Imprimer Envoyer á un ami

Un week-end pascal chaud au nord, venteux et humide au sud

23/04/2019

Au cours du week-end pascal dernier, la France a été sous l'influence de deux centres d'action : un vaste anticyclone continental dont le centre a migré de la Scandinavie en direction des pays baltes, et une dépression remontant de l'ouest du Maghreb vers nos côtes. Cette configuration a favorisé le nord du pays qui a connu un temps majoritairement ensoleillé et aux températures souvent chaudes en après-midi. Sur le sud en revanche, la dépression a véhiculé une masse d'air, certes douce, mais parfois humide, propice aux températures nocturnes élevées. Elle a également engendré un épisode de vent d'est très fort en Méditerranée. Retour ci-dessous sur ces différents évènements.


Animations du modèle Arpege des champs de pression de surface, de vent (« barbules » noires seuillées à 25 nœuds), de rafales prévues (plages de couleur, seuil à 45 nœuds), superposées aux observations en stations (en rouge, seuil à 100 km/h). En Sicile, Sardaigne et Corse, les rafales les plus fortes sont prévues en aval des zones de relief par rapport aux vents dominants de secteur est s'écoulant sur le cadran nord à nord-est de la dépression remontant du Maghreb vers les Baléares. © Météo-France.
(Cliquer sur l'animation pour l'agrandir)

Soleil voilé et chaleur au nord

Depuis vendredi, les températures sur le nord du pays ont atteint des valeurs remarquables pour la saison (+8 à +11 °C par rapport aux normales), le seuil de chaleur (25 °C) étant souvent atteint. À Paris-Montsouris, ce seuil a été atteint 4 jours consécutivement, depuis vendredi 19 avril, dont une température maximale de 27,2 °C le samedi 20. À la station du Cap-de-la-Hève près du Havre, il a déjà fait plus de 20 °C cinq jours consécutivement, ce qui reste très rare à cette période de l'année même si l'on trouve une série comparable l'année passée, exactement aux mêmes dates, au sein d'une période de chaleur précoce exceptionnelle à l'échelle de la métropole.
D'autres séries de températures remarquables pour des stations historiques ont été établies de la Normandie au nord de la Seine, mais là encore celles de l'année passée sont le plus souvent d'intensité légèrement supérieure pour une durée similaire. Deux autres séquences similaires ont pu être observées dans un passé récent (23 au 29 avril 2007 et 18 au 23 avril 2011) mais il y a très peu d'équivalent auparavant (on peut citer pêle-mêle 1947, 1949, 1984, 1993).
Au cours du week-end prolongé, il a ainsi fait plus chaud sur une moitié nord qu'au sud. Plus précisément, la valeur de l'indicateur de température maximale pour la région Nord, calculé à partir des stations de référence entre vendredi 19 et mardi 22, est la plus élevée (24,8 °C, contre 23,2 °C pour la région Sud-Est et 21,2 pour la région Sud-Ouest). Les températures maximales ont toutefois dépassé les 26 °C sur le Sud-Est lundi 22 (jusqu'à 27 °C à Avignon ou Nîmes).

Nuages et douceur nocturne autour de la Méditerranée

Des côtes varoises à la Côte d'Azur et à la Corse, masse d'air douce en provenance de Méditerranée et importante couverture nuageuse nocturne ont conduit à des températures minimales particulièrement élevées, largement au-dessus des 15 °C. De nouveaux records mensuels de douceur nocturnes ont même été établis dans certaines stations de référence : à Hyères (17,4 °C), Toulon (18,7 °C) ou encore Figari (16,1 °C).*

De très forts vents d'est en Méditerranée

Sur le cadran nord-est de la dépression remontant depuis le Maghreb, un puissant flux d'est s'est mis en place en journée de dimanche, s'intensifiant dans la nuit de dimanche à lundi et se poursuivant lundi. De violentes rafales de vent se sont produites sous le vent du relief en Corse (on parle de déferlement) mais également le long des côtes métropolitaines entre Var et Bouches-du-Rhône. Des rafales supérieures à 100 km/h (104 km/h à Antibes, 100 km/h à Toulon) ont été relevées, dont certaines bien au-delà de 130 km/h sur les stations exposées (145 km/h au Bec-de-l'Aigle près de la Ciotat, 139 km/h à Bocognano sur le massif corse, 138 km/h au cap Cepet dans le Var).

Quelques bons cumuls de pluie

En lien avec la remontée de la dépression depuis les Baléares vers nos côtes en soirée de lundi, les pluies se sont renforcées sur la partie littorale des Pyrénées-Orientales et de l'Aude avec des cumuls de pluie de l'ordre de 30 à 50 mm sur l'épisode, localement jusque 60 à 70 mm sur la région de Perpignan. Le flux d'est a également bien arrosé l'est de la Haute-Corse (30 à 60 mm), notamment le cap Corse où l'on a localement relevé jusqu'à 95 mm à Cagnano.

* Principaux records de douceur nocturne pour un mois d'avril établis lundi 22 avril 2019 :

  • Var :

Bormes-les-Mimosas (station ouverte en 1971) : 16,8 °C, battant les 16 °C du 29/04/1997 ;
Hyères (station ouverte en 1959) : 17,4 °C, battant les 16,9 °C de la veille et les 16,6 °C du 28/04/1969 ;
Cap Cepet (station ouverte en 1968) : a égalé son record mensuel avec les 16,5 °C du 27/04/2007 ;
Toulon (station ouverte en 1936) : 18,7 °C, battant les 17,6 °C de la veille et les 17,5 °C du 30/04/2003.

  • Hautes-Alpes :

Tallard (station ouverte en 1987) : 15,2 °C, battant les 13,4 °C du 30/04/2003.

  • Bouches-du-Rhône :

Aubagne (station ouverte en 1988) : 18,4 °C, battant les 17,7 °C du 30/04/2003.

  • Corse :

Figari (station ouverte en 1979) :16,1 °C, égalant son record de la veille et battant les 16 °C du 29/04/2013.
 

Actualité par Météo-France