Imprimer Envoyer á un ami

Tempête tropicale Cristobal, 3e de la saison sur l’Atlantique nord

09/06/2020

L'Atlantique nord a déjà connu 3 tempêtes tropicales cette saison. La dernière a été nommée Cristobal le 2 juin, alors qu'elle était située vers la péninsule du Yucatán. Elle a ensuite traversé le golfe du Mexique, pour atteindre la Louisiane le 7 juin. Nettement atténuée en circulant plus au nord sur les terres, elle reprendra de la vigueur en remontant vers les Grands Lacs, renforcée par l'interaction avec la circulation atmosphérique de grande échelle favorable.

Image du satellite GOES16 le 7 juin 2020 à 12 UTC - Cristobal aborde alors la Louisiane 
Image du satellite GOES16 le 7 juin 2020 à 12 UTC - Cristobal aborde alors la Louisiane - © Météo-France

Cristobal, né de la tempête tropicale Amanda

Fin mai, une onde tropicale s'organise le long des côtes pacifiques d'Amérique centrale et atteint le stade de tempête tropicale, nommée Amanda le 31 mai. 1er phénomène de la saison dans le Pacifique est, elle touche terre pratiquement instantanément au Nicaragua et provoque des pluies intenses en remontant et en se déstructurant le jour même vers le Guatemala et la péninsule du Yucatán. C'est dans un environnement météo favorable – très faible cisaillement vertical – et géographique propice, avec la proximité des eaux du golfe du Mexique, que l'onde issue d'Amanda a pu se renforcer de nouveau le 1er juin, jusqu'à être renommée le 2 juin Cristobal, comme troisième phénomène de la saison sur l'Atlantique nord . Son parcours lent entre le 2 et le 5 juin sur la péninsule a produit des cumuls de pluie extrêmement importants et, en comptant les précipitations liées à Amanda, il est tombé régulièrement 250 à 500 mm des côtes nicaraguayennes et salvadoriennes à la péninsule du Yucatán. Malgré un parcours sur les eaux du golfe du Mexique, la tempête a ensuite évolué dans une atmosphère assez sèche pour limiter son développement et n'a jamais vraiment pris une structure véritablement symétrique, avec des pluies soutenues loin à l'avant au nord-est du centre, affectant le sud des États-Unis jusqu'à la Floride. Il a atteint les côtes de Louisiane le 7 juin au stade de tempête tropicale, produisant des pluies importantes. Au large, on a mesuré jusqu'à 102 km/h de vent, mais c'est surtout l'onde de tempête qui a provoqué les plus gros dégâts, avec de nombreuses inondations et des ruptures de digue.

Une vie après les Tropiques

Dans sa progression dans les terres, la tempête Cristobal a été rétrogradée en simple dépression tropicale lundi 8 juin et a poursuivi sa route vers le nord dans des conditions de grande échelle calmes, en s'atténuant progressivement. Mais ce mardi et les prochains jours, en progressant vers le nord, elle va rencontrer une poussée très dynamique d'air froid en altitude. À ces latitudes plus élevées, ces ingrédients d'altitude vont interagir avec les restes de Cristobal, et vont renforcer la tempête. Restant dans une configuration favorable, cette tempête extra-tropicale se décalera encore rapidement d'ici jeudi vers le Canada en se comblant lentement.

Selon les services météorologiques américains, elle apportera d'ici mercredi 50 à 100 mm, localement 150 mm, de pluie entre l'Arkansas et l'ouest des Grands Lacs, avec un risque accru d'inondations, notamment dans les vallées du Missouri et du Mississippi.

Cristobal - Trajectoire prévue à l'intérieur des terres 
Cristobal - Trajectoire prévue à l'intérieur des terres - © NHC

Un événement précoce dans une saison probablement active

Après Arthur et Berta en mai, qui ont circulé sur la façade atlantique au sud des États-Unis en mai, Cristobal a été nommé le 2 juin, un record de précocité pour un 3e phénomène dans le bassin depuis le début de l'ère satellitaire dans l'Atlantique, pour une saison qui débute officiellement le 1er juin. Ces tempêtes « hors-saison » comme Arthur et Berta sont d'ailleurs régulières. C'est ainsi la sixième année consécutive que la saison cyclonique débute réellement avant la date du 1er juin.

Bien qu'un début de saison précoce ne préfigure absolument pas une saison active, les dernières prévisions de l'activité cyclonique 2020 suggèrent une activité supérieure à la moyenne.

À consulter

Actualité par Météo-France