Imprimer Envoyer á un ami

Prévoir et anticiper les feux de forêt

19/06/2020

Les conditions météorologiques (vent, chaleur, hygrométrie, sécheresse de la végétation) ont une grande influence sur le développement et la propagation des incendies de forêt. Ceux-ci se produisent principalement en été mais peuvent également se développer en hiver, notamment en montagne, en lien avec des conditions sèches et ventées. Le réchauffement climatique, avec des étés globalement plus chauds et plus secs, s'accompagne également d'une augmentation du danger météorologique de feux de forêt sur tout le territoire et notamment dans des zones qui étaient jusqu'ici peu touchées.

Illustration feux de forêt

Évaluer le danger

Météo-France, au titre de ses attributions en matière de sécurité des personnes et des biens et de services climatiques, fournit à la Direction générale de la Sécurité civile et de la gestion des crises une évaluation des dangers météorologiques d'incendie, en fournissant des données météorologiques expertisées et des indices spécifiques, dont des cartes d'IFMx (Indice forêt météo).

Illustration feux de forêt hélico


Cet indice est calculé au moment le plus défavorable de la journée à partir de données météorologiques : pluies, températures, humidité de l'air, vent...
En complément, des assistances spécifiques sont mises en place dans les différentes régions en appui des autorités qui coordonnent la lutte contre les feux de forêt sur tout le territoire. Ces assistances, sous forme de bulletins spécifiques et de briefings, s'accompagnent de missions de conseil et de formations.  De prévisionnistes de Météo-France ainsi que des outils d'aide à la décision sont mis à disposition des acteurs de la lutte contre les feux de forêt.

L'anticipation des zones sensibles aux feux de végétation par l'étude des conséquences du changement climatique constitue l'autre volet essentiel, en appui aux décisions publiques en matière de prévention.
 

Qu'est-ce que l'IFM, l'Indice forêt météo ?

L'indice forêt météo (IFM), développé au Canada à la fin des années 1970, permet d'estimer le danger météorologique de feu de forêt en tenant compte de la probabilité de son éclosion et de son potentiel de propagation.
De nombreuses études ont montré une corrélation claire entre l'IFM moyen et le nombre de départs de feux. L'IFM est utilisé aujourd'hui dans la plupart des pays. Météo-France évalue quotidiennement l'IFM sur tout l'Hexagone et transmet ces informations à la Sécurité civile. Cet indice est calculé au moment le plus défavorable de la journée à partir de données météorologiques simples : température, humidité de l'air, vitesse du vent et précipitations. Ces données alimentent un modèle numérique qui simule l'état hydrique de la végétation et le danger météorologique d'incendie qui en découle. Les observations et les prévisions météorologiques permettent de calculer un IFM au jour le jour. Les projections climatiques permettent, quant à elles, d'étudier son évolution à plus long terme. 

 

À consulter

Actualité par Météo-France