Imprimer Envoyer á un ami

Pic de douceur en France et en Europe

17/01/2020

 Dans la continuité d'une première moitié d'hiver très douce, les journées des 15 et 16 janvier ont constitué un pic de douceur sur une grande partie nord de l'Europe. La neige a disparu à Moscou et il semble peu probable qu'elle s'y installe durablement ces prochaines semaines. En effet, les prévisions à plus long terme montrent sur l'Europe une circulation atmosphérique favorisant les épisodes de douceur par rapport aux périodes plus fraîches. La France ne devrait pas échapper à cette tendance, même si la douceur marquera une pause jusqu'en fin de semaine prochaine.

En France

Température maximale quotidienne sur la France le 16 janvier 2020   Ecart à la moyenne quotidienne de la température maximale sur la France le 16 janvier 2020

Fig. 1 : température maximale quotidienne (à gauche) et écart à la moyenne quotidienne (à droite) sur la France le 16 janvier 2020. © Météo-France.

La journée d'hier a été très douce (anomalie de température moyenne proche de +5 degrés au-dessus des normales), mais ce sont surtout les températures maximales qui ont été plus remarquables, avec des excédents atteignant très souvent 6 à 8 degrés voire 8 à 10 degrés du Val-de-Loire au quart nord-est mais également du Béarn au Pays basque (fig. 1). Deux records mensuels ont été enregistrés en Touraine, à Reignac et Amboise, avec 16,2 °C, mais ces deux stations n'existaient pas lors de l'épisode de douceur certainement plus fort de 1975 (où il avait fait jusqu'à 16,9 °C à Tours contre 15,4 °C hier).

En Europe

Températures maximales relevées le 16 janvier 2020 en Europe 
Fig. 2a : températures relevées le 16 janvier 2020 à 13 h UTC en Europe. © Météo-France.

Anomalies de la température à 2 m le 16 janvier 2020 à 12 h UTC 
Fig. 2b : anomalies de la température à 2 m le 16 janvier 2020 à 12 h UTC. © Karsten Haustein.

 

Une grande partie nord de l'Europe a également connu deux journées parfois exceptionnellement douces (fig. 2a et 2b), cette extrême douceur s'étendant jusqu'au nord-ouest de la Russie où les anomalies de température maximale ont généralement dépassé les dix degrés. Ce fut le cas à Saint-Pétersbourg notamment où une température de 8 °C a été enregistrée dans la nuit du 15 au 16. Cela constitue la seconde température la plus élevée jamais observée en janvier sur cette station (record de 8,7 °C le 10/01/2007). Un nouveau record mensuel a également été relevé à Copenhague (11,9 °C le 15), à 0,5 °C du record mensuel danois tandis que le record mensuel national suédois était approché de 0,3 °C (12,1 °C à Oskarshamn le 15). D'autres records mensuels ont été battus localement, comme en Allemagne où la barre des 14 °C a été franchie ces deux journées.

Est-ce que ça va continuer ?

Prévisions mensuelle du 16 janvier 2020 de l'anomalie hebdomadaire et température moyenne pour les quatre prochaines semaines 
Fig. 3 : prévision mensuelle du 16 janvier 2020 de l'anomalie hebdomadaire et température moyenne pour les quatre prochaines semaines. © Modèle du Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme, développé en partenariat avec Météo-France.

La douceur marquera toutefois une pause la semaine prochaine sur l'ouest de l'Europe. Un vaste anticyclone prendra ses racines au niveau des îles Britanniques et sera à l'origine d'un apport d'air plus frais dans des courants de nord-est. Mais le reste de l'Europe, et notamment le nord-est, devrait toutefois rester à l'écart de ce rafraîchissement.

De plus, la prévision à plus longue échéance* fait état de probabilités assez fortes d'établissement d'un flux d'ouest à sud-ouest durable et doux circulant sur le nord de l'Europe, comme l'illustrent les cartes d'anomalies de températures pour les semaines 2 à 4 (fig. 3). Ces cartes sont représentatives d'un régime de temps moyen de type NAO+ prépondérant sur la durée. Attention toutefois, il n'est pour autant pas exclu qu'un temps passagèrement plus frais se produise à une échelle géographique inférieure.

 

*Prévisions d'ensemble du modèle EPS (Ensemble Prediction System) du Centre européen des prévisions à moyenne échéance.

Actualité par Météo-France