Imprimer Envoyer á un ami

Histoire : Il y a 90 ans, Mermoz traversait l'Atlantique et franchissait le Pot-au-noir !

20/05/2020

Les 12 et 13 mai 1930, l'aviateur de l'Aeropostale Jean Mermoz bouclait la première traversée aérienne commerciale de l'Atlantique sud, en à peine plus de 21 heures. Un véritable exploit  !

Les Pilotes Jean Mermoz et Victor Etienne au Bourget
Les pilotes Jean Mermoz et Victor Etienne au Bourget - © Agence Meurisse -  Gallica

 

Il fallait en effet traverser le Pot-au-noir, zone redoutée par les marins et les aviateurs. Dans cette zone de convergence intertropicale des alizées, les cumulonimbus se développent et forment un mur noir qui paraît au fur et à mesure qu'on en approche infranchissable.

En 1930, le Ministère de l'Air avait proscrit le survol commercial de l'Atlantique par avion, pour des raisons de sécurité. Mermoz proposa alors de réaliser la traversée en hydravion en passant sous la base des cumulonimbus, c'est-à-dire en volant au raz de l'océan déchaîné dans cette zone.
Après s'être formé en deux mois sur l'Etang de  Berre, Jean Mermoz embarqua à bord de l'hydravion Laté 28-3, baptisé "Comte de la Vaulx". Secondé par le navigateur Jean Dabry et le radio Léopold Gimié, il décolla de Saint-Louis du Sénégal le 12 mai 1930, avec 130 kilos de courrier à bord, en direction de Natal au Brésil à quelque 3200 km de là. Il fallait que ce soit une nuit de pleine lune pour espérer avoir une visibilité suffisante.
Deux bateaux de la Marine nationale avaient été positionnés le long du trajet pour pouvoir relayer les messages radios et porter secours à l'hydravion si celui-ci était contraint d'amerrir. 

L'hydravion de Mermoz traverse le Pot-au-Noir
L'hydravion de Mermoz traverse le Pot-au-Noir - © Patrick Flécheux - Météo-France

Le début du vol fut calme, jusqu'à la rencontre avec le redoutable Pot-au-noir.
" Tout l'horizon était noir, une sorte de mur gigantesque paraissait barrer notre route", écrit Mermoz. "Au milieu de ce cyclone, une sorte de tornade sans vent, il faisait une chaleur étouffante. Nous n'avons pu éviter des grains d'une violence inouïe, qui dégageaient une chaleur plus forte encore que celle des bains de vapeur. Tout à coup, sans que nous ayons pu nous méfier, notre cabine, de l'avant à l'arrière, baigna dans l'eau. Nous étions inondés ". En volant à 50 mètres au-dessus des vagues, l'hydravion de Mermoz parvint à traverser le Pot-au-noir.  Le 13 au matin, un peu plus de 21 heures après son départ, Mermoz posait délicatement l'hydravion sur le rio Potengi, près de Natal au Brésil.
Mermoz et ses compagnons eurent moins de réussite lors du vol retour puisque suite à une rupture de l'alimentation en huile du moteur, Mermoz fût contraint d'amerrir. L'équipage et le courrier furent récupérés par le « Phocée », tandis que le « Comte de la Vaulx » sombrait dans l'Atlantique. 

Six ans plus tard, lors de sa 24eme traversée de l'Atlantique Sud,  Mermoz et tout l'équipage du Croix du Sud disparurent en mer, le 7 décembre 1936. La traversée du Pot-au-Noir a fait entrer Mermoz surnommé "L'Archange" et son équipage dans la légende de l'Aéropostale.

Actualité par Météo-France