Imprimer Envoyer á un ami

La Californie en proie aux incendies

29/10/2019

« Kincade fire », « Ventura fire » et maintenant « Getty fire »... La Californie fait à nouveau face à de gigantesques incendies. Dans un contexte de sécheresse récurrente en Californie, ces foyers d'incendie larges et virulents se sont développés et sont attisés depuis quelques jours par un phénomène météorologique classique de l'automne californien mais particulièrement intense cette fin octobre 2019 : le Santa Ana. Ce vent continental violent, sec et rafaleux, se calme ce mardi, avant un nouvel épisode intense attendu entre mardi soir et jeudi.
Incendies en Californie Des vents exceptionnellement violents et une sécheresse extrêmes ont favorisé
le développement de gigantesques incendies en Californie. © NASA.

Qu'est-ce que le Santa Ana ?

Le Santa Ana est un vent qui apporte des conditions chaudes mais surtout très sèches, particulièrement en automne. Son intensité et les très faibles humidités qu'il entraîne conduisent à des risques d'incendie particulièrement accrus.
 
Ce vent est un vent catabatique – qui coule le long des pentes – provenant d'altitudes élevées à l'intérieur du continent, et qui souffle vers le niveau de la mer. Il se déclenche quand de hautes pressions s'installent vers le Grand Bassin (vaste cuvette désertique englobant notamment le Nevada et l'ouest de l'Utah). Le vent tourne autour de ces hautes pressions dans le sens des aiguilles d'une montre et se dirige vers le sud-ouest, vers la Californie du sud. Il monte les pentes et passe les cols des chaînes de montagne qui sépare la côte californienne des déserts intérieurs.  En passant les cols, le vent accélère (effet venturi) et plonge vers le niveau de la mer. Cette compression favorise un réchauffement et un assèchement de la masse d'air, à tel point que ces situations sont susceptibles d'apporter les plus fortes chaleurs et les plus faibles taux d'humidité de l'année au littoral (la majeure partie des villes côtières ont un record de chaleur absolu atteint en septembre, à l'occasion de Santa Anas intenses, bien qu'en moyenne ce mois-là soit moins chaud que les mois d'été ).
 
Les deux éléments essentiels permettant de préjuger de l'intensité du phénomène sont : 
 
1. L'intensité du froid piégé sous l'anticyclone des déserts du Grand Bassin et de la Californie intérieure.
 
2. L'intensité du gradient de pression, que les prévisionnistes de Los Angeles ont l'habitude de mesurer entre l'aéroport de Los Angeles (LAX) et celui de Daggett, au bord du désert des Mojaves (DAG), situé à une centaine de kilomètres dans l'intérieur.
 
Ce vent a la particularité d'être plus fort durant la nuit par combinaison de la brise de terre du littoral (qui se lève la nuit et qui souffle dans le même sens) et du refroidissement nocturne du désert.
champ de pression mer pour le mercredi 30 octobre à 12tu - modèles GFS et esquisse des lignes de flux en surface associées
Champ de pression mer pour le mercredi 30 octobre à 12 TU – modèles GFS et esquisse des lignes de flux en surface associées. © Météo-France.

Prévisions pour les prochains jours

 
Après une telle situation ce week-end et ce lundi, avec des vents exceptionnellement violents, la configuration météo évolue quelque peu ce mardi, avec un affaiblissement net de ces vents, ce qui permettra aux brises de mer de reprendre le dessus, et ainsi d'advecter de l'humidité de l'océan. 
 
Le Santa Ana va reprendre brutalement la nuit suivante pour une période d'environ 48 heures, avec un pic violent de vent prévu mercredi, d'une intensité à nouveau remarquable.
 
Ainsi, les météorologues californiens du National Weather Service prévoient de nouvelles rafales de vent violentes, de 80 à 110 km/h, ponctuellement 130 km/h sur le relief dans les comtés de Los Angeles, de Ventura et de Santa Monica, des températures douces au littoral, mais avec un risque de gelées dans les vallées les plus éloignées, et des taux d'humidité inférieurs à 10 %.
 
Il en résulte un risque accru d'incendies, avec propagation éclair du moindre départ de feu. La région de Los Angeles est en alerte niveau rouge.
 

Incendies en Californie et changement climatique

Les incendies de forêt ont toujours eu lieu en Californie côtière, particulièrement en automne, quand la végétation est extrêmement sèche au sortir de l'été, et du fait de ces situations météo produisant le Santa Ana. Cependant, on observe une nette tendance à des feux de forêt plus nombreux et plus dévastateurs. Ainsi, 15 des 20 feux de forêts les plus larges ont eu lieu depuis 2000. Cette tendance s'explique par le fait que les étés sont plus secs et plus chauds (les étés les plus chauds et les plus secs en Californie ont en effet tous eu lieu ces 20 dernières années), et la sécheresse estivale a également tendance à se rallonger. 
 
Une sécheresse météorologique plus marquée assèche bien sûr plus fortement la végétation. La chaleur joue également un rôle, favorisant l'évapotranspiration des plantes. L'assèchement plus marqué de la végétation rend celle-ci plus que jamais prête à brûler à l'automne.

 

Actualité par Météo-France