Imprimer Envoyer á un ami

D-Day : Enigma, la météo pour craquer le code

06/06/2019

Pendant la seconde guerre mondiale, la marine allemande utilisait une version sophistiquée de la machine à crypter, Enigma, pour chiffrer ses transmissions. Une lettre était substituée à une autre en fonction d'une règle qu'Enigma appliquait automatiquement à partir d'une clé d'entrée. 

La machine Enigma du Musée des sciences de Milan 
La machine Enigma du Musée des sciences de Milan - © Alessandro Nassiri

Les Alliés connaissaient ses plans et son fonctionnement grâce aux services secrets polonais qui les avaient transmis à la France, via la valise de l'acteur et réalisateur Sacha Guitry, alors en tournée en Pologne. Mais ils n'avaient pas les clés de cryptage, qui changeaient tous les jours. C'est la météo qui leur permit de les calculer !

Les Anglais repèrent en effet très vite que certains messages envoyés à heures régulières sont des messages météos. Ils identifient que les mots "temps" ou "prévision météo" se retrouvent souvent, à un emplacement précis. Cependant, ils avaient besoin de savoir comment le service météorologique allemand codait ses informations.

Le service météorologique allemand avait besoin des observations météo de la Mer du Nord et de l'Atlantique Nord pour permettre à ses sous-marins de couper la liaison entre les Alliés. La station météo centrale envoyait donc tous les jours à 6h un message aux sous-marins leur demandant les observations météo pour une heure donnée. Ceux-ci envoyaient les observations codées suivant le livre des transmissions courtes, puis cryptées en utilisant Enigma. La station centrale leur renvoyait ensuite un bulletin codé, camouflé à partir de tables bigrammes.

Chiffrage des messages à l'intérieur d'un sous-marin allemand 
Chiffrage des messages à l'intérieur d'un sous-marin allemand - © Bundesarchiv

Le 9 mai 1941, le sous-marin allemand U-110 est capturé par les Anglais qui récupèrent un jeu de tables de bigrammes et le livre de transmissions météo courtes. Mais les Allemands changent régulièrement leurs codes et les pertes alliées en Atlantique sont à nouveau très fortes. Le 30 octobre 1942, trois hommes se glissent à l'intérieur du sous-marin allemand U-559, qui venait d'être capturé, pour essayer de récupérer les documents du sous-marin. Seul, un jeune ouvrier de cantine, Tommy Brown, parvient à en ressortir avant que le sous-marin ne coule. Il rapporte avec lui les nouvelles versions, ce qui permet aux Alliés de « craquer » Enigma.

Le décryptage des codes allemands a largement contribué à écourter le conflit en Europe… et les codes météo en ont été un élément déterminant.

Actualité par Météo-France