Imprimer Envoyer á un ami

Voile : Météo-France sur le pont pour la Transat Jacques-Vabre

29/10/2019

Les skippers ont pris, dimanche 27 octobre, le départ de la Transat Jacques-Vabre, se préparant à affronter une semaine météo perturbée. Météo-France assure, pour la quatrième fois, l'assistance météorologique de la course.

Le monde de la mer est un des domaines dans lequel Météo-France s'implique depuis toujours. Le service de météo marine à Toulouse accompagne les marins au quotidien. Partout en France et même en outre mer, il fournit des prévisions permettant par exemple de diriger les secours en cas de chute d'un homme à la mer, d'accidents, de risque de pollution marine et même de changement climatique. Il developpe des outils de prévision de plus en plus fins. C'est aussi un centre de veille maritime internationale qui couvre de la Bretagne au golfe de Guinée et à l'ouest de la Méditerranée.

Richard Silvani, prévisionniste marine à Météo-France, analyse la situation météo de la Route du café. Entretien.

Transat Jacques-VabreVirginie Schwarz, PDG de Météo-France, était au Havre à l'occasion du lancement de la 14e édition de la Route du café.  © Météo-France.

Quelle est la spécificité de la Transat Jacques-Vabre ?

La Transat Jacques-Vabre s'organise en trois classes : deux classes de monocoques, les Imoca (qui feront l'année prochaine le Vendée Globe) qui mesurent 18 mètres 28, soit 60 pieds, et les Class40 qui mesurent 13 mètres, soit 40 pieds, ainsi qu'une classe de multicoques d'environ 15 mètres de long, les Multi50. Un peu plus d'une cinquantaine de bateaux étaient au départ hier. La plupart étaient des monocoques.
 
En quoi consiste l'assistance de Météo-France ?
 
C'est la quatrième fois que Météo-France assure l'assistance météorologique pour la direction de course !
 
Personnellement, j'ai participé à toutes les éditions de la Transat Jacques-Vabre depuis sa création en 1993. D'abord en tant que routeur où mon rôle était d'apporter une assistance personnalisée à un des multicoques, seuls bateaux à pouvoir être assistés par un routeur à terre. Puis, il y a 8 ans, dans le cadre de l'assistance météorologique pour la direction de course.
 
Dans ce cadre, je réalise chaque jour des bulletins de sécurité à destination des bateaux, ainsi qu'un bulletin grand public accessible à tous sur le site Internet de la course. Météo-France doit par ailleurs être joignable H24 en cas d'incidents pour aider la direction de course à mettre en œuvre les moyens les plus adaptés afin de porter secours le plus rapidement possible aux bateaux en difficulté !

"Météo-France doit par ailleurs être joignable H24 en cas d'incidents pour aider la direction de course à mettre en œuvre les moyens les plus adaptés afin de porter secours le plus rapidement possible aux bateaux en difficulté !"

 
Comment s'est passé le départ de la course ?
 
Virginie Schwarz, PDG de Météo-France, avait fait le déplacement pour cette édition. Elle a visité certains bateaux samedi et a assisté au départ de la course le lendemain, à bord d'un catamaran.
J'étais aussi présent pour le lancement, puis je suis rentré à Toulouse puisque l'assistance se fait à distance. Tout s'est bien passé : la météo lors du départ était clémente avec un vent d'une quinzaine de nœuds. Il y a eu un petit peu de spectacle et de jeu sur l'eau au moment du départ ! Les premiers skippers devraient arriver d'ici 13 ou 15 jours ! 

 

A lire aussi 

L'aventure de Pierre Le Roy, météorologue et navigateur, actuellement engagé de la Mini-Transat !

 

Actualité par Météo-France