Imprimer Envoyer á un ami

Inondations : risque de crues après un début mars souvent très pluvieux

12/03/2020

Ces dernières semaines, les perturbations d'ouest se sont enchaînées et ont apporté des précipitations significatives sur une grande partie du territoire. La première décade de mars a notamment été particulièrement arrosée, parfois à des niveaux records sur la période, dans l'Ouest. Les sols étant saturés, de nombreuses crues se sont formées. Une période de fortes marées, en cours jusqu'à la fin de la semaine, continue d'entraîner des débordements dommageables au niveau de certains estuaires.

Début mars pluvieux

Pression réduite au niveau de la mer moyennée sur les 10 premiers jours de mars en Europe 
FIgure 1 - Pression réduite au niveau de la mer moyennée sur les 10 premiers jours de mars en Europe. © Modèle du Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme, développé en partenariat avec Météo-France.

Anomalie de précipitations sur les 11 premiers jours de mars 2020 en France 
Figure 2 - Anomalie de précipitations sur les 11 premiers jours de mars 2020 en France. © Météo-France.

 

Dans la continuité d'un hiver marqué par un courant perturbé d'ouest doux et souvent pluvieux (du moins sur une bonne moitié nord), les perturbations, parfois associées à des tempêtes (Leon, Karine, Myriam, Norberto), ont arrosé abondamment une grande majorité des régions. À la différence de février, où une bonne moitié sud était souvent sous l'influence de hautes pressions (de l'ordre de 1020-1025 hPa en moyenne mensuelle), et donc de perturbations pluvieuses peu actives avec des déficits de pluie en février, les premiers jours de mars ont été particulièrement dépressionnaires, y compris au sud. Les forts cumuls n'ont épargné que le Languedoc et les Bouches-du-Rhône.

Les 62 mm de pluie en moyenne sur la première décade sur la France constituent la deuxième première décade de mars la plus arrosée depuis 1959 (derrière la première décade de mars 2006 avec 64 mm). En fait, en 10 jours, on a souvent dépassé le cumul moyen d'un mois de mars entier. Dans certains départements de l'Ouest, non seulement on dépasse déjà allègrement la normale d'un mois de mars, mais le cumul sur la première décade constitue un record depuis 1959. C'est le cas notamment en Loire-Atlantique (figure 3), en Vendée, dans les Deux-Sèvres, en Maine-et-Loire, dans les Hautes-Pyrénées et également à Paris, dont la station du parc Montsouris dispose de données depuis 1873 (figure 4).

Cumuls de pluie agrégés sur les 10 premiers jours de mars dans le département de la Loire Atlantique (44) depuis 1959 
Figure 3 - Cumuls de pluie agrégés sur les 10 premiers jours de mars dans le département de la Loire-Atlantique (44) depuis 1959. © Météo-France.

Cumuls de pluie agrégés sur les 10 premiers jours de mars à Paris-Montsouris depuis 1873 
Figure 4 - Cumuls de pluie agrégés sur les 10 premiers jours de mars à Paris-Montsouris depuis 1873. © Météo-France.

 

Risque de crues

Depuis plusieurs jours, de très nombreux cours d'eau sont en crue.

Les débits élevés de la plupart des principaux fleuves, conjugués aux fortes marées de ce milieu de semaine, continueront à engendrer des débordements dommageables sur les tronçons en vigilance orange : la Canche, la Seine aval et la Sèvre niortaise aval.

Suivre la situation hydrologique détaillée en direct.

Actualité par Météo-France