Imprimer Envoyer á un ami

2019 : Déjà beaucoup de soleil dans le Sud-Est

08/03/2019

Certaines villes d'un quart sud-est de la France ont connu leur début d'année le plus ensoleillé depuis l'ouverture des stations. Cette situation est essentiellement due à l'ensoleillement exceptionnel de février. Avec les régimes océaniques, dominants au cours de l'hiver, l'ensoleillement dans les régions de climat méditerranéen est favorisé, quand les vents franchissent la ceinture de montagnes qui bordent la « Grande Bleue ».

Pourtant, ces régions ne sont pas celles qui ont connu la plus forte anomalie d'ensoleillement. Le Mâconnais, plus habitué aux grisailles fréquentes en cette période de l'année (les fameux brouillards du val de Saône), les supplante en effet. Brumes et brouillards se sont moins manifestés, permettant au soleil de briller 50 % de plus que d'habitude*.


Voici les villes qui battent le record d'ensoleillement depuis le 1er janvier :

Villes Ensoleillement du 1er janvier au 7 mars 2019 en heures Précédent record (année)
Mâcon 283h31 (+50%) 269h11 (2008)
Le Luc en Provence 465h17 (+25%) 442h24 (2000)
Île du Levant 496h52 434h12 (1989)
Bastia 429h02 (+28%) 424h36 (1959)



À noter que si Marseille ne bat de record sur la période, la cité n'a encore connu aucune journée grise, c'est à dire sans le moindre rayon de soleil, depuis le début de l'année. C'est inédit depuis le début des données en 1946.

En corollaire de cette situation, le sud-est de la France connaît un déficit de précipitations assez important depuis le début de l'année, dépassant parfois les 80 % entre Perpignan et Marseille.

Ces prochains jours, de la pluie… presque partout

Ensoleillement et absence de précipitations pourraient d'ailleurs durer un peu sur ces régions. En effet, la configuration météorologique s'y prête jusqu'en fin de semaine prochaine. La nette prédominance du régime d'oscillation nord-Atlantique positive (dit NAO+) , favorisera de fréquents passages pluvieux (et parfois venteux) sur la plupart des régions, mais le temps restera le plus souvent sec sur une portion du pourtour méditerranéen, notamment de l'est du Languedoc à la Provence-Côte d'Azur. Les contrastes entre les régions de climat océanique et celles de climat méditerranéen auront donc tendance à s'accentuer.

 

Anomalie du cumul de précipitations prévue par le modèle européen CEP et de sa prévision d'ensemble du lundi 11 au dimanche 17 mars 2019


* : anomalie de la durée d'ensoleillement par rapport à la moyenne climatologique 1991-2010

Actualité par Météo-France