14 ans d'exploitation de la série de trois satellites METOP, cette carte élaborée par le CMS pour le compte d'EUMETSAT sera mise à disposition des utilisateurs opérationnels et des communautés de recherche, sous forme numérique ou graphique.

Sous forme numérique, elle sera exploitée par les services météorologiques européens qui les combineront avec d'autres observations des satellites METOP et Meteosat pour alimenter leurs modèles de prévision du temps, et par les centres d'océanographie opérationnelle, comme Mercator-Océan , pour prévoir les courants marins.

En France, les cartes seront utilisées sous forme graphique par les prévisionnistes de Météo-France, tout particulièrement en Outre-Mer. En effet, La Réunion, la Nouvelle-Calédonie sont par exemple des régions exposées aux cyclones. Ils ne peuvent se développer que dans les zones de température de surface très élevée, qu'il est donc essentiel de pouvoir visualiser.
Les forces armées utiliseront également les cartes lors d'opérations de secours - le temps de survie d'un homme à la mer dépendant de la température – ou pour prévoir la capacité de détection des sonars sous-marins, la propagation du son dans l'eau étant fortement dépendante des gradients de température de surface.

Dans le domaine de la recherche, grâce à des travaux spécifiques, le Centre de Météorologie Spatiale optimise son produit pour contribuer à la connaissance de la température de surface de la mer dans les zones de l'Arctique qui étaient jusqu'ici recouvertes en permanence par des glaces de mer, et pour lesquelles aucune observation satellite n'était donc disponible . Le CMS participe en effet à la validation des données de METOP-A en les comparant avec des mesures in situ recueillies par un navire de recherche polaire norvégien et par des bouées norvégiennes ancrées et dérivantes, dans le cadre de l'année polaire internationale. Cet effort de validation spécifique est indispensable car les conditions géophysiques des zones polaires rendent plus difficile l'estimation par satellite de la température de surface de la mer : en présence de nuages et/ou de blocs de glace, les valeurs de température de surface peuvent être erronées ou manquantes .
 

www.meteofrance.com

 

Contacts presse :
01 77 94 71 32 / 36
presse@meteo.fr


Télécharger (297 ko)